La prévention du VIH et des IST chez les jeunes

******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-10-31 20:55:30
La prévention du VIH et des IST chez les jeunes

Dans un paysage où la visibilité de l'éducation à la prévention du VIH et des IST évoque de plus en plus la vacuité du désert d'Atacama, et où s'enrichir en vendant les traitements à un prix extravagant devient un modèle mondial de réussite économique, je suis tombé par hasard sur cet excellent dossier du CRIPS PACA (Centre Régional d'Information et de Prévention du Sida, de la région Provence Cote d'Azur) :
La prévention du VIH et des IST chez les jeunes
Dossier de synthèse documentaire
et bibliographique, Juin 2015

Le titre est modeste mais le dossier bien documenté, et synthétique de publications s'intéressant assez peu depuis des années aux jeunes gays, ou de façon partielle et discontinue, impropre à une compréhension facile.

Quelques extraits pour ceux que les pavés rebutent, mais rien vaudra la lecture de l'original complet, qui cite ses sources,   :


La part des moins de 25 ans augmente par contre sur la période [de 10 ans] chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), passant de 8% à 14% des découvertes de séropositivités.
...
On note en effet depuis quelques années une augmentation marquée du nombre de découvertes de séropositivité dans la population homosexuelle.
Cette augmentation s'avère particulièrement inquiétante chez les plus jeunes : le nombre de diagnostics de séropositivité chez les HSH de 15-24 ans a été multiplié par 2,5 de 2003 à 2011, selon les dernières données fournies par l'Institut de Veille Sanitaire (InVS).
...
En PACA, les [HSH de] moins de 30 ans représentent 27,8% des découvertes de séropositivité, taux supérieur à la moyenne nationale.
...
Parmi les 18-30 ans, 2,6% des hommes et 9,4% des femmes déclarent avoir déjà eu une IST hors mycoses, champignons et candidoses
Les différentes recommandations insistent sur la nécessité d'inciter les jeunes au dépistage des IST car elles sont souvent asymptomatiques et peuvent avoir de graves conséquences pour la santé (infertilité, cancer du col de l'utérus...) alors même qu'il existe des traitements efficaces.
...
Si les jeunes sont majoritairement bien informés sur le sida, leur perception de sa dangerosité a considérablement diminué ces dernières années et les enquêtes montrent un relâchement des comportements et attitudes de prévention, accompagné de prises de risques lors de rapports sexuels.
...
Les résultats d'un sondage mené début 2015 pour Sidaction montrent chez les jeunes un niveau élevé d'information mais des lacunes importantes et des clichés qui perdurent.
...
Le recours au préservatif lors du premier rapport sexuel a régulièrement et fortement augmenté depuis 25 ans, pour concerner aujourd'hui 90% des 15-25 ans (contre 14% en 1985). Le préservatif apparaît donc comme un code, une norme d'entrée dans la sexualité, témoignant de l'impact des campagnes et des actions de prévention.
...
Par ailleurs, les enquêtes montrent que la probabilité d'utiliser un préservatif lors du premier rapport sexuel augmente avec le niveau d'études. A contrario, elle baisse avec la précocité de ce premier rapport.
...
S'il reste des efforts à faire pour promouvoir l'usage du préservatif chez les jeunes, ceux-ci constituent toutefois la classe d'âge qui y a le plus recours, y compris lors d'une relation occasionnelle ou nouvelles.
...
Si l'opinion que le préservatif est quelque chose de banal est largement partagée, près d'un jeune sur deux juge également qu'il diminue le plaisir.
...
Ce sont les 18-30 ans qui sont les plus nombreux à avoir réalisé un test dans les douze derniers mois : un quart des hommes et des femmes.
...
les jeunes sont également les plus nombreux (89,6% en 2010) à estimer que demander un test de dépistage à ses partenaires ou faire soi-même régulièrement le test constitue une stratégie efficace.
...
L'adolescence constitue une période clé d'expérimentation et d'apprentissage des interactions sociales entre les individus notamment des sentiments amoureux et des relations sexuelles. C'est donc le moment privilégié pour identifier les risques et s'approprier durablement les notions de prévention, de respect de l'autre et de son propre corps. Les jeunes représentent une cible de prévention privilégiée car c'est à cette période que se construisent les représentations liées à la sexualité. Il est important de les aider à acquérir les clés pour effectuer des choix éclairés et adaptés dans les situations qu'ils sont ou seront amenés à vivre.
...
les mineurs et jeunes majeurs ayant des rapports homo ou bisexuels sont bien souvent négligés par les interventions associatives et peu pris en compte par les actions d'éducation à la vie affective et sexuelle en milieu scolaire. Le contexte actuel d'une épidémie de VIH concentrée au sein de la population HSH et les difficultés spécifiques liées à la construction identitaire homosexuelle placent ces jeunes dans une situation d'extrême vulnérabilité face au risque infectieux.

La découverte de son homosexualité est en effet souvent un moment difficile à gérer pour un adolescent. Dans un contexte social où l'hétérosexualité reste la norme, et à un âge où l'identité sexuelle et affective constitue un enjeu majeur de construction individuelle et collective, l'homophobie, vécue ou intériorisée, peut donc avoir pour ces jeunes des conséquences importantes sur leur estime d'eux-mêmes, leur accès à la prévention et leur capacité à prendre soin de leur santé.
...
en mai 2014, une enquête menée par le syndicat lycéen FIDL montrait que 46% des lycéens déclaraient ne pas disposer d'un distributeur, du moins en état de marche, dans leur établissement.
...
Les établissements scolaires ou de formation ont un rôle prépondérant à jouer dans le fait de faciliter l'accès des jeunes aux moyens de protection afin de leur permettre de gérer en toute autonomie leur prévention.
...
L'utilisation d'Internet par les jeunes comme source d'information sur la sexualité, contribue à réduire le déficit d'accès et d'utilisation des sources plus traditionnelles d'informations sur la santé. Mais face aux difficultés des jeunes à identifier des sources fiables, les acteurs de santé et les professionnels de la jeunesse ont un rôle à jouer pour repérer et promouvoir des sites délivrant une information juste et adaptée.
...
concernant la prise en charge médicale des personnes mineures diagnostiquées séropositives ou celles éligibles à un traitement post-exposition (TPE), le droit au secret n'est pas garanti par la loi et constitue donc un frein majeur.
...
les Tests de dépistages Rapide à Orientation Diagnostique (TROD) réalisés dans un cadre communautaire sont effectués par des associations de terrain habilitées mais soumises à l'obligation de recueillir le consentement des titulaires de l'autorité parentale avant la réalisation de tout test sur une personne mineure. Cette disposition freine l'accès au dépistage des mineurs appartenant aux populations les plus exposées au VIH.
...
Conclusion

Si la prévalence importante et en augmentation de certaines IST chez les jeunes est à mettre sur le compte de politiques de dépistage plus efficaces et plus systématiques, elle témoigne également d'une moindre perception des risques dans la jeune génération et de connaissances plus limitées quant aux moyens de se prémunir des IST. L'intérêt et la confiance des jeunes dans le préservatif connaît une certaine régression, quand par ailleurs, les jeunes témoignent d'un recours important et en augmentation au dépistage, qui est perçu à juste titre comme une véritable stratégie préventive.
...





Je n'ai pas vraiment de commentaires à faire, ce dossier m'apparait consistant, et plutôt rare comme signalé en début de topic.

Si ce n'est qu'une multiplication de 2,5 des nouvelles infections au VIH en moins de 10 ans, autrement dit une augmentation de 150%, je ne l'avais lu nul part, c'est supérieur à ce que les publications brumeuses laissaient supposer, et supérieur au chiffre de 132% en 10 ans publié aux US.

Plus que jamais il faut faire de la prévention : préservatif, traitement d'urgence (TPE) en cas de prise de risque, dépistages, traitements précoces...

(Edité) Quant-à la prophylaxie qui sera sans doute proposée dans le futur aux gens les plus exposés au VIH, de façon à les protéger et faire baisser la pression de l'épidémie sur les plus jeunes ou autres gens vulnérables notamment, elle n'est pas évoquée par ce document. Mais on peut le comprendre. Outres qu'elle ne soit pas disponible à la date de ce document, et pas plus qu'aujourd'hui, pour faire une métaphore cycliste ...des rustines sur des chambres à air poreuses peineraient à avoir l'efficacité attendue des rustines de qualité, et n'exempteront pas d'entretenir les vélos...

Votre avis sur ce dossier du CRIPS PACA ? :-)