Lettre à mon ex belle mère

Matthieu Matthieu47
Zaguien
Inscrit: 2011-01-15 09:01:14
2015-11-23 01:52:23
Bonjour à tous,

J'ai pas vraiment l'habitude d'étaler ma vie sur internet mais ce soir, je suis retombé sur une lettre que j'avais fait à destination de la mère de mon ex et que je n'ai finalement jamais donné. L'idée m'est venue de vous la partager car je pense que ça peux peut-être aider certains à aborder le sujet de son couple avec ses parents ou beaux parents.

Entre nous, j'ai l'espoir que mon ex ne tombera jamais ici. On est restés peu de temps ensemble au final, cette lettre peut sembler excessive au regard de la relation qu'on a eu. Mais qu'importe, j'étais amoureux... lui surement pas autant que moi *JOKINGLY*. Pour resituer un peu le contexte, je l'ai rencontré par l'intermédiaire de ma soeur. Une fois ensembles, il a été invité une journée et une nuit chez moi, sous couvert de dormir chez une amie (ma soeur). Pour faire court, il a fait son coming-out le lendemain et sa mère l'a très mal pris. Par la suite, elle m'a eu invité plusieurs fois chez eux, mais c'était plus une façon de surveiller ce que faisait son fils avec moi plutôt qu'un geste de bonté. Quand il faisait beau on étais cantonnés à rester assis l'un en face de l'autre sur la table de jardin, quand il faisait mauvais c'était dans la cuisine. Quant à la seule fois où j'ai pu rester dans sa chambre, c'était la porte ouverte et une surveillance accrue. Bref, vous voyez le genre...

Matthieu:Madame,

Ce dimanche 3 mai, je commence à écrire cette lettre. Il est bientôt quatre heures du matin et je n'arrive pas à dormir. Si aujourd'hui je ressens le besoin de vous écrire, c'est parce-que j'ai beaucoup de choses à vous dire mais je ne vous sens pas prête à l'entendre de la bouche de l'inconnu que je suis. Je n'écris pas cette lettre avec la complicité d'Olivier, c'est une initiative totalement personnelle et à l'heure actuelle, je ne l'ai même pas mis au courant. A vrai dire, je ne suis même pas sûr qu'il veuille vous la faire parvenir. Ma démarche n'est pas dans le but de de vous donner des conseils sur comment gérer la vie de votre fils. Je ne vous écris pas pour vous rallier à une quelconque cause, ni pour vous faire de leçons. Non, je ne suis pas là pour ça. Je voudrais simplement vous parler d'un sujet que je maitrise – je pense - mieux que quiconque : l'homosexualité. J'espère que vous lirez cette lettre sans à priori ni préjugés vis-à-vis de moi. Je me dois d'être le plus sincère possible, c'est pourquoi je dois vous parler de certaines choses que vous n'étiez peut-être pas prête à entendre jusque-là. Je vous parle comme je parlerais à mes parents. Cette lettre n'a pas pour but de vous forcer la main pour quoi que ce soit, on vous laissera quoi qu'il en soit le temps qu'il faudra pour digérer cette annonce.

Je voudrais commencer par vous dire quelque chose qui me semble hyper important à mes yeux. Au même titre que vous êtes sure de votre sexualité (hétéro), je pense pouvoir dire que nous sommes surs de la nôtre. Je pense que pour pouvoir comprendre ça, il faut se poser certaines questions. Vous-imaginez-vous combien il est difficile à l'heure actuelle d'assumer son homosexualité ? Pensez-vous que si c'était de la provocation ou une « sexualité de passage », nous nous embêterions à passer par ces dures étapes que sont le coming-out, voire l'homophobie (qui n'est pas un passage obligé cependant) ? Si nous avions eu le choix, ne penseriez-vous pas que nous nous serions tournés naturellement vers l'hétérosexualité, bien plus simple à vivre dans le monde actuel ? Toutes ces questions, c'est pour tordre le cou à l'idée reçue que l'homosexualité serait un choix, une mode ou une provocation. Ca n'est rien de tout cela, je vous l'assure. Je sais qu'il est tentant de s'accrocher à une espérance, toute petite soit-elle, mais notre orientation est aujourd'hui définie et il y a très peu de chance qu'elle change (tout comme la vôtre, encore une fois).

Il faut que vous sachiez aussi que pour nous, être homosexuel n'est pas (plus ?) une souffrance. Je ne connais pas Olivier depuis longtemps mais je pense pouvoir dire qu'il assume aujourd'hui pleinement ce qu'il est, et moi aussi. Les gens n'ont pas besoin de savoir notre orientation sexuelle, mais nous n'avons pas besoin non plus de leur mentir si le sujet venait à être abordé. Evidemment, on en parle (ou pas) en fonction des gens et des circonstances. Ce que je veux dire c'est que sans avoir besoin de s'afficher à tout va, on n'a pas non plus besoin de se cacher. Les gens peuvent bien penser ce qu'ils veulent, ils vous jugeront quoi que vous leur disiez de toute façon. Être heureux, c'est aussi être soi-même. Et pour être soi-même, on ne peut pas vivre dans le mensonge éternellement. Selon le contexte, certains apprendrons l'homosexualité de votre fils plus ou moins tardivement. Pas besoin de presser les choses, il faudra juste le faire tôt ou tard. Finalement, vous n'êtes peut-être pas la première à l'avoir appris mais vous ne serez pas non plus la dernière.

Quand je discute de l'homosexualité avec les gens, il y a quelque chose qui me tiens particulièrement à c½ur. Je tiens à ce que les gens comprennent que ça n'est pas un ensemble de pratiques, c'est une orientation. Même si vous ne me l'avez pas dit clairement, j'ai très bien compris pourquoi vous ne vouliez pas qu'Olivier ferme la porte de sa chambre quand il était avec moi. En fait, on est simple un couple. Je dirais même, on est simplement amoureux (même si ça peut vous sembler rapide et improbable pour vous). L'idée, c'est avant tout de partager des bons moments, de se sentir bien avec la personne. Quand je vois Olivier, ma première réaction n'est pas de lui sauter dessus pour faire l'amour avec. On n'est pas des bêtes. Quand on est un couple, le sexe arrive fatalement mais ça, ce n'est ni à vous, ni à mes parents de s'en soucier. Et même si cela ne regarde que nous, par respect pour vous et aussi par pudeur, nous n'avons jamais eu l'intention de faire quoi que ce soit de sexuel sous votre toit. C'est déjà un grand pas pour vous de m'inviter dans votre maison et je vous en remercie sincèrement, mais vous comprenez bien que ça n'est pas vraiment naturel de rester constamment face à face sur une chaise, avec une table de jardin ou de cuisine qui nous sépare quand on est un couple. Pour finir, comme vous, je tiens à Olivier. Je vois que vous attachez particulièrement d'importance à ses études et je suis pleinement conscient de l'importance que ça a dans un parcours professionnel. Je ne tirerais jamais Olivier vers le bas et le fait d'être en couple de la détournera pas pour autant de ses études, je veux vous rassurer sur ce point-là.

J'aimerais terminer ma lettre par une dernière chose, qui me touche un peu plus personnellement cette fois-ci. Mes parents ont toujours mis un point d'honneur à ce que l'on soit les plus honnêtes possibles. Ils ont été très embêtés de devoir déformer un peu la vérité et m'ont demandé à plusieurs reprises à ce qu'Olivier vous dise les vraies raisons de sa venue chez moi. Pour les raisons que vous connaissez, Olivier n'a pas réussis à vous le dire avant. Mes parents sont partis du principe que ça n'était pas leur rôle d'annoncer l'homosexualité d'Olivier. C'est une annonce très importante et je pense qu'ils ont eu raison de ne pas s'en mêler (car ça le concerne avant tout). Ils ont juste voulu que leur fils (moi) et le vôtre puissent être heureux en passant une journée et une nuit ensemble. Et on l'a été. C'est toujours délicat de faire le deuil d'une vie « classique » pour son fils, j'en conviens très bien, mais au final, l'important ça n'est pas qu'il soit heureux ? C'est peut-être une phrase bateau, mais je crois que c'est-ce qui doit vous importer, plus que ce que peuvent penser les gens.

A la lecture de cette lettre, je ne sais pas quelle sera votre réaction. Sachez cependant que si je ne peux pas revendiquer d'être impartial, étant avec votre fils, elle a été écrite avec toute ma sincérité et ma vérité. Si vous souhaitez me répondre à un moment ou un autre, vous savez à qui il faut demander pour me voir/parler. Merci de m'avoir lu jusqu'à la fin en tous les cas.


Matthieu.
Skinny-boy Skinny-boy
Zaguien
Inscrit: 2010-07-18 09:07:09
2015-11-23 02:15:42
Allez je me lance!

Bon, perso je trouve cette lettre très belle (je sais ça fait bisounours ^^ ) et ça se voit qu'elle sort du coeur.

Je crois que t'as bien résumé tout ce qu'il faut dire lors d'un CO pour rassurer ses parents. J'ai la même vision de l'homosexualité que toi perso.

C'est bien que t'ais partagé cette lettre puisque à mon avis, ça pourra vraiment aider ceux qui n'ont pas fait leur CO.
Après, pour dire tout ça et rassurer ses parents je pense que l'utilisation de l'écrit (lettre etc) est la meilleure des choses à faire au moins pour laisser le temps aux parents de digérer et de réfléchir.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-23 08:43:14
Tres belle lettre, tres sincère :-)


"Même si vous ne me l'avez pas dit clairement, j'ai très bien compris pourquoi vous ne vouliez pas qu'Olivier ferme la porte de sa chambre quand il était avec moi."

Voila une maman qui a oublié qu'elle a été jeune fille, ou plutôt, qui n'a pas oublié ce qu'elle faisait quand elle était jeune fille ^^

Mais elle maitrise mal la surveillance de la vertu de ses enfants, car sauf si la porte de leur chambre est face à celle de la cuisine suite à sa demande à l'architecte, et sauf si elle a des yeux dans le dos, elle risque de bruler son gratin.

Dans pays traditionnels les mamans ont une méthode infiniment plus astucieuse, quoiqu'elle la réservent à la surveillance des filles, la sexualité des garçons étant jugée sans importance, lui demander de surveiller le petit dernier. C'est imparable, le petit est toujours dans les pattes du couple, et il va évidemment tout raconter de ce qu'il ne comprend pas.

Finalement je ne trouve pas que ton ex-belle mère fut si douée que cela ^^
(je me moque un peu d'elle hein...)
 
Matthieu Matthieu47
Zaguien
Inscrit: 2011-01-15 09:01:14
2015-11-23 22:55:39
skinny-boy:Allez je me lance!

Bon, perso je trouve cette lettre très belle (je sais ça fait bisounours ^^ ) et ça se voit qu'elle sort du coeur.

Je crois que t'as bien résumé tout ce qu'il faut dire lors d'un CO pour rassurer ses parents. J'ai la même vision de l'homosexualité que toi perso.

C'est bien que t'ais partagé cette lettre puisque à mon avis, ça pourra vraiment aider ceux qui n'ont pas fait leur CO.
Après, pour dire tout ça et rassurer ses parents je pense que l'utilisation de l'écrit (lettre etc) est la meilleure des choses à faire au moins pour laisser le temps aux parents de digérer et de réfléchir.


Si ça peux aider quelqu'un à verbaliser ce qu'est l'homosexualité lors d'un CO (ou autre), alors ce serait déjà cool. Je pense aussi que l'écrit c'est un super outil quand on est face à des gens trop impulsifs et/ou butés. On a le temps d'aller au bout de ses idées, de choisir ses mots, d'anticiper les questions. Personnellement, la seule fois où j'ai voulu aborder la question avec mon ex belle mère, elle était froide, distante et hermétique à toute forme d'explications. Pour elle, je n'étais qu'un pisseux qui venais se justifier de "pervertir" son fils. J'ai pas cherché à insister ^^.

allomat69:Tres belle lettre, tres sincère :-)
"Même si vous ne me l'avez pas dit clairement, j'ai très bien compris pourquoi vous ne vouliez pas qu'Olivier ferme la porte de sa chambre quand il était avec moi."

Voila une maman qui a oublié qu'elle a été jeune fille, ou plutôt, qui n'a pas oublié ce qu'elle faisait quand elle était jeune fille ^^

Mais elle maitrise mal la surveillance de la vertu de ses enfants, car sauf si la porte de leur chambre est face à celle de la cuisine suite à sa demande à l'architecte, et sauf si elle a des yeux dans le dos, elle risque de bruler son gratin.

Dans pays traditionnels les mamans ont une méthode infiniment plus astucieuse, quoiqu'elle la réservent à la surveillance des filles, la sexualité des garçons étant jugée sans importance, lui demander de surveiller le petit dernier. C'est imparable, le petit est toujours dans les pattes du couple, et il va évidemment tout raconter de ce qu'il ne comprend pas.

Finalement je ne trouve pas que ton ex-belle mère fut si douée que cela ^^
(je me moque un peu d'elle hein...)

Je lui filerait l'astuce à l'occasion, si je la revois un jour. Ceci dit, pour l'avoir vu agir avec le frère de mon ex, je pense ça ne lui pose pas autant de soucis quand ce sont des filles qui s'enferment dans la chambre avec son autre fils ^^. Moi qui pensais naïvement que les professeurs étaient majoritairement de gôôôche et plus ouverts que la moyenne (surtout quand on est prof d'Histoire/Géo/Education Civique)... Ma désillusion fut terrible quand j'ai vu qu'il y avais aussi de vieilles frustrées arriérées, tout juste bonne à faire la chorale dans des Églises (véridique...) :d.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-24 08:45:36
" tout juste bonne à faire la chorale dans des Églises (véridique...)"

Cherche pas plus loin, elle a détecté tes pensées diaboliques ^^

La chorale dans les églises, c'est un art, un lien communautaire, appropriés aux humains, il n'y aurait pas matière à s'en moquer. Mais c'est vrai que ces lieux propagent aussi des idées xénophobes, tout en se donnant bonne conscience en exprimant des idées de paix.
C'est une caractéristique humaine qui n'est pas propre aux églises xD.

"surtout quand on est prof d'Histoire/Géo/Education Civique)"

C'est plus ennuyeux, cela voudrait dire que soit elle n'a pas compris la diversité de la condition humaine ce qui serait étonnant, soit qu'elle favorise certaines conditions plutot que d'autres.
Skinny-boy Skinny-boy
Zaguien
Inscrit: 2010-07-18 09:07:09
2015-11-24 21:51:12
Matthieu47:Moi qui pensais naïvement que les professeurs étaient majoritairement de gôôôche et plus ouverts que la moyenne (surtout quand on est prof d'Histoire/Géo/Education Civique)...


Les profs d'histoire-géo n'ont pas trop cette réputation d'être de gauche contrairement aux autres. La profession de prof d'histoire est assez populaire dans les milieux catholiques ou conservateurs pour différentes raisons. Ces milieux ont une certaine nostalgie du passé donc ils auront tendance à aimer "enseigner le passé".

Après tous les passionnés d'histoire ne sont pas conservateurs, catholiques ou fermés d'esprit. J'en suis la preuve vivante ^^