XYZ + VIH = que faire ?

Xaipo Xaipo
Zaguien
Inscrit: 2010-04-11 03:04:28
2017-10-17 23:00:09
Bonsoir,

Imaginons le cas suivant :

X a passé des tests complets (négatifs) un mois avant un premier rapport avec Y (protégé).
Quelques jours après ce rapport, X a un rapport avec Z (sans pénétration).
Quelques jours encore après, X a un second rapport avec Y (sans pénétration).
Quelques heures ou jours après, X et Y sont malades (ils ont en commun une diarhée et une sorte de rhume...).
Une semaine après, Y indique se rendre à l'hôpital pour faire des tests.
Quelques jours après, Y informe X qu'on lui a trouvé une chlamydiose, et l'invite à faire des tests à son tour.
Quelques jours après, au dépistage, on propose à X de prendre directement l'antibiotique contre-chlamydiose ; il ne fait aucun test nouveau car le dernier est encore récent et il a a priori pris peu de risques.
Une semaine après, Y informe X que les tests complémentaires ont révélé une infection au VIH ; pendant une semaine il n'a pas eu le courage de lui dire.

Questions :

Peut-on considérer que la coïncidence des deux diarhées-rhumes est sans rapport avec une MST ?

X doit-il attendre pour aller faire des tests ? sachant que le dernier rapport remonte "seulement" à trois ou quatre semaines.

Par ailleurs, X a-t-il des raisons de s'inquiéter ?

Et enfin, X doit-il conseiller rapidement (avant d'en passer lui-même) à Z de "passer des tests", au risque de le paniquer pour rien ?

En vous remerciant !
Nanana NaniOkonawareru
Zaguien
Inscrit: 2015-08-23 09:08:44
2017-10-18 18:31:55
Il me semble qu'on a normalement les résultats des tests le lendemain du test, donc X peut aller faire un test le + rapidement possible (ou alors après les 6 semaines). Il vaut mieux informer Z de la situation, mais inutile de le paniquer. Si le dernier rapport avec Z remonte à 6 semaines ou plus, C'est préférable que Z fasse des tests.

Le problème est évidemment notamment de savoir qui a donné le virus à Y (à priori pas X puisque X était négatif un mois avant les rapports, et que le rapport où il aurait pu être contaminé en cas de charge virale très élevée de Z n'est pas assez espacé pour que X devienne contaminant). Y a du avoir d'autres rapports qui ont contaminé Y à priori. X peut demander sa charge virale à Y afin de savoir si ce dernier a des chances d'avoir passé son virus à X.
Xaipo Xaipo
Zaguien
Inscrit: 2010-04-11 03:04:28
2017-10-19 02:04:09
Merci beaucoup pour cette réponse aussi complète.
 
🦦 Phylos
Zaguien
Inscrit: 2004-01-06 12:01:00
2017-10-19 19:39:29
Oui, X refait des tests complets (attention, certains tests ne sont fiables qu'après 3 mois) et demande à Z de faire des tests également.

La question de "faire paniquer pour rien" n'entre pas en jeu.
Il vaut mieux "paniquer pour rien" que se croire sain, et avoir la très mauvaise surprise X mois / années après, en ayant infecté malgré soi n personnes entre temps.
Anonyme
2017-10-19 20:10:09
Xaipo:Peut-on considérer que la coïncidence des deux diarhées-rhumes est sans rapport avec une MST ?


Oui, il se peut que X ou Y couvaient un virus/une infection, et que l'un l'a refilé à l'autre parce que quand on baise, il y a bien d'autres vecteurs de transmission de maladie que les fluides sexuels (ne serait-ce que la salive).

Xaipo:Quelques jours après ce rapport, X a un rapport avec Y (sans pénétration).


Si ce rapport a inclus des fellations non protégées que X a donné, il y a un risque de chopper le VIH, particulièrement si Y était récemment infecté, et que sa charge virale était donc au plus haut.

Xaipo:X doit-il attendre pour aller faire des tests ? sachant que le dernier rapport remonte "seulement" à trois ou quatre semaines.


Il serait bien d'en faire un six semaines après le rapport avec Y. X peut demander des conseils à son médecin car il existe également des tests fiables pour le VIH au bout de beaucoup moins de temps.

Xaipo:Et enfin, X doit-il conseiller rapidement (avant d'en passer lui-même) à Z de "passer des tests", au risque de le paniquer pour rien ?


Je pense que c'est mieux, encore une fois, qu'il en fasse un six semaines après son rapport avec X. Techniquement le rapport avec Y que X a eût avant était protégé, mais j'imagine que ça inclut des fellations non protégées (qui sont un mode de transmission si données) et encore une fois, surtout si Y était récemment infecté.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2017-10-20 12:45:05
Pour X les médecins semblent avoir fait le plus logique en fonction des éléments à leur disposition, ils ont estimé qu'un.nouveau test VIH n'apporterait rien, et traité de possibles chlamydia, sachant que cela pouvait aussi bien être une banale virose de type dit grippal.

Comme le précise Crastagali on ne sait pas s'il y a eu des fellations entre X et Y, qui dans certaines conditions peuvent être infectantes.
On ne sait pas non plus si X a fait d'autres rencontres après s'être fait dépister et avant de rencontrer Y, mais on peut supposer que non.
On ne sait pas non plus si Y se fait régulièrement dépister, ni si son infection au VIH a été identifiée biologiquement comme récente, ou pourrait être ancienne et avoir fragilisé ses défenses immunitaires.

Le plus sûr pour X serait de reprendre un avis médical.

En terme de probabilité, X ne semble pas trop s'être exposé au VIH, la prise de risque ne semble pas manisfeste.

Toutefois le fait que Y ait été récemment dépisté positif au VIH peut conseiller à X de ne pas attendre un dépistage périodique de routine, mais par prudence de faire un dépistage 6 semaines après son dernier rapport avec Y (pas un test dit rapide).

Et pourrait même lui conseiller d'en faire un supplémentaire avant, s'il est très inquiet ou si l'infection au VIH de Y s'avérait récente et si les délais le permettaient, car ce style de dépistage peut auusi détecter les protéines p24 du VIH dans la fourchette de 2 à 4 semaines après infection.

Pour Z ce serait surtout lui rapeller de faire des dépistages de routine, car de toute évidence il rencontre des gens tels que X qui ont de multiples partenaires. Ou 6 semaines apres avoir rencontré X si celui-ci s'avérait positif.

En tout état de cause cela rappelle que plus que jamais le VIH rode malgré toutes les mesures médicales prises, telle que le fait que si tout se passe bien dans quelques mois Y pourrait ne plus être infectieux au VIH grace à son traitement...