Poème "Coupables d'aimer"

Awnother Awnother
Zaguien
Inscrit: 2015-07-26 12:07:14
2015-08-10 23:38:32
J'ai écrit ce poème quand j'étais en fixation sur un serveur inconnu :

Tu es prêt quand je te vois au loin,
Rejeté sûrement tu seras dans mes bras,
Je te veux comme je ne te veux pas,
De mes envies funestes, prodiguez moi les soins.

J'aime comme si c'était flou,
J'aime comme si c'était tabou,
Dans le vice, plongeons à c½ur ouvert,
Criminels de nos passions, déjà attachés aux charnières.

Je ne sais rien de toi, rien du tout,
Cruelle obsession, nuit obscure,
Pour d'autres, faisons vivre une torture,
Inspirons la France, inspirons le dégoût.

A s'aimer comme on pourrait le faire,
A te regarder comme j'en ai l'habitude,
Ne fuyons pas même si l'avenir sera rude,
Non, non ne venons pas des Enfers.

Si vous n'êtes pas d'accord,
Alors tuez-nous, faites que nous soyons morts,
Si par la haine vous n'êtes pas aveuglés,
Donnez, rendez-nous le droit d'aimer.


Donnez moi vos avis.
Anonyme
2015-08-11 00:32:57
Bien ! J'aurais insisté sur les thèmes comme ça... enfin, je leurs trouve plus de sens de cette manière, mais à chacun sa sensibilité.

Tu es prêt quand je te vois au loin,
A tes pulsions funestes je t'offre mes soins
Rejeté de tous, mes bras seront un asile absolu,
Je te veux plus qu'aucun ne t'a voulu,

J'aime tant que c'en est flou,
J'aime cet amour tabou,
Des vices protège mon coeur ouvert,
Amours criminelles de nos passions ont fait des charnières.

Je ne sais rien de toi, rien du tout,
Ô cruelle obsession, nuit obscure,
Pour d'autres, vivons cette torture,
Ne laissons au temps son inspiration du dégoût.

A s'aimer comme on sait le faire,
A te regarder comme j'en ai l'habitude,
Ne fuyons pas même si l'avenir est rude,
Non, nous braverons les Enfers.

Tuez-nous, faites que nous soyons morts,
Si par la haine vous n'êtes pas aveuglés,
Donnez, rendez-nous le droit d'aimer,
A l'Amour, jamais vous ne survivrez.
Anonyme
2015-08-11 02:49:22
Tu es prêt quand je te vois au loin,
Machinal, tu deviendras l'hôte de mes bras.
Je te désire , mais ne te veux pas,
De mes Morbides pensées tu seras le soin.

J'aime ce monde comme s'il était flou,
J'aime de ce monde, le toi tabou.
Plongeons dans le vice, nu comme des vers,
Et esclaves de nos passions, soyons liés par des charnières.

Bel ami, toi dont j'ignore tout,
Toi qui est à l'origine de cette nuit obscure
Inflige aux autres la beauté de notre torture.
Révoltons, inspirons le peuple par le dégoût.

A s'aimer comme nous seul savons faire
A te regarder comme j'en ai l'habitude,
Unis dans la vie même lorsqu'elle sera rude,
Nous affronterons tous deux les Enfers.

Frappez, Cognez, si vous n'êtes pas d'accord,
Achevez-nous, brûlez nos misérables corps.
Si vous voyez au delà de la haine
Rendez-nous notre amour en peine.

J'espère que c'est dans l'idée .
 
Awnother Awnother
Zaguien
Inscrit: 2015-07-26 12:07:14
2015-08-11 04:45:46
J'aime vos variantes / suites. Merci de votre participation. L'idée est bien là.