VIH (et IST) : le point sur les principes et moyens de prévention

******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-20 23:35:07
.
VIH et infections sexuellement transmissibles (IST) : le point sur les principes et moyens de prévention


J'ai vu passer furtivement une pétition visant à faire accélérer l'autorisation de la PREP en France, lancée sans doute à l'approche de la journée mondiale du Sida le 1er décembre...
A mon avis le dossier commence à être suffisamment mur pour qu'on puisse se faire une idée de la façon dont la PREP s'articulera dans l'organisation de la prévention en France, et se faire une opinion personnelle.



Ti rappel pour les nouveaux...

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) se transmet par le sang et les sécrétions sexuelles notamment, quand une quantité suffisante de virus libres ou de globules blancs infectés (lymphocytes), entrent en contact suffisamment long avec une muqueuse fragile ou une blessure de la peau.
Dans le cas d'échange de seringues et de transfusion de sang contaminés il se transmet très facilement, lors des relations sexuelles avec quelqu'un infectieux il y a des situations très risquées (par exemple être passif avec un mec infecté les semaines précédentes, ou en Sida déclaré), d'autre peu risquées (tel que se faire sucer par un mec qui n'est pas Dracula xD ), et en moyenne ce sont les prises de risque répétées qui sont risquées.
Le risque augmentant avec l'incertitude lorsqu'on ne connait pas la personne...

Sans prévention ou traitement le VIH est pratiquement toujours mortel, en une dizaine d'années.

Après que le virus soit passé d'une personne à une autre, celle-ci va être très infectieuse les semaines suivantes (primo-infection), et parfois ressentir des symptômes de type "grippaux", puis ne plus avoir aucun symptôme pendant quelques années, puis le virus affaiblissant progressivement les défenses immunitaires de l'organisme (pré-Sida), la personne attrapera cancers et infections à répétition (Sida déclaré), qui l'épuiseront progressivement jusqu'à sa mort...

La population gay masculine est particulièrement touchée, parce que la muqueuse anale est fragile et réceptive, que cette population est peu nombreuse et a une probabilité plus importante de sortir avec des gens infectieux qui l'ignorent, qu'elle est socialement marginalisée et peu stable, et que les personnes qui enchaînent les plans ne sont pas rares, ont une probabilité plus élevée de rencontrer des gens infectieux, et avoir parfois une défaillance de protection (imprudence, absence, oubli, claquage du préservatif, etc).


Un vaccin protégeant de façon permanente n'existant pas encore, la prévention du VIH est organisée (comme toutes les préventions de risques de faible probabilité mais aux conséquence graves) à la façon d'une fusée à étages, où la défaillance d'un étage peut être prise en charge par l'étage suivant, et ainsi de suite.

Cela ne fonctionne bien que si on ne fait l'impasse sur aucun étage de prévention. A titre d'exemple, si vous apprenez à un enfant à ne pas se pencher à la fenêtre et qu'une barre de fenêtre est installée, sa sécurité sera infiniment mieux assurée que s'il se penche en permanence sur la barre de fenêtre. Dans le cas qui nous intéresse, le dépistage sera d'autant plus longtemps négatif qu'on se sera souvent protégé, le traitement sera d'autant plus efficace qu'on se sera fait dépisté tôt, etc.

Malgré tout il y a encore plusieurs centaines de personnes par an qui meurent directement des causes du Sida en France, en moyenne pas jeunes, mais il y a aussi des jeunes qui passent au travers des mailles de la prévention et traitements (contamination par imprudence, dépistage tardif, traitement chaotique, etc).




Organisation actuelle (et prévisible) de la prévention du VIH (et des IST) :

- PRESERVATIFS, qui protègent contre la plupart des IST, dont le VIH

- TPE, traitement post exposition, moins de 24 a 48h apres une défaillance de préservatif (claquage, oubli, impossibilité, indisponibilité, etc)

- PREP dans le futur, prophylaxie pré-exposition en cas de défaillances répétées des étapes précédentes ( * expliquée ci-dessous)

- DEPISTAGES, périodiques au moins annuels, voire plus fréquemment en cas de partenaires multiples (édité le 05/02/2016), et en cas de prise de risque.  

- TRAITEMENT ANTIRETROVIRAL (ARV, notamment tritherapie), précoce dès dépistage de la séropositivité au VIH, typiquement journalier, et toute la vie.



[video]http://www.dailymotion.com/video/xbbv2a_de-pistage-du-sida-une-demarche-sim_news[/video]



CE QUE SERA probablement la PREP en France ...

La prophylaxie pre-exposition (PREP), fonctionne un peu comme la pilule contraceptive, et protège du VIH si la substance médicamenteuse est présente dans le sang au moment d'un risque d'infection au VIH, puis pendant au moins deux jours (édité).

L'organisation de cet étage de la prévention du VIH est en cours en France, de nombreuses instances devant d'abord donner leur accord, notamment sur sa sécurité (un médoc n'est pas un bonbon sans risque), et son coût pour la collectivité (qui pourrait être très élevé s'il était entièrement remboursé, plus de 500 ¤ la boite pour environ un mois).

On connaît depuis peu ce que seront probablement les recommandations en terme de sécurité de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament, pour que le Truvada actuellement utilisé comme traitement, puisse temporairement être utilisé comme prophylaxie du VIH, jusqu'à ce que son fabricant fasse une demande d'autorisation.

Notamment, concernant les gays de plus de 18 ans (édité) :

En cas de "risque élevé d'acquisition du VIH par voie sexuelle dans la population HSH sur un ensemble de critères : relations anales non protégées avec au moins deux partenaires sur une période de 6 mois ou ayant présenté plusieurs épisodes d'IST (syphilis, infections à Chlamydia, gonococcie ou primo-infection par les virus des hépatites B ou C) dans l'année ou ayant eu plusieurs recours à une prophylaxie antirétrovirale post-exposition dans l'année ou ayant l'habitude de consommer des substances psycho-actives lors des rapports sexuels."

La recommandation vise donc pour les gays un niveau élevé de risque d'acquisition du VIH, soit par prise de risque habituelle (absence répétée de préservatif lors de relations anales), soit des IST ou recours au TPE répétés suggérant des situations a risques habituelles, soit par utilisation habituelle de substances qui diminuent la vigilance et la prudence.

D'autres population sont visées, et des précautions sont recommandées, dont un suivi médical strict car cette prescription n'est pas sans risque.

Pour plus d'infos cf :  





Mon avis perso...

Cette recommandation m'apparaît satisfaisante, car elle renforce globalement le dispositif actuel de prévention, au moins en théorie. Surtout elle cible les gens les plus exposés, qui font grossir l'épidémie, et la rapproche des gens vulnérables (jeunes, femmes, enfants lors de l'accouchement, etc).

Restent deux questions en suspens.

D'une part le volet financier, car autour de 500¤ la boite mensuelle, cette question se pose y compris dans les pays réputés riches, souvent criblés de dettes.
L'avis sur ce point n'est pas encore rendu, on peut penser qu'on s'oriente vers la gratuité, mais on va pas jouer les dames Irma. (édit : gratuité au 1er janvier 2016)

Mais aussi, consacrer de gros moyens pour augmenter la sécurité des gens imprudents ou qui se révèlent incapables de se protéger c'est bien, mais ne sécurisera pas directement les gens vulnérables tels que les ados ou jeunes adultes gays, généralement convaincus des vertus de la prudence, mais inexpérimentés, isolés face à ces complexités, peu conseillés s'ils n'en font pas spontanément la démarche, et loin d'être assurés de trouver des préservatifs gratuits alors qu'ils n'ont pas beaucoup d'argent...

Voilà ma contribution, j'accepte la contradiction sur les paragraphes de mon avis perso, pour le reste j'essaie de coller au plus près de "l'état l'art" de la prévention en France :-)
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-23 17:45:31
Source Libé :

La ministre Marisol Touraine a annoncé que, «sous certaines conditions», le Truvada pourrait être prescrit pour éviter aux personnes à risques d'être infectées par le virus du sida. «J'y suis favorable, a-t-elle précisé. Et cela sera effectif au cours de la première quinzaine de décembre. Et j'ai décidé que ce traitement sera pris en charge à 100% par l'Assurance maladie.»


Il y a de fortes chances que les conditions soient celles recommandées par l'ANSM (en gras ci-dessus dans le texte de ce topic), et que ce soit annoncé en clair à l'occasion de la journée internationale du Sida le 1er décembre.
Anonyme
2015-11-23 18:14:15
allomat69:Source Libé :

La ministre Marisol Touraine a annoncé que, «sous certaines conditions», le Truvada pourrait être prescrit pour éviter aux personnes à risques d'être infectées par le virus du sida. «J'y suis favorable, a-t-elle précisé. Et cela sera effectif au cours de la première quinzaine de décembre. Et j'ai décidé que ce traitement sera pris en charge à 100% par l'Assurance maladie.»


Il y a de fortes chances que les conditions soient celles recommandées par l'ANSM (en gras ci-dessus dans le texte de ce topic), et que ce soit annoncé en clair à l'occasion de la journée internationale du Sida le 1er décembre.


C'est bien, ça.
 
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-24 23:07:43
L'institut de veille sanitaire vient de publier des stats, à l'occasion de la journée mondiale contre le Sida le 1er décembre :  

( )


Quelques extraits :

Découvertes de séropositivité par mode de contamination - augmentation chez les HSH :





Augmentation du nombre de nouvelles contaminations VIH chez les jeunes HSH :





Différence découvertes / contaminations :




Edité
Je vire mon avis, parce que j'ai trouvé celui de l'INVS...
Source :  

"L'augmentation du nombre de découvertes de séropositivité VIH chez les HSH, la stabilité de l'incidence à un niveau bien supérieur à celui des découvertes de séropositivité, l'augmentation de l'incidence chez les jeunes, la stagnation de la précocité des diagnostics, la progression des IST et l'augmentation des pratiques à risque constituent un faisceau d'indicateurs forts montrant qu'une prévention ciblée dans cette population, notamment chez les jeunes, doit être renforcée grâce à l'ensemble des outils disponibles. Dans cette population, la fréquence du recours au dépistage devrait sans doute être accentuée."


Re-édité :
Dans ces circonstances il ne serait pas surprenant que les recommandations françaises augmentent la fréquence de la périodicité des dépistages pour les gays, qui est actuellement d'au moins une fois par an.
La encore difficile de jouer les dames Irma, on pourrait imaginer que cela soit 6 mois, cela dépendra sans doute indirectement de la périodicité des visites des gens sous PREP.
Wait and see...
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-27 22:42:51
Source :  

l'Assemblée nationale a donné aujoud'hui son feu vert à la possibilité de traitements préventifs contre le VIH (prophylaxie pré-exposition, PrEP), dans les futurs centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles (futurs CEGIDD, actuels CDAG).

Ce traitement s'adresse aux personnes « non infectées et surexposées, qui à certains moments n'utilisent pas de préservatifs », coutant 500 euros la boîte de 30 comprimés, sera pris en charge à 100% au début de l'année 2016.

La recommandation temporaire d'utilisation (RTU) du médicament Truvada devrait etre signée courant decembre.




Mon avis...

Ce serait mieux d'avoir le texte final de la RTU du Travada avant de se lancer dans des explications, mais sous sa forme actuelle de compte rendu de groupe de travail (mes postes précédents), on voit déjà qu'elle assure une continuité entre la recommandation habituelle du préservatif, et la recommandation du préservatif + Truvada pour les gens à risque aggravé.

Logique, la prévention du VIH n'a aucune raison de se différencier des autres préventions, qui ajoutent toujours "ceinture et bretelles" en cas de risques sérieux, ce qui est le cas des IST.

Les CEGIDD auront intéret à distribuer autant de préservatifs gratuit aux gens qui le demandent, que de Truvada gratuit aux gens qui le nécessitent... ^^
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-30 17:20:48
J'avais prévu d'attendre les recommandations officielles, mais sous la pression des trolls qui postent régulièrement des bêtises, je souhaite rassurer les zaguiens sur ce point...

1) Sur un site accueillant des ados, qui auraient des difficultés à gérer une IST quelle qu'elle soit, le préservatif est de rigueur de la part de tout partenaire lambda, TasP, PrEP, etc, à fortiori s'il est son ainé.

2) La recommandation de l'ANSM pour autoriser temporairement le Truvada comme prophylaxie pré-exposition, ne remet pas en cause la protection par le préservatif, mais définit l'indication de la Prep pour les gays par une phrase de risque, énumérant plusieurs critères de suspicion de défaillance de protection par le préservatif.

Autrement dit la PrEP autorisée en France associe les préservatifs, et ne les exclut pas comme commenté avec légèreté par certains média et trolls des forums.

Il en résulte que l'objectif numéro 1 sur un site accueillant des ados d'utiliser dans tous les cas des préservatifs, est préservé par les traitements curatifs comme préventifs.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-11-30 20:50:44
Décidément, pendant un an il ne se passe rien, mais quand il y a un arrivage c'est au menu tous les jours ^^


Nouvelle campagne INPS de promotion du dépistage de VIH, notamment pour les couples gays stables, qui ne se font pas assez dépister :

[video]https://www.youtube.com/watch?list=PLl00syIAMv7T84VByxhfKB4StAJeCjkrr&v=qgqjLemTP1s[/video]

Les Centres de dépistages :  


La raison
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-02 16:46:20
Le carnet de notes des 15-25 ans, "Découvertes de séropositivité VIH chez les jeunes en France, 2003-2013" a été publié dans le BEH du 1er décembre 2015, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida :
 

Soumis à la publication le 27 aout 2015, faut croire que ce n'était pas urgent, mais bon le CRIPS PACA y avait brièvement fait référence en septembre 2015 ("multiplication par 2,5 en 10 ans chez les 15-25 ans), on en a parlé sur Zag, et on ne pourra pas dire qu'on étaient pas prévenus.

Bah voilà les notes sont fort mauvaises...

Entre 2003 et 2013, le nombre de découvertes de séropositivité VIH chez les jeunes hommes [18-24 ans] a plus que doublé, en lien avec une augmentation chez ceux contaminés par rapports sexuels entre hommes (+157%). Cette augmentation est beaucoup plus marquée chez les hommes de 18-24 ans que chez les adultes de 25 ans et plus (+30%)

Les US ont publié il y a presque un an +132% en 10 ans, on est dans l'ordre de grandeur.

De surcroit, en 2014 la courbe d'estimation des nouvelles "contaminations" chez les 15-24 ans (postée ci-dessus), théoriquement plus élevée que celle des diagnostiques, se redresse de façon très soutenue. On pourrait donc avoir de plus mauvaises surprises encore l'année prochaine, lors de la publication des données 2015.


Découvertes de séropositivité VIH chez les jeunes en France, 2003-2013 :





Ceci étant, il n'est pas tres surprenant que le VIH tende à infecter les gens de plus en plus jeunes, c'est ce qui s'est passé en Afrique. Et c'est bien ça le souci, la situation est devenue là-bas incontrôlable car les mineurs des deux sexes se font infecter...
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-02 22:21:45
Bon, la journée mondiale terminée, les mauvaises nouvelles passées, on va pouvoir positiver ^^

On reparlera de la Prep quand elle sera en place, ou en tout cas quand il y aura des news, d'ici le début de l'année prochaine je pense.

Une tite vidéo pour tous, que j'ai trouvé plutôt bien faite :




Je suis tout seul sur ce topic, je vais finir par me parler tout seul ^^
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-03 22:03:45
Concernant la PREP, l'ANSM a apporté des précisions dans un résumé publié le 1er décembre sur   :

Les populations concernées par cette RTU sont ainsi les personnes âgées de 18 ans ou plus à haut risque d'acquisition d'une infection par le VIH par voie sexuelle, notamment :

- les Hommes ayant des rapports sexuels avec des Hommes (HSH) ou les personnes transgenres avec un niveau de risque élevé d'acquisition du VIH par voie sexuelle
- les personnes, hors HSH et transgenres, chez lesquelles une PrEP peut être envisagée au cas par cas dès lors que ces personnes sont jugées à haut risque d'acquisition du VIH par voie sexuelle (par exemple "sujet en situation de vulnérabilité exposant à des rapports sexuels non protégés avec des personnes appartenant à un groupe à prévalence du VIH élevée" )

Un suivi régulier incluant un dépistage du VIH tous les trois mois des personnes bénéficiaires de la PrEP est indispensable.





La restriction de la prophylaxie aux plus de 18 ans existait déjà aux US, il ne serait pas surprenant qu'elle ait été un souhait du laboratoire Gilead, de culture US, prudente avec les mineurs. Et puis les essais de PREP n'ont porté que sur des adultes. (édité)

De toutes les manières le principe est la protection préservatif pour tous, plus la PREP pour les gays et trans qui ont des défaillances récurrentes de protection, ou en tout cas un haut risque d'infection.

Il ne faudra pas que la prudence et vigilance fléchissent, en particulier chez les grands ados adeptes des plans avec des inconnus (ils ne sont sans doute pas si nombreux, mais ils existent surement...).

Et puis je ne serais pas surpris que la recommandation de fréquence de dépistage passe un jour de 1 ans à 6 mois, c'est un peu ce qu'écrit entre les lignes l'INVS cette année...
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-13 11:09:20
Source :  


Les nouveaux Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic des infections par les virus de l'immunodéficience humaine et des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles (CeGIDD), anciens CDAG et CIDDIST, pourront à partir du 1er janvier 2016 prescrire et fournir des médicaments contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

Cela signifie notamment qu'ils pourront prescrire et fournir gratuitement des traitements prophylactiques pré-exposition au (PREP), et peut-etre meme des traitements post-exposition au VIH (TPE), mais ce point n'est pas encore clair.

Pour plus d'info appeler Sida Info Service au 0 800 840 800 (appel gratuit).

-----------

Je ne sais pas si l'intendance suivra, mais sur le papier cela semble tenir la route.

On peut penser que ce sera au moment du dépistage dans un CeGIDD, que les personnes les plus exposées aux IST, ou à haut risque VIH, seront identifiées.

Les recommandations de l'Agence Nationale de la Sureté du Médicament ont formulé dans une phrase de risques un seuil de surexposition au VIH, pour les gens de plus de 18 ans (posts ci-dessus). Faudra sans doute reformuler les incitations aux dépistages pour que les personnes qui pourraient etre concernées retournent se faire dépister.

Je suppose que le statut anonyme du dépistage s'arretera lors d'une éventuelle prise en charge médicamenteuse.

On refera le point en début d'année 2016...
Lucas97 Lucas97
Zaguien
Inscrit: 2015-03-13 09:03:30
2015-12-13 13:45:49
Petite question, ça se passe comment le dépistage en Belgique ?

Gratuit aussi ? Via ? PREP ?
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-13 14:08:00
Je ne connais pas l'organisation en Belgique, on peut apparemment la lire sur cette page, mais une mauvaise mise en page ne me permet pas de la lire sur smartphone :
 

Pour l'instant en Europe seulement la France tente la Prep pour les gens les plus exposés, dont les gays les plus à risque.

Compte tenu que la situation semble s'améliorer en Belgique et Suisse, alors qu'en France elle s'aggrave, je suppose que la Belgique va un peu attendre...

Car le challenge est de protéger les gens les plus exposés au VIH parmi une population et une tranche d'age à forte prévalence du VIH, sans pour autant démobiliser les gens plus prudents ou moins exposés, et sans court-circuiter l'éducation à la prudence chez les plus jeunes (édité).

Mais je ne garantis pas cette analyse pour la Belgique, parce que je ne connais pas assez le dossier belge...

Edité :

Je viens de faire une recherche, la Belgique va commencer une évaluation de la Prep :  
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-16 19:17:48
Les suisses réfléchissent à autoriser la Prep en 2016, mais peut-être pas gratuitement comme en France.
(source :  )

-------------------

Sans transition, les conseils de Troye Sivan (jeune australien d'origine sud-africaine, partenaire d'une marque de préservatif apparemment) pour se protéger du VIH, ainsi qu'une tentative de réponse à la question : Is It Easier To Get AIDS If You're Gay ?

Je serais volontiers entièrement d'accord avec lui, même si dans ses explications il oublie le facteur prévalence élevé du VIH chez les gays, parce que je trouve son vernis à ongle fascinant ^^

En tout cas il n'a pas l'intention de chopper le VIH apparemment, et en soi c'est déjà interposer une barrière efficace avec les IST. Bon après il y a le passage du code à la conduite... xD

Anonyme
2015-12-16 22:02:31
le point sur les CAMPAGNES de prévention.

"La Prep c'est criminel, ça incite à ne plus utiliser le préservatif."
pas de chance , la PREP que je recommandais est validée par le ministère et ça marche tellement bien que même allomat ne peut plus éviter d'en parler.

La campagne de dépistage : mêmes causes , mêmes effets, ça ne marchezra pas plus en 2016 qu'en 2015 comme c'est parti.

Et dire qu'allomat avait prévenu......heu, et dire que J'avais prévenu :

baisse du préservatif inéluctable à compenser par un changement radical de stratégie orienté vers la banalisation comme à san francisco .

pret à discuter cette fois
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-16 22:12:13
jcm2015:le point sur les CAMPAGNES de prévention.

"La Prep c'est criminel, ça incite à ne plus utiliser le préservatif."
pas de chance , la PREP que je recommandais est validée par le ministère et ça marche tellement bien que même allomat ne peut plus éviter d'en parler.

La campagne de dépistage : mêmes causes , mêmes effets, ça ne marchezra pas plus en 2016 qu'en 2015 comme c'est parti.

Et dire qu'allomat avait prévenu......heu, et dire que J'avais prévenu :

baisse du préservatif inéluctable à compenser par un changement radical de stratégie orienté vers la banalisation comme à san francisco .

pret à discuter cette fois


Le projet français me convient, et n'est pas ce que vous écrivez, j'en déduit qu'il ne vous conviendra pas. Mais qu'importe, vous n'êtes plus concerné.
Anonyme
2015-12-17 00:24:59
...
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-12-17 08:29:04
jcm2015,
"CAPOTE = BURQA = ISLAM = PARIS = OSTRACISME FABRIQUE = MORALISME PUANT ET COUPABLE
TASP/PREP/BANALISATION = SAN FRANCISCO = SOLIDARITE= EFFICACITE"


La prévention des risques c'est être prudent.

La capote est et restera la prévention de référence, car protège contre la plupart des IST dont le VIH, est peu couteuse, accessible dès la puberté, respecte la vie privée, et rend autonome.

En l'absence de vaccin les médocs viennent en complément ou rattrapage, généralement à la faveur de DEPISTAGES, pour soigner une éventuelle maladie sexuellement transmissible (IST), et pour le VIH particulièrement coriace, pour stabiliser une éventuelle infection VIH par des antirétroviraux (ARV) jusqu'à la fin de sa vie, intercepter une prise de risque par un traitement d'urgence (traitement d'urgence, TPE), et dès l'année prochaine pour prévenir l'infection pour les personnes majeures à haut risque d'acquisition du VIH (prophylaxie pré-exposition, PREP). Le médoc Truvada utilisé pour la PREP n'est actuellement pas indiqué pour les mineurs.

C'est tout l'inverse du discours populiste de certains séropos âgés et pas toujours très en forme, qui trollent les forums gays, heureusement peu nombreux.

Concernant l'effet préventif TASP des traitements ARV, qui existe à certaines conditions, les optimistes en attendaient un effet spectaculaire, la Suisse qui l'exploite depuis plus longtemps que la France parvient à freiner l'épidémie chez les hétéros, et la stabiliser pour les gays. C'est bien, mais pas miraculeux.

Il est attendu un effet de la PREP, mais faut pas se faire trop d'illusion, une prophylaxie couteuse (500 ¤/mois) et inévitablement partielle n'a jamais arrêté une épidémie, sinon le paludisme n'existerait plus sous les tropiques. Les protections mécaniques (moustiquaires, préservatifs, etc) et la prudence restent la protection de référence des maladies n'ayant pas de vaccin. Les drogues viennent toujours en complément.

En démolissant le préservatif avant même que la TASP et la PREP n'aient montré leurs effets, sur le principe vous démontez les fondations avant même que les murs ne soient construits, et en pratique vous incitez à la prise de risques, notamment les mineurs de Zag qui sont peu expérimentés et vulnérables.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2016-02-04 23:26:10
.
Le rapport   vient d'être publié par France Lert le 1er février 2016.

On peut y lire notamment ...:
(mais il y a plein d'autres infos...)
[j'ai mis quelques notes perso entre crochet]


"La stratégie de dépistage n'a pas produit toute l'étendue des effets escomptés."
"Les messages sur le dépistage envers les publics exposés peuvent être simplifiés."
"L'objectif d'un dépistage très précoce amène à diffuser le message sur la répétition rapprochée des tests pour les personnes exposées (tous les 3 mois chez les HSH sexuellement actifs et les multipartenaires)."
"Le dépistage gagnerait aussi d'une utilisation plus large des tests rapides que ne le préconisaient les recommandations de la HAS (Haute Autorité de santé) de 2008, dans les services de santé et les centres de dépistage, afin de favoriser l'attractivité du dépistage, le rendu des résultats et d'optimiser les ressources humaine"

HSH (gays) parisiens...

"Comme dans toutes les grandes métropoles occidentales, la population HSH connait une épidémie extrêmement élevée. À Paris, elle s'est aggravée en 2014. Une épidémie croissante s'accélère en raison de la contribution des cas non diagnostiqués aux nouvelles contaminations dans une population caractérisée par la multiplicité des partenaires. Par rapport à l'ensemble de la France et au sein de la région, Paris a une situation particulièrement préoccupante avec un haut niveau de la prévalence (autour de 20 % des HSH seraient séropositifs), associée aux caractéristiques sociologiques de sa population gay, à son rôle dans la sociabilité gay, et au fait que la capitale est aussi
un lieu de brassage sexuel."

"Au niveau national, la situation est critique avec une forte augmentation des nouveaux cas estimés chez les jeunes hommes de moins de 15 à 24 ans (on ne dispose pas de chiffres sur les jeunes gays pour Paris)."

"Les gays parisiens ont également plus de partenaires sexuels masculins dans l'année: en médiane 9 pour Paris, 5 pour la petite couronne, 4 pour la grande couronne et les autres départements. Pour les Parisiens, les hommes de plus de 35 ans ont plus de partenaires que leurs cadets (en médiane : 10 versus 6 à 30-34 ans et 5 à 25-29 ans)"

"La communauté LGBT subit encore fortement cette homophobie et la pression à l'hétérosexualité. Ces pressions s'exercent dès l'adolescence dans l'école et la famille et sont parmi les causes de la sur-suicidalité des populations LGBT, notamment des jeunes. La poursuite du combat mené à Paris pour parachever l'inclusion des populations LGBT est donc partie intégrante d'un programme de santé sexuelle et de lutte contre le VIH."

"Sur le plan des méthodes de prévention, l'accent sera mis sur la PreP, la promotion du préservatif, le dépistage tous les trois mois, le dépistage et le soin des IST. Il ne s'agit pas d'imposer un nouveau dogme préventif mais d'offrir un véritable choix entre des moyens efficaces et accessibles"


Prophylaxie...

"Le comité d'experts définit la PreP comme un outil additionnel ou complémentaire pour les personnes à haut risque d'acquisition du VIH au sein d'une stratégie de prévention diversifiée. Pour les HSH, l'indication est définie par des rapports anaux non protégés avec au moins deux partenaires en 6 mois ou plusieurs IST ou recours au TPE dans l'année, ou usage de drogue sont des indications de prescription."

"À Paris, ces indications concernent une large proportion des HSH sexuellement actifs - au moins dans certaines tranches de leur parcours de vie - et suggèrent donc une large diffusion de la PreP.
Celle-ci est d'autant plus nécessaire que l'incidence est forte, qu'il existe probablement un fort brassage sexuel entre générations, entre résidents de différentes régions ou pays, entre hommes de modes de vie divers."


Préservatif...

"Le message sur le préservatif est présent dans toutes les brochures de réduction des risques sexuels. II est cependant l'objet d'un discours négatif plus ou moins explicite, y compris des acteurs de prévention. Sa contribution à la prévention est pourtant très forte"

"La stratégie test répété et traitement immédiat sans baisse de l'utilisation du préservatif aurait réduit l'incidence par près de 3"

"Les préservatifs [gratuits ?] sont présents dans les campagnes, distribués par l'ENIPSE dans les lieux de sexe sur la base d'un achat par les exploitants et dans les CeGIDD. Le modèle standard distribué est l'objet de plaintes qui se sont exprimées dans les réunions. Toutefois la seule façon de satisfaire les utilisateurs est l'achat
de préservatifs adaptés aux besoins individuels"


Dépistages périodiques rapprochés à 3 mois...

"L'épidémie est aujourd'hui principalement alimentée par les séropositivités non diagnostiquées
avec une forte transmission pendant la primo-infection"
.

"La recommandation de la HAS datant de 2009 actuellement en vigueur est de répéter le dépistage chaque année. Cette
périodicité est trop longue dans une population dans laquelle le multipartenariat est fréquent partenaires en médiane dans l'année à Paris) et les couples ouverts à des relations extra-conjugales des HSH en France dans l'enquête EPGL-2011). Une périodicité de 3 mois pour tous les HSH sexuellement actifs avec un recours immédiat [au antirétroviraux ?] en cas de signes de primo-infection"
" L'articulation lors du counselling entre dépistage et orientation vers la PreP est évidemment essentielle."


Jeunes gays...

"L'augmentation des nouvelles infections chez les moins de 25 ans incite à déployer vers eux une action
spécifique en commençant par les étudiants au sein des universités et des écoles post-bac avec des
méthodes à inventer sur les campus et sur les territoires numériques. Il s'agit de les sensibiliser à
une problématique qui les concerne tout en mettant en avant les ressources nouvelles pour fabriquer les stratégies préventives qui leur conviennent."

"Cette démarche est déjà amorcée par le CRIPS avec l'application  "
[Tony est pour les plus de 18 ans, sinon   ]

ChemSex...

"En France comme dans les autres pays occidentaux, la pratique associant la prise de produits psy-choactifs et les rapports sexuels, souvent en groupe, préoccupe les médecins et les associations investies auprès des HSH. Elle facilite la baisse de vigilance, la transmission sexuelle du VIH et des IST, y compris de l'hépatite C par mise en commun de seringue ou de paille, la survenue d'abcès aux sites d'injection et peut conduire à d'authentiques addictions."



Edité le 5 février 2016:

Le rapport n'est pas bavard sur les jeunes gays, mais dans l'urgence, baisser la pression de l'épidémie des adultes sur eux est sans doute aussi une façon de les protéger.

Il va falloir qu'on reparle de la fréquence de dépistage, car de plus en plus de spécialistes demandent une mise à jour des recommandations de la Haute Autorité de Santé, qui sont actuellement un dépistage au moins annuel.

Je ne connaissais pas France Lert, l'auteur de ce rapport, j'ai trouvé cette vidéo sur elle :