Suisse: Cohorte VIH s'inquiete de la désafection du preso chez les seropos soignés

******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-06-18 20:39:24
Suisse: Cohorte VIH s'inquiete de la désafection du preso chez les seropos soignés

Sources :
http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/27800740?redirect=mobi&nocache=0.28474930045194924
http://mobile2.24heures.ch/articles/29843382



Pour ceux que les méandres de la prévention fatiguent, il leur suffit de retenir que le conseil qu'on lit habituellement sur Zag d'utiliser le préservatif, résout individuellement la question.



Pour les autres, cette new suisse alimente le débat sur les stratégies de prévention du VIH et autres IST.


Au préalable il faut se souvenir que la Suisse s'enorgueillit d'une certaine avance dans prévention du VIH, que le nombre annuel des nouvelles contaminations y a tendance à se tasser. Mais celui des gays stagne, ce qui ne leur apparait pas satisfaisant.
(pour mémoire en France c'est bien pire, globalement le chiffre stagne, avec une tendance haussière pour les gays, notamment les jeunes et les très vieux)

Les suisses, plus exactement le médecin Hirschel, sont à l'origine de la découverte de l'effet préventif sur la transmission du virus (aux seronegs) du traitement des séropos, mais à certaines conditions : une durée minimale de 6 mois sans particules virales détectables dans le sang, et l'absence d'IST coexistant avec le VIH, car elles stimulent la production des lymphocites où se reproduit le VIH.

Cette méthode préventive appelée TasP, a été mise en oeuvre en Suisse avant d'autres pays comme la France, qui ont préféré vérifier d'abord l'absence de contre-indication pour les séropos ayant une réponse immunitaire pas encore dégradée.
Par chance il s'est avéré depuis que, à part les effets secondaires (parfois assez gênants mais pas toujours), non seulement il n'y aurait pas de contre-indication à commencer tôt le traitement d'un seropo nouvellement dépisté, mais qu'il y aurait un reel bénéfice à ne pas laisser du temps au virus pour s'incruster plus profondément dans des réservoirs dont on ne sait pas (encore) le déloger.


Mais venons-en aux faits ^^

L'étude suisse "Cohorte VIH", qui suit une dizaine de milliers de seropos depuis des années, aurait constaté une désaffection significative du préservatif chez les séropos sous traitement, passant de 5% a 15% en 5 ans.

Logiquement ils y voient la conséquence de la promotion de la TasP par les autorités suisse il y a 5 ans, dont elles attendait une amélioration de la situation à la hauteur de son cout, fort élevé.

De là à accuser les séropos d'être en partie à l'origine de la stagnation des nouvelles infections chez les gays suisses, alors qu'elle baisse chez les hétéros, il n'y avait qu'un pas que l'étude a franchi : les seropos n'auraient pas bien compris les conditions de la TasP...

"Cohorte VIH" pointerait aussi le relâchement de la protection chez les gays seronegs, qui ne craindraient plus de chopper le VIH.
Ce second aspect rejoint la crainte largement partagée actuellement, que les seropos qui s'ignorent contribueraient significativement aux nouvelles infections, en particulier chez les gays, qui apparaissent s'infecter plus vite qu'ils ne sont dépistés.
(noter que des spécialistes suggèrent actuellement que le dépistage de routine conseillé soit réduit de 1 an a 3 mois chez les gays, mais c'est un autre sujet).

De plus l'augmentation des autres IST, concomitante à la baisse d'utilisation des préservatifs, serait bien identifiée.


Mon avis, qui n'engage que moi...

Pour mémoire j'ai toujours estimé qu'il est conseillé pour les seropos de compléter la TasP par le préservatif, au moins avec les partenaires occasionnels. Parce que la ceinture et les bretelles est un principe fondamental en prévention, mais aussi par souci d'égalité avec leur partenaire séroneg, et pour se protéger d'autres IST y compris d'éventuelles souches VIH qui seraient résistantes a leur traitement.

Pour autant je peine à croire que les séropos soignés n'auraient pas compris, ou ne suivraient pas les conseils de leur médecin, lesquels ont tendance à conseiller plus de protection que pas assez. Ou bien les gens seraient irresponsables, voire volontairement dangereux ?

En tout cas cela confirmerait l'évidence mathématique (probabiliste) qu'associer TasP et préservatif est plus efficace que TasP seule.

Et comme la PREP à venir (traitement préventif dans certains cas) va entrainer les mêmes questions, sa promotion devrait tenir compte du retour d'expérience de la TasP. Ce qui est déjà fort mal parti lorsqu'on lit les articles de presse, qui la présentent comme la énième solution couteuse mais miraculeuse...

J'ajoute, ou plutôt je radote à force répéter les mêmes choses lol, que j'aimerais bien lire une étude qui publie précisément l'impact de l'augmentation des infections VIH chez les gays de moins de 25 ou 30 ans depuis 10 ans.
J'ai comme l'impression que le VIH se maintient en diversifiant sa clientèle, lentement mais dangereusement en direction des plus vulnérables.


Il y a plus de questions que de réponses dans ce topic, mais je voulais vous en faire part ^^
Anonyme
2015-06-18 21:41:32
L'erreur c'est de partir du principe que le préservatif ne serait qu'un complément au TasP.

Après je cherche même plus à comprendre l'attitude des gens.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-06-19 07:48:54
Tant qu'on a pas de solution permanente comme un vaccin par exemple, et que les solutions biochimiques sont chères et loin d'être dénuées de risque, c'est vrai qu'on a intérêt à mettre les solutions mécaniques en majeur des solutions biochimiques, de leur maintenir une assise plus large, et de faire appel aux solutions biochimiques en complément lorsque nécessaire.

Moyennant quoi l'idée de solutions complémentaires n'est pas choquante. Par exemple en cas de plaie, on désinfecte toujours, mais on rajoute des antibiotiques lorsque la plaie est grave (et si on en a...).

L'attitude des gens... je ne sais pas quoi en penser.

Je relaie cette info parce qu'elle m'apparait utile, parce que les suisses ont été de bons lanceurs d'alerte dans le domaine du VIH, qu'il est toujours utile d'être à l'écoute, et parce que comme on vient de le ré-évoquer on a toujours intérêt à empiler les méthodes de prévention lorsque aucune n'est elle-même suffisante, mais je suis tout de même surpris d'apprendre que les séropos soignés seraient à l'origine d'un part significative de l'expansion de l'épidémie de VIH chez les gays. Cela colle mal avec le retour d'expérience diffusé jusqu'à présent par les médecins, même si on pourrait comprendre qu'ils ne souhaitent pas stigmatiser leurs clients séropos.

Je préfère lire dans cette alerte une mise en garde contre les affirmations d'existence de solutions miraculeuses relayées sans précautions par les média, qui fait oublier les conditions préalables à ces solutions. Il en va de la PREP comme de la TasP, leurs conditions sont strictes, et leur cohabitation avec le préservatif est quasiment impérative, parce qu'elles resteront marginales, en tout cas on peut l'espérer (sinon cela voudrait dire qu'on est dans une situation pire qu'en Afrique où le pourcentage d'infection des adultes est déjà à 2 chiffres, et pas qu'au VIH...).
 
Oui J'en Ai Un Iwannarock
Zaguien
Inscrit: 2013-01-08 11:01:34
2015-06-19 10:34:36
Donc si je comprends bien, un séropo sous traitement a une charge virale suffisement basse pour ne pas être contaminant, that's it ?
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-06-19 21:36:43
A certaines conditions.
Le sujet du topic est justement qu'un suivi de nombreux séropos en Suisse montrerait que ces conditions ne seraient pas bien comprises...

Il y a essentiellement deux conditions, attendre au moins 6 mois apres que les analyses de sang ne détectent plus de particule virale VIH dans le sang sous l'effet du traitement, et ne pas avoir une autre infection sexuellement transmissible.

Le temps de latence de 6 mois vient du fait qu'on mesure la présence de virus dans le sang (dite charge virale), et non dans le sperme (pour des raisons évidentes), or les lymphocytes et autres cellules immunitaires infectées sont tres présentes dans le sperme.

Quant-aux IST, apparemment elles activent et entrainent la multiplication des cellules immunitaires style lymphocytes, qui sont devenues la machinerie de fabrication du virus puisqu'elles sont infectées par le VIH, sans doute au-delà de ce que le traitement peut facilement contrôler.
Dans le détail je ne saurais l'expliquer...
Anonyme
2015-07-05 11:48:19
iwannarock: Tu a tout compris, un seropo soigné par trithérapie ne peut plu transmettre le VIH à ses partenaires.

allomat69: Ce n'est pas la Suisse et Hirschel qui a decouvert l'effet du TasP.
Hirschel n'a fait que devoiler cette info "restée sous silence depuis environ huit ans" donc depuis 2000, comme ecrit dans l'interview de Bernard Hirschel sur Seronet datée de 2008.
C'est l'etude Rakai qui l'a observée en octobre 1998 puis publiée en mars 2000:

Lien >>  



Les transmissions du VIH ne sont observées que par des seropos ayant une charge virale de plus de 1500/mL.
A cette epoque c'etait sous 400/mL le seuil d'indetectable.

Pour se soigner correctement, les seropos ont besoin d'etre mis au courant de l'effet du TasP ce qui les incitent à bien se soigner, comme par exemple, par leur medecins sida, ce qui n'a pas été visiblement le cas de Christophe Morat qui lui ne savait rien du TasP.
J'ai un pote qui avant 2008 ne savait rien du TasP, sa charge virale etait dans les 8000/mL puis lorsqu'il a entendu le discours de Hirschel il a su qu'il pouvait enfin abandonner la capote, en se soignant correctement et sans effet secondaire, il est passé de 8000 à indetectable (inferieure à 20).
Merci qui? Merci Hirschel

L'absence d'MST et l'obligation de charge virale indetectable ne sont plu les critères pour qu'un seropo reste Non contaminant.

En 1998, le VIH etait indetectable en dessous de 400/mL et Hirschel a donc sorti le mot "indetectable" sans penser que les labos évolueraient, faisant qu'un S+ indetectable à 200/mL s'il reste à 200, redeviendrait alors detectable car les labo plus performant detectent maintenant au dessus de 20.

L'etude Partner montre qu'un seropo soigné, même s'il a des MST ne peut pas transmettre le VIH à ses partenaires.

Lien >>  


C'est pour cela qu'il y a les CDAG, les seropos y vont pour detecter et soigner les MST au cas ou ils peuvent en avoir afin d'eviter de les refiler sans le savoir.

Et si le grand public etait au courant du TasP, les gens iraient plus souvent se depister, se qui mettra fin à toutes sorte d'MST car soignés elles ne peuvent plu se transmettre.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-07-05 13:12:26
L'étude Partner concerne des couples stables depuis au moins 2 ans, dont un tiers de gays, dont un tiers auraient parfois été infidèles. Ce sont donc des couples qui se connaissent, et sont sensés être informés de la charge virale et du niveau de risque par le médecin VIH.

J'ai dit être être surpris par l'accusation portée contre les séropos par Cohorte VIH de transmettre le VIH, mais j'ai dit aussi que je partage leurs conseils de prudence, parce que les sur-infections et co-infections ne peuvent pas être favorables à des gens qui sont déjà malades chroniques et contraints à un traitement lourd.

Concernant les conditions de non transmission du virus, je m'en tiens aux recommandations des spécialistes, qui se montrent à juste titre prudents parce que ce qu'ils se sont déjà fait échauder par le passé pour avoir été trop rapidement optimistes. Du jour où il y aura d'autres recommandations, je le relaierai.

En tout état de cause, 2 ans de stabilité en couple est un objectif qui peut apparaitre tres lointain pour des jeunes gays, avoir un partenaire séropo outé doit probablement rester rare (et heureusement), et la capote reste la précaution de référence.
Anonyme
2015-07-05 13:38:07
Et pour l'etude Rakai 1994-1998 qu'a tu as dire?
Tu as compris que les heteros pratiquaient aussi la sodomie, car cela procure aussi du plaisir en evitant évidement d'engrosser madame?
Et en Afrique, les MST, ca devait pulluler encore plus, aucune transmission du VIH n'a été observée par des seropos en dessous de 1500/mL.
Depuis le debut des trithérapies, presque 20 ans apres l'etude Rakai, toujours aucune transmission du VIH par un seropo même detectable (superieure à 20/mL) en dessous de 1500/mL n'a encore été documenté.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-07-05 17:25:30
Il ne faut pas confondre les stratégies de santé publique, et la protection individuelle, les deux gagnant à être combinées.

La TasP relève de la santé publique, elle devrait améliorer globalement la situation. Pour l'instant en France, dans la population générale la situation semble se stabiliser, dans le groupe à risque des gays elle se dégrade toujours lentement surtout chez les jeunes, et chez les gens d'origine subsaharienne elle se dégrade fortement, au point que des chercheurs y voient un risque sanitaire.

Dans ces conditions il faudrait sûrement favoriser la TasP chez les migrants, ce que les gens sont pourtant peu enclin à faire parce qu'ils craignent toujours de faire des cadeaux aux migrants. Mais sûrement pas affirmer que la TasP est la panacée universelle, ce que les statistiques ne montrent pas, ou en tout cas pas encore. Dans un pays comme la Suisse ayant un peu d'avance, la situation se stabilise chez les gays. Dans des ville comme San Francisco dont on nous rebat les oreilles, la situation était tellement mauvaise que c'est heureux qu'ils aient pu remonter la pente, mais rien n'est gagné.

Que les couples séro-divergents stables depuis des années, et dont l'un ou une est sous ARV depuis des années, puissent moins craindre de s'infecter mutuellement, ne dit rien sur la protection des relations occasionnelles, qui sont plutôt habituelles chez les gays. Même régulièrement informés de leur charge virale, les séropos qui font une rencontre occasionnelle gagnent à se protéger et protéger comme tout le monde, c'est le sens de la conférence de ces chercheurs.

A mon avis les séropos ont tout à perdre à vouloir être considérés différemment des autres, sauf lorsque les gens se connaissent bien.
Anonyme
2015-07-05 19:31:07
allomat69:chez les gens d'origine subsaharienne elle se dégrade fortement, au point que des chercheurs y voient un risque sanitaire.

Normal, les migrants l'ont bien dit "On aura votre pays par le ventre de vos filles".
Ces filles, devenant seropositives sans le savoir, génèrent ainsi de nouvelles contaminations.
Nous ne pouvons pas sauver toute la misère du monde, c'est impossible, ce n'est plus de l'immigration, c'est carrément l'invasion, triste record pour 2015, deja 137.000 en 6 mois, ont réussi à traverser la Méditerranée, les caisses de l'Etat sont vide et les impôts vont augmenter, on finira comme la Grèce, bientot ces immigrés ne pourront donc même plus nous réclamer d'aides sociales.

La solution, informer le grand public de l'effet TasP afin qu'il puisse aller de lui même au depistage (comme l'a fait TF1 au Journal de 20 heure du 5 mai pour les autotests bientot dispo en pharmacie), car celui qui ne met pas de capote, s'il veut se sentir bien dans sa peau (donc savoir qu'il ne contamine pas ses partenaire s'il est seropo) il ira vite au depistage de sorte que plus tôt il sera sous trithérapie et plus tôt il sera non contaminant (d'apres un sondage, 80% des gens ne la mettent plus, il faut donc que ces 80% là soient au courant du TasP si on veut les depister).
Avec ces nouvelles infos sur le TasP vieilles de 1998 (oui ca fait mal à certains militants et medecins qu'on dévoile depuis quand) le chiffre des 30.000 ignorants etre S+ diminuera tres fortement, ce qui reduira tres fortement le nombre des 6000 nouveaux S+ par an.

En France, environ 60.000.000 et là c'est l'echec, 6000 S+ par an (Messages de terreur, seule la capote protège).
en Allemagne, 80.000.000 d'habitants et seulement 1000 S+ par an (l'info TasP est mieux accepté).
Si la France faisait circuler autant l'info qu'en Allemagne, on en serait donc dans une moyenne de 700 ou 800 nouveaux S+ par an au lieu des 6000, soit 10x moins de nouveaux cas chaque année.

Mais là est le probleme, Gilead devra distribuer de moins en moins de trithérapie, et gagnera donc moins de gros sous, et devra supprimer les subventions aux associations qui se mettent à vendre la mèche.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-07-06 08:04:37
"Les caisses de l'Etat sont vide et les impôts vont augmenter, on finira comme la Grèce, bientot ces immigrés ne pourront donc même plus nous réclamer d'aides sociales.
La solution, informer le grand public de l'effet TasP afin qu'il puisse aller de lui même au depistage (comme l'a fait TF1 au Journal de 20 heure du 5 mai pour les autotests bientot dispo en pharmacie), car celui qui ne met pas de capote, s'il veut se sentir bien dans sa peau (donc savoir qu'il ne contamine pas ses partenaire s'il est seropo) il ira vite au depistage de sorte que plus tôt il sera sous trithérapie et plus tôt il sera non contaminant"


Tu ne vois pas de contradiction entre la premiere et derniere phrase ?
Le jour où les caisses seront vides, elles le seront pour tous le monde, et toutes activités.

Il faut encourager les gens a se faire depister, mais aussi à se protéger et etre prudents.
Aucune assurance ne vaudra jamais d'éviter d'avoir des accidents.
Etre sous traitement est une dépendance couteuse, il y a déjà suffisamment de risques naturels pour ne pas y ajouter volontairement des accidents par imprudence.

Ceci etant, tant qu'elle le peut encore, la France aura interet à controler l'épidémie sur son territoire, y compris en prenant en charge les imprudents ou malchanceux, qu'ils soient français de souche ou pas. Le VIH se transmet sans distinction des uns aux autres.

Je ne connais pas la situation allemande, qui contrairement à Paris ou Londres, est un peu en marge des flux internationaux de la maladie, et a sans doute été moins vite infectée au début. En tout état de cause, ce n'est pas 800, mais 3000 nouvelles infections par an apparemment, l'ordre de grandeur est le même qu'en Europe de l'ouest. C'est l'Europe de l'est qui inquiète beaucoup actuellement.

Il n'y a pas de complot, juste Gilead qui investi dans la santé comme d'autres investissent dans des produits financiers. Notamment ils rachètent les startup qui ont développé des molécules prometteuses avec des aides publiques ou humanitaires, et multiplie leur prix lorsqu'ils en ont le monopole, habillant leur politique commerciale d'une apparence humanitaire en faisant payer les pays riches 10 fois plus que les pays pauvres.

Encore une fois, puisque vous vous partagez avec te acolytes les travail de lobbying, et que tu reviens toujours à la charge sur la TasP, il ne manquerait pas grand chose pour valoriser ces avancées thérapeutiques, juste comprendre qu'en matière de prévention, lorsqu'aucune méthode n'est suffisamment efficace à un cout raisonnable, on a d'autre choix que de les ajouter et surtout pas les mettre en concurrence.

Mais bon, on a du déjà faire le débat 100000 fois...
Anonyme
2015-07-06 10:15:32
Tu as mal compris, si l'on supprime les aides sociales de ceux qui ont traversé la Mediteranée, cela fera donc 137000 entrés illegales sur notre sol en 2015 multiplié par 500¤ par immigrés seul (800¤ pour 2 et pres de 2000¤ pour 4 avec le regroupement) et tout cela multiplé par 40 ans d'immigrations massive, avec retour au pays d'origine.
Et la tu peux voir les economies réalisées pour enfin soigner les Français et étrangers legaux vivant en France.
On pourra enfin depister et soigner tout le monde, le nombre de sero ignorant diminuera très fortement ce qui diminuera alors en même temps le nombre de contaminations chaque années (moins il y aura de personnes ignorant leur serologie et plus le nombre de contaminations par années diminuera fortement).
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-07-08 09:18:53
Les épidémies se moquent des calculs comptables et nationalistes de leurs hôtes humains, qu'elles ne différencient pas, les foyers d'épidémie finissent par se propager à l'ensemble de la population.

(édité)