Les jeunes à l'honneur lors du Sidaction 2016

******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2016-04-02 12:50:22
.
Vous êtes sans doute au courant que les Sidaction 2016 bat son plein depuis hier et pour tout le week-end, et qu'il a prévu de centrer son attention sur les jeunes.


Pourquoi les jeunes ?

Sans doute que parce qu'en un peu plus d'un an on est passé en France du « pas d'évolution notable chez les jeunes depuis 10 ans», à « hausse alarmante chez les jeunes gays depuis 10 ans », et plus généralement « chez les jeunes ces dernières années », et donc à « il faut faire quelque chose ».
C'est probablement dans ce contexte que le Sidaction 2016 a choisi de centrer sa sensibilisation sur les jeunes, et peut-être même les adultes ayant des responsabilités vis-à-vis de la santé des jeunes.

Que ce passe-t-il réellement, je ne vais pas ressortir les statistiques déjà postées sur Zag, mais le fait est que les nouvelles contaminations par le VIH se propagent vers les plus jeunes, et en particulier les jeunes gays de moins de 25 ans, aboutissant à des hausses spectaculaires (mais en partant de beaucoup plus bas que les adultes), style +132 % en 10 ans aux US, et +124 % en France, c'est-à-dire plus du doublement en 10 ans. Les nouvelles contaminations des jeunes gays 15-25 ans se situerait à environ 13 % à 15 % de l'ensemble des gays en France, alors que 10 ans plus tôt elles n'étaient que de 8 %.

J'aurais voulu poster une belle courbe, mais si les chiffres bruts sont publics ( ), les chiffres corrigés et correctement répartis par classe d'âge sont rarement publiés ( ).


Je vous épargne les articles de presse qui reprennent en coeur que les jeunes n'ont rien compris à la prévention du VIH, tout en admettant que les adultes peinent à leur expliquer, et qui puisent tous leurs sources dans
un  ,
son   ,
et sa   , publiés par l'association  

Je vous en cite l'essentiel (en italique) :

...ces chiffres sont révélateurs d'une non-information qui concerne tout particulièrement les jeunes âgés entre 15 et 17 ans qui s'explique notamment par un manque, voire une absence d'enseignement sur la question en milieu scolaire…

10 chiffres révélateurs d'une situation catastrophique

- 82 % de la population ciblée se disent bien informés contre 89 % en 2015.
- 16 % de jeunes considèrent être très bien informés sur le sida, un pourcentage qui a chuté de 10 points depuis 2012.
- 24 % déclarent ne pas avoir peur du sida contre 17 % en 2015. Près de 30% concernent les 15-17 ans (+9 points par rapport à 2015).
- 30 % des jeunes interrogés ont des représentations faussées de la maladie et de ses modes de transmission.
Dont 17 % déclarent que la prise d'une pilule contraceptive d'urgence est un des moyens d'empêcher la transmission du VIH.
- 20 % affirment que le virus du sida peut se transmettre en embrassant une personne (15 % en 2015).
- 22% estiment qu'il existe un traitement pour guérir du sida alimentant la représentation selon laquelle le sida n'est pas une fatalité.
- 9 % des jeunes déclarent s'être exposés fréquemment à un risque de contamination, au cours des douze derniers mois.
- 45 % des jeunes ayant eu un rapport sexuel non protégé ont effectué un test de dépistage du VIH/sida (contre 55% en 2015 soit -10 points).
- 13 % n'ont jamais bénéficié d'un enseignement au cours de sa scolarité.

Pour faire un don :
Par téléphone : en appelant le 110 (numéro d'appel gratuit)
Par Internet : www.sidaction.org
Par courrier : Sidaction - 228, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 PARIS


Les sous vont à la recherche et à la prévention.



Quelques visuels...

Le slogan 2016 : AVEC LE SIDA LA VIE EST BEAUCOUP PLUS COMPLIQUEE

Déjà qu'en étant séropo "porteur chronique du VIH" on vit à peu près normalement, mais on risque de voir plus souvent son médecin que sa grand-mère, et de se heurter aux institutions pas toujours charmantes, alors en ayant les "symptômes du Sida" parce qu'on s'est fait dépister des années trop tard, ça risque en effet d'être beaucoup plus compliqué.







Quelques vidéos de prévention issues du concours   organisé à l'occasion du Sidaction 2016, dont celle de Jimmy que j'ai déjà posté sur Zag:








Celle-ci assez gay...




Celle-ci, sympa mais caractéristique de la confusion entre porteur du VIH apres dépistage, et Sida




--------------------------------------------------


Pour compléter ce pavé, ti rappel de la prévention pour les gays :


Le VIH peut se transmettre depuis une personne ayant des virus dans le sang, le sperme et les secrétions sexuelles, vers une autre personne au travers de ses muqueuses anales ou sexuelles (dont le gland), d'éventuelles plaies cutanées ou buccales, d'éventuelles zones fragilisées par d'autres IST, ou bien par voie sanguine lors d'échange de seringue, d'accidents médicaux, ou encore vers l'enfant au moment de l'accouchement (mais pas en France)(édité), etc...

Le virus est fragile en dehors du corps humain, et n'est en moyenne pas très infectieux, mais il est pugnace, et profite notamment de la fréquence des relations sexuelles, et de situations très favorables telles que la fragilité de la muqueuse anale, la multiplicité des partenaires, la haute infectiosité des gens contaminés récemment ou déjà au stade Sida, la fragilisation des muqueuses par des agressions mécaniques ou infectieuse (IST), etc.

La protection la plus simple et universelle est le préservatif, efficace si on ne l'oublie pas, s'il ne glisse pas ou ne claque pas.
En cas de prise de risque on peut bénéficier gratuitement d'un traitement d'urgence contre le VIH (TPE), à condition de se présenter moins de 24 â 48 heures aux urgences des hopitaux français.
De plus un gay devrait se faire dépister périodiquement pour rechercher toutes les IST dont le VIH, au moins tous les ans, voire tous les 3 mois s'il sort beaucoup, et en cas de prise de risque : dans un centre de dépistage pour l'ensemble des IST, dans un labo avec une ordonnance d'un médecin, dans une assoce de prévention pour un dépistage rapide VIH, ou un autodépistage VIH en pharmacie à 30¤.
Pour les gens majeurs à haut risque de s'infecter avec le VIH, il existe en France une possibilité de prophylaxie médicamenteuse en plus du préservatif, délivrée gratuitement tous les 3 mois dans des consultations hospitalières spécifiques (se renseigner), à certaines conditions de risques et de santé. Pour l'instant cette prophylaxie est efficace.

Si un dépistage du VIH se révélait positif, autrement dit si notre corps produit des anticorps contre le VIH (séropositivité), on sera rapidement mis sous traitement antirétroviral.
Actuellement ce traitement typiquement journalier empêche le virus de se reproduire, mais ne sait pas l'éliminer des cellules infectées (ou trop lentement), et doit être pris durant toute la vie. Ce traitement nécessite une surveillance périodique pour surveiller son efficacité.
Dans les conditions idéales (9 fois sur 10) il parvient après quelques temps à éliminer les virus du sang et des liquides sexuels, qui ne sont plus infectieux pour les autres.
L'infection sous contrôle permet de vivre normalement ou à peu pres, mais on reste infecté, on est porteur chronique du VIH.
Mais parfois les choses ne sont pas simples, ni pour le médecin, et évidemment pour la personne.

Si on ne se fait pas dépister parce qu'on est insouciant ou effrayé ou bien qu'on trouve la prévention trop compliquée, et qu'apres quelques années des symptômes de pré-Sida voire Sida alertent un médecin (maladies anormales), cela risque d'être encore plus compliqué parce ce que le virus a silencieusement affaibli nos défenses immunitaires pendant ce temps.
Actuellement les médecins arrivent encore à faire des miracles à ce stade, mais ce n'est pas toujours une partie de plaisir pour le malade, et malheureusement pour plusieurs centaines de personnes par an en France c'est la fin du voyage, apres des années de combat contre des maladies opportunistes qui épuisent le corps, aux défenses immunitaires défaillantes. Personne ne le dit, on ne publie plus de statistiques...

On craint tous un accident de transport, mais peu de gens ont peur de déplacer à 130 km/h en voiture ou 950 km/h en avion, car on connaît et on sait mettre en ½uvre les consignes de sécurité.
Pour le VIH c'est un peu la même chose, on doit le craindre, s'en protéger et intercepter les défaillances par des dépistages fréquents, mais il n'est vraiment pas conseillé d'en avoir peur au point de ne pas se faire dépister.
De même il ne faut pas prendre des risques et compter sur le VIH si on a des pensées suicidaires, il est pugnace mais tres lent, mieux vaut prendre rendez-vous chez son médecin pour gommer ces pensées.

Pour plus d'informations contacter   (qui est en redressement judiciaire après faillite, mais bon...)

C'est un peu long, mais il y avait beaucoup de choses à dire ...
Anonyme
2016-05-03 22:32:19
.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2016-05-03 22:57:48
geraaare un des centaines d'alias de JCM,
"sida in fo service c"'est de la merde homophobe, occultation de la PREP a un jeune qui déclare ne plus mettre de capote"

J'ai eu la curiosité d'aller lire ce topic sur SIS la dernière fois que vous l'avez signalé.

Il faudrait peut-être commencer par lui demander pourquoi il ne souhaite pas se faire dépister, car si la prophylaxie pré-exposition s'avérait indiquée pour lui, il devra obligatoirement être dépisté tous les 3 mois...

Enfin, puisque de toute évidence vous avez un peu fumé, si vous lisiez plus attentivement le topic vous verriez que j'ai pris la peine d'évoquer l'indication actuelle de la prophylaxie pré-exposition en France.


édité :
L'appel de Bruxelles ne concerne pas au premier chef la France, un des rares pays à offrir gratuitement la prophylaxie pré-exposition qui coute environ 500 ¤ par mois, hors suivi médical tous les 3 mois (remboursé de la même façon que les consultations et analyses).

Et puisque vous lisez VIH.org, vous aurez sans doute aussi noté cet article :   (hépatite C chez les gays)
 
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2016-05-04 22:23:30
Très beau texte de Didier Lestrade, sur son blog  


...
Ce mois d'avril marque le trentième anniversaire du test de dépistage qui m'a fait basculer de l'autre côté des choses. J'avais 28 ans, c'était au centre Fournier et je ne vais pas le raconter une fois de plus, ce fut un non événement. Je ne suis pas rentré chez moi en pleurant, je l'ai dit à mon premier vrai boyfriend de l'époque, qui est allé faire son test et qui était positif lui aussi, je l'ai assez vite dit à mes frères et ensuite je suis devenu un militant, c'est tout.
...
Aujourd'hui ce qui me met en colère, c'est de prendre cette dizaine de pilules tous les soirs. J'ai écrit plein de fois sur ça mais tous les soirs, tous les soirs, tous les soirs, cette répétition depuis 1991 me rend dingue intérieurement. Au fil des années, j'ai traversé toutes les circonvolutions de la colère face à cette obligation. Je suis épuisé par cette compliance et je sais très bien que cela ne sert à rien, c'est ma prison à moi, celle que personne ne peut voir ni comprendre. Elle me suit partout où je vais. Au pire, je me permets de sauter une prise tous les dix jours, comme ça, comme une friandise ou un soupir, juste pour ne pas devenir fou. Je sais très bien que c'est pas grand chose à côté des diabétiques mais je pourrais devenir insomniaque uniquement pour le plaisir de les prendre le plus tard possible dans la nuit. J'en suis arrivé à un tel degré de haine que je prépare ces cachets à part, comme si je les cachais de mes invités alors que je sais qu'ils s'en fichent, alors qu'avant je le faisais presque sciemment devant eux pour les endurcir, pour les éduquer aussi. Désormais, c'est comme si je voulais les préserver de ce cliché de moi-même.

Être séropo vous change irrémédiablement mais ces pilules, ce sont vraiment les sorcières que l'on devrait montrer à tous ceux qui pensent que c'est pas trop grave de devenir séropo en 2016.
...



Je ne sais pas quoi en dire.
Les plus anciens occidentaux survivants au VIH, à peu près tous gays, ont été diagnostiqués il y a 30 à 35 ans, ont bénéficié des premiers antirétroviraux il y a moins de 30 ans - peu efficaces et aux effets secondaires difficiles à supporter, et il y a 20 ans des premières trithérapies qui ont changé complétement l'espérance de vie des séropos, transformant 9 fois sur 10 cette maladie mortelle en maladie chronique, et actuellement plus de 9 fois sur 10, permettant une espérance de vie à peu près normale.
Certains d'entre eux n'ont pas ménagé leur peine pour organiser la prévention, et mobiliser les politiques, chercheurs, médecins pour améliorer les traitements, la prévention, et faire reculer la sérophobie qui a été tres importante au début de l'épidémie. En France on leur doit la création de la plupart des associations de prévention.

Pudiquement au travers d'articles publiés ça et là, ils évoquent les complications dues à l'age, les comorbidités (autres maladies) plus fréquentes chez les séropos âgés, les effets secondaires à long terme des traitements qui commencent à se manifester. Je pense qu'ils n'écrivent pas pour se plaindre, mais pour nous conseiller de rester vigilants.
Jevico Jevico
Zaguien
Inscrit: 2016-07-23 04:07:18
2016-08-01 14:42:43
Hmmm j'apprécie te lire, j'ai appris des choses un peu et le texte indépendant de la fin m'a un peu touché. Mais un truc cloche...me fait gravement tiquer, bien que je sais que tu reporte. Mais le VIH n'a pas une manière spécialement gay, même dans des cours des gens dégueulasses disent que c'est à partir de gens homosexuels que cela a commencé mais fuck que non. Ça peut être un couple hétéro qui ne faisait pas attention, l'ouverture d'esprit est assez égoïste encore à l'heure d'aujourd'hui ou le monde et moi on a des façons de voir différement. Pour moi on est seulement humain et on fait ce qu'on veut sauf l'illégalité comme zoophilie et pédophilie. ..
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2016-08-01 21:06:57
En matière de sécurité il vaut mieux ne pas avoir d'états d'âme, et ne pas se sentir agressé par la réalité des choses.

Et en l'occurence les gays masculins ont 20 fois plus de probabilité que les hétéros en moyenne, totalisent presque la moitiés des nouvelles infections annuelles alors qu'ils sont 20 fois moins nombreux.
En France les filles issues de l'immigration sub-africaine (blacks) sont aussi tres touchées, mais c'est une bien maigre consollation.
De plus il y a des régions significativement plus touchées que les autres, telle que l'Ile de France, et certains lieux de rencontre gays aussi.

Les raisons sont connues, c'est le cumul de la fragilité accrue de la muqueuse anale par rapport au vagin féminin, la population réduite des gays, leurs habitudes de sortir beaucoup, l'ancienneté de l'infection qui a eu le temps de fortement infecter cette population, etc.

Les différentes préventions, maintenant nombreuses (préservatif, dépistage, PreP, TPE, TasP, etc) filtrent toutes au moins en partie la transmission du virus, certaines telles que le préservatif avec une bonne effacité si on le met, mais les gens sont humains et ont des défaillances, ce qui laisse au virus des failles pour progresser.

Dans ce topic j'insiste surtout sur la vulnérabilité des jeunes, qui en France sont resté longtemps un peu en marge de l'épidémie, mais se font rapidement rattraper.

Cette vulnérabilité est parfois due à moins de connaissances et d'expérience, un peu plus de naiveté, un peu moins de peur du danger, et un grand isolement social qui les laisse souvent assez seul pour solutionner leurs problèmes.
Et l'expérience internationale montre que l'épidémie devient difficilement controlable si elle atteint significativement les ados.
Heureusement que les plus jeunes sortent moins que les plus vieux, mais ce n'est pas suffisant pour les protéger, faut qu'ils soient prudents.

Bref les autorités se sont rendu compte tardivement qu'il y a un risque bien réel. Mais apparemment il n'y a plus de sous ou de compétence en volume suffisant pour faire de la prévention.

Actuellement tous les efforts sont mis sur les moyens d'accès à une prophylaxie médicamenteuse (PreP) pour les gens les plus exposés, mais à part quelques assoces de prévention encore (bien) vivantes, la promotion de la prévention reste globalement discrète, probablement trop. Les gens lucides craignent qu'une partie des efforts ratent leur cible prioritaire...

Voilà, mieux vaut donc oublier notre peur d'etre rabaissés, et rester vivilants...