VIH : la Prep à la demande, ça marche quand on la prend

******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-02-25 09:23:43
Tout d'abord désolé pour pour les polémiques qu'entraînent ces articles, mais en matière de réduction des risques être informé est indispensable. Actuellement l'offre de Prep n'existe pas encore en France de façon médicalement encadrée, alors que cet encadrement s'avère essentiel, mais devrait le devenir en 2015.

Ce topic s'appuie sur la communication du docteur  , et d'autres articles de presse, suite à la communication des résultats de l'essai Ipergay à CROI 2015 du 23 au 26 février 2015.


D'abord un peu de vocabulaire.
La Prep c'est une prophylaxie préexposition au VIH, un médicament pris préalablement peut être protecteur.
La Prep dite à la demande, autrement dit en cas de besoin, c'est un médicament pris avant puis un peu après une prise de risque prévisible, style ce que les gays appellent un plan ou un week-end pourrav, mal protégés.
L'observance c'est le fait de prendre scrupuleusement des médocs selon leur prescription.
L'incidence c'est le pourcentage des gens nouvellement infectés.
Un placebo est un faux médoc.
Une indication, au sens clinique, c'est une situation qui justifie un traitement.

Le fait nouveau c'est le résultat définitif de l'essai Ipergay, qui publie une efficacité de 86% pour la Prep à la demande, sur un échantillon de gays adultes ayant des comportements à risques et une forte probabilité d'infection au VIH : en moyenne, 35 ans, 10 rapports homosexuels par mois, 70% sans préservatifs, 8 partenaires différents en deux mois, incidence élevée de 7% chez les gens ayant pris un placebo, un tiers d'entre eux ont contracté une autre IST style gonorrhée, la syphilis, l'hépatite C ou l'infection par les chlamydiae.

La posologie dite à la demande était la suivante, je cite :
deux comprimés avant le premier rapport puis un comprimé toutes les 24 heures pendant l'activité d'activité sexuelle, une dernière prise d'un comprimé 24h puis 48h après le dernier rapport. Il était recommandé de prendre les comprimés au minimum deux heures avant le rapport sexuel et au maximum 24 heures avant le rapport sexuel.


(le placebo c'était lors de l'essai)



L'observance de la posologie a été particulièrement bonne, les gens ayant été bien encadrés médicalement, et la posologie dite à la demande a été bien mieux respectée que les prises en continu des essais précédents, ce qui explique probablement le succès de cet essai en comparaison des autres.




Cela précise ce qu'on savait déjà, à savoir que des médocs ont un effet préventif de la transmission de l'infection VIH, que ce soit en prophylaxie (Prep), traitement d'attaque post prise de risque (TPE), ou lorsqu'on est déjà séropo (TasP), mais jamais à 100 %, et à condition d'une bonne observance. De la même façon que le préservatif protège à condition de le mettre.

Après vient inévitablement la question de quelles populations à risque cibler, la terme de gays recouvrant des comportements tres divers, pas tous à risques loin de là, et heureusement. Les gens sélectionnés pour l'essai étaient de toute évidence des gens à risque, tres exposés au VIH.
Les protocoles sont apparemment en cours de discussion en France.

Vient aussi la question de la communication.
Car contrairement à la propagande de certains, une prophylaxie n'a jamais éradiqué un germe infectieux, sinon il y a longtemps que le paludisme n'existerait plus : or on ne parvient qu'à le limiter, ce qui est déjà pas si mal, mais on ne peut pas se passer des protections classiques.
Pour le VIH ce sera probablement pareil, si on baisse la garde des protections classiques, à savoir le préservatif, il est assez probable que non seulement les autres IST vont prospérer, mais le VIH va trouver des trous dans les mailles du filet.
De plus il n'est jamais possible de mettre tout le monde sous traitement, c'est pas toujours techniquement possible, trop cher, pas anodin médicalement, et les germes s'adaptent.

Reste qu'il y a une indication à la Prep, en complément des autres préventions de IST.
J'ouvre la discussion, mais soyez gentils de ne pas (trop) pourrir le topic, mais plutôt chercher à le compléter ^^
.
Hugobossu Hugobossu
Zaguien
Inscrit: 2012-03-16 05:03:22
2015-02-25 13:10:13
allomat69:sur un échantillon de gays adultes ayant des comportements à risques et une forte probabilité d'infection au VIH : en moyenne, 35 ans, 10 rapports homosexuels par mois, 70% sans préservatifs, 8 partenaires différents en deux mois, incidence élevée de 7% chez les gens ayant pris un placebo, un tiers d'entre eux ont contracté une autre IST style gonorrhée, la syphilis, l'hépatite C ou l'infection par les chlamydiae.


Ce panel de winners.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-02-25 15:37:53
J'ai insisté sur ce point pour différentes raisons :

- l'étude ciblait ce profil de gays ;

- avec plus de 20% de gens infectés, et un fort taux de gens nouvellement infectés chaque année, ils ont de forte chance d'etre infectés au VIH au cours de leur vie, ainsi qu'à d'autres virus problématiques style hépatite ;

- en augmentant actuellement le réservoir à virus, ils augmentent le risque global de l'ensemble de la communauté gay ;

- ils sont tres "visibles", bien représentés par les assoces, ce qui a pour conséquence que les pouvoirs publics, et parfois meme les chercheurs, les confondent avec l'ensemble des gays (ceci étant ils ont inévitablement été eux-mêmes plus jeunes et plus "sages" ) ;

- les media s'expriment comme si ce mode de vie peu protecteur de soi-meme et des autres, associé à la Prep, devenait le modèle.
Or si d'aventure les gays invisibles, probablement les plus nombreux, et nottament des jeunes, se convertissaient à ce comportement, les medecins devraient alors prévoir des ordonanciers bien épais, et les pouvoirs publics beaucoup de sous pour payer tout ça xD.
 
Anonyme
2015-02-26 01:28:42
Bonjour,si j'ai bien compris ton truc allomat69,c'est different du tpe(qui aide enormement à prevenir une eventuelle contagion).C'est juste une prise de truvada,d'une certaine facon pour diminuer le risque lié au vih?
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-02-26 08:17:14
pascal243:Bonjour,si j'ai bien compris ton truc allomat69,c'est different du tpe(qui aide enormement à prevenir une eventuelle contagion).C'est juste une prise de truvada,d'une certaine facon pour diminuer le risque lié au vih?


C'est tout-à-fait cela, cela vise à éviter que le virus parvienne à infecter la personne qui s'est mise sous prophylaxie.

Ton intervention sur ce topic me donne l'occasion de rappeler ta mésaventure dont tu as parlé dans un topic toujours actif, à savoir un TasP qui s'est autorisé à de ne pas te protéger par surprise, ce qui a conduit les urgences à te mettre sous TPE au bénéfice du doute, et tu as souffert d'effets secondaires importants.

La situation aux états unis montre en effet que dans ce genre de dispositifs qui conduisent à un relâchement de la vigilance, les jeunes sont un point névralgique à court terme (chez eux ce sont les moins de 19 ans, et plus généralement les 15-25 ans), alors qu'ils sont structurellement vulnérables.

Les travailleurs du sexe sont une autre population vulnérable, mais bon, eux font un métier à risque.
Anonyme
2015-02-27 22:58:31
Modération (Echo) : On évitera de poster avec un faux compte.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-02-28 08:06:46
meteore:on t'a reconnu jcmnono, pas la peine de te faire passer pour allomat , ce topic est un tissus de conneries , toujours les mêmes avec les memes arguments ou les mêmes ruses : le risque zéro rappelons n'existe pas et les traitements c'est du poison , voilà la seule vérité , le reste c'est exposer les jeunes .



Et tu crées un compte rien que pour dire que mon compte est hacké ? ^^

Mais non, je suis constant dans mon approche de la prévention, il n'y a pas de mauvais progres de la medecine, mais il peut exister des mauvaises façons de l'utiliser, ne permettant pas d'atteindre les améliorations escomptées.

Et bien ici c'est pareil, les molécules couteuses viennent en soutient des methodes mecaniques de prevention bon marché, pas en concurrence. Et c'est utile de rester informé.
Anonyme
2015-02-28 10:14:31
Modération (Echo) : On évitera de poster avec un faux compte.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-02-28 11:34:00
"je ne comprends plus rien à ces revirements de position à 180°"

Dis que tu ne comprends rien, ce sera suffisant.

Concernant Voice, c'est l'analyse de l'origine probable de leurs mauvais resultats qui etait publiée. J'ai rectifié mon libellé mal exprimé.

Quant-aux modos, ils sont indépendants et font ce qui leur semble nécessaire. Et en l'occurence ils ont raison de faire la chasse aux promoteurs des prises de risques chez les jeunes.(probablement toi sous de multiples pseudos).

Et puis quelqu'un infecté jusqu'a la moelle peut difficilement prétendre que le Sida c'est fini.

Voila pour la forme et les gentillesses.

Sur le fond, un taux de protection qui varie de 40 voire 0 à 86%, c'est peut-etre mieux que le chiffre de 80% qui circulait, mais cela reste inférieur au préservatif, qui est superieur a 80%, pouvant atteindre 100%, polyvalent et bon marché.
Ils ne peuvent etre que complementaires.
Anonyme
2015-03-02 23:49:31
Modération (Echo) : On évitera de poster avec un faux compte.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-03-03 08:49:03
meteore:Message modéré.



Pour mémoire.

Et pour ta gouverne personnelle, l'information fait partie de la prévention.
Mais ne te méprends pas, la prévention reste liberticide, en tout cas s'oppose à ta promotion des prises de risque.
Anonyme
2015-03-03 09:48:17
J'ai édité les interventions de meteore/jcm qui sait très bien qu'il n'a plus rien à faire ici.
Alastair Alastair
Zaguien
Inscrit: 2014-09-26 09:09:17
2015-03-04 00:10:20
"Car contrairement à la propagande de certains, une prophylaxie n'a jamais éradiqué un germe infectieux"

C'est oublier un peu vite les campagnes de vaccination contre la variole et la polyo mais sur le fond je suis d'accord avec toi.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-03-04 09:19:58
Alastair:"Car contrairement à la propagande de certains, une prophylaxie n'a jamais éradiqué un germe infectieux"

C'est oublier un peu vite les campagnes de vaccination contre la variole et la polyo mais sur le fond je suis d'accord avec toi.


J'emploie le terme au sens de prophylaxie dite "active", nécessitant une intervention humaine fréquente, tel que l'absorption de cachets, et non "passive" qui est permanente à quelques conditions près, tel qu'un vaccin nécessitant des rappels.

C'est un abus de langage assez courant, par exemple on parle de prophylaxie vs vaccin contre le paludisme, et puis actif et passif est sujet à moquerie lol.

Je considèrerais différemment un vaccin ayant une bonne efficacité, même si un vaccin a rarement éradiqué une maladie.

Le fond du problème ici, c'est que tout le monde ne pourra pas avoir accès à cette prophylaxie, que ce soit d'emblée ou à long terme, qui n'est pas aussi simple ni peu couteuse ni bien tolérée comme la pilule, qui ne protège pas contre les autres IST dont les résistances aux médocs augmentent, et que des trolls encouragent la prise de risques pour soi et les autres, le tout pouvant de ne pas aboutir à l'effet escompté même en investissant sur une prophylaxie (active).

Dans l'essai Ipergay les encadrants donnaient aussi des capotes et des conseils de protection, et non pas cette propagande inverse de ne pas se protéger. Ils ont recruté un panel de gens à risque se protégeant peu et sortant beaucoup, adultes indépendants de leur famille, qui n'est probablement pas représentatif de l'ensemble des gays, mais était bien la cible recherchée.

L'essai montre que cette prophylaxie est souhaitable pour des gays à risque, au moins dans un premier temps, mais il est impératif de ne pas démonter la prévention existante, sinon le relâchement va propager les virus et autres IST vers l'ensemble de la population.

Cette propagande contre la prévention et pour la bareback menée par des séropos sous ARV, contribue paradoxalement à une méfiance vis-à-vis des molécules, alors que dans tous les domaines de la vie on sait parfaitement combiner les préventions dites "actives", y compris pour des maladies comme le paludisme, et qu'il n'y aurait aucune raison de ne pas faire de même pour le VIH.
Alastair Alastair
Zaguien
Inscrit: 2014-09-26 09:09:17
2015-03-04 12:18:00
"Le fond du problème ici, c'est que tout le monde ne pourra pas avoir accès à cette prophylaxie, que ce soit d'emblée ou à long terme, qui n'est pas aussi simple ni peu couteuse ni bien tolérée comme la pilule"

Comme je l'ai dit je suis d'accords avec toi sur ce point. Mais au final c'est un faux problème car d'après ce que j'ai lu le prix du Truvada serait de 520¤ la boite de 30 pilules, soit 17.30e le comprimé donc environ 70e par rapport, ce qui est prohibitif (même le milieu du porno ne pourrait pas se l'offrir lol).
L'intérêt du Truvada est scientifique, il montre qu'aujourd'hui les nouveau antirétroviraux sont de plus en plus efficace et engendrent moins d'effets indésirables. Médicalement parlant il n'est ni aussi efficace ni aussi simple d'utilisation que les capotes avec en plus des effets secondaires (qui apparemment ne sont pas très important) donc pas très intéressant.

Après pour ce qui est des autres IST, elles sont bénignes pour la plupart. Les seuls problématiques (a part le vih) sont l'hépatite B et la C à la limite car la transmission sexuelle est plutôt rare, sachant qu'il y a un vaccin contre la B. Il y a aussi certaine souche de papillomavirus mais c'est surtout dans les fellations qu'il peut y avoir des problèmes(pour les gay) et même le préservatifs ne protège pas à 100%. Pour les autres elles se traitent facilement et ne sont pas vraiment dangereuse. Tout ça pour dire qu'a partir du moment ou on est bien vacciné la seul IST "grave" qui doit nous inquiéter c'est le vih.

Bref attendons tranquillement l'arrivé de ECD4-ig qui à l'air d'être une molècule bien plus intéressante que le Truvada.
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150219.OBS2875/sida-une-molecule-pour-proteger-a-long-terme.html


"même si un vaccin a rarement éradiqué une maladie. "

Juste la variole, même la polio n'est pas complètement éradiqué dans le monde.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-03-04 16:54:53
Le prix est un aspect, le Truvada etait déjà parmi les 10 médicaments de ville (hors hôpitaux) qui ont le plus coûté à la sécu en 2013, alors qu'il concerne une minorité de personnes, et cela ne va pas s'améliorer. (source :  ).

Pour appréhender le problème, ça vaut la peine de l'examiner aux limites. L'une d'elle est le relâchement de la vigilance entraînée par les progrès de la médecine, qui conduit à ce que ces progrès soient pour l'instant rattrapés par les comportements. Et pas seulement la vigilance, mais aussi le respect des autres, notamment des gens les plus vulnérables, tels que les prostitués ou les jeunes inexpérimentés, a qui certains imposent ou incitent à ne pas se protéger.

Une autre limite est la progression de l'épidémie, qui est probablement plus sérieuse chez les gays, en particulier les jeunes, que ne le laissent supposer les statistiques agrégées, ou commentaires «non stigmatisants». Les réveils risques d'être douloureux. D'ailleurs entendre parler de séropositivité autour de soi est un signe.

Cela signifie que pendant longtemps, en tout cas tant qu'on ne disposera pas de "vaccins" actifs sur les souches présentes ou mutantes, on ne pourra pas faire l'économie d'ajouter les méthodes de prévention, parce que chacune est faillible.

Notamment c'est une chance que les ARV se soient révélés à la fois un bénéfice pour le patient dès le début de l'infection, et aussi une prévention (TasP), l'aspect traitement restant jusqu'à présent prioritaire sur l'aspect santé publique.

Ajouter les préventions, ce n'est pas en favoriser l'une au détriment des autres, ce n'est pas se positionner à 0 ou 180°, ce n'est pas inciter au relâchement de la vigilance, ce n'est pas considérer son seul plaisir et faire fi de sa sécurité et celle des autres, ce n'est pas confondre santé publique et prévention individuelle. Au contraire, c'est les combiner par des ET, et non pas par des OU, dans la mesure des possibilités financières, inévitablement limitées.

Perso je ne suis pas contre la PREP, elle a une "indication médicale" comme disent les médecins, et on pourrait même dire malheureusement, parce que cela signifie que si certains gays sont malchanceux, d'autres sont irresponsables ou imprudents (mal se protéger quand on rencontre des dizaines à centaines de partenaires, ce n'est pas cool).

Je pense aussi que la PREP ne devrait pas être entièrement gratuite, parce que ce qui est gratuit n'a plus de valeur. Et aussi qu'on ne devrait pas confondre population à risque (qui prend ou fait prendre des risques) et population vulnérable (qui est exposée à des risques). Notamment aux US la configuration actuelle conduit à surexposer les mineurs.
Edit: le Truvada n'a pas d'autorisation en prévention pour les non adultes aux US, mais l'indication peut être discutée dans certains cas ( ,  , source http://aidsinfo.nih.gov),

Tout ça pour dire qu'on ne pourra probablement pas faire l'économie d'ajouter les préventions disponibles, mais qu'il ne faudra surtout pas les mettre en concurrence.
Le Sida c'est loin d'être fini.


«Bref attendons tranquillement l'arrivé de ECD4-ig qui à l'air d'être une molècule bien plus intéressante que le Truvada»

J'ai lu ça oui, si elle protège les macaques, elle devraient pouvoir nous protéger ^^
Mais bon, soyons patients, il y a eu tellement de faux espoirs...
Anonyme
2015-03-08 01:38:51
Modération (Echo) : Merci de ne pas poster avec un faux compte.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-03-08 10:08:30
Déjà de retour ? ^^

"la seule question est celle du timing, sachant qu'à terme l'usage du préservatif reculera jusqu'à un point bas . Je suuis convaincu que la PREP est aussi indispensable et efficace que moralement obligatoire
je pense que là est la véritable pensée à long terme et le but légitime de la lutte contre le sida, qui n'est aucunement d'éduquer à la morale absolutiste virtuelle, mais de rendre sa beauté libre au monde."


La PREP aux US:

"Food and Drug Administration (FDA) approved an indication for the use of Truvada®1 (TDF/FTC) in combination with safer sex practices for pre-exposure prophylaxis (PrEP) to reduce the risk of sexually acquired HIV-1 in adults at high risk"
.....
PrEP is not for everyone. Doctors prescribe PrEP for some patients who have a very high risk of coming in contact with HIV by not using a condom when they have sex with a person who has HIV infection. You should consider PrEP if you are a man or woman who sometimes has sex without using a condom, especially if you have a sex partner who you know has HIV infection. You should also consider PrEP if you don't know whether your partner has HIV infection but you know that your partner is at risk (for example, your partner inject drugs or is having sex with other people in addition to you) or if you have recently been told by a health care provider that you had a sexually transmitted infection. If your partner has HIV infection, PrEP may be an option to help protect you from getting HIV infection while you try to get pregnant, during pregnancy, or while breastfeeding."

Notice d'utilisation du Truvada par le labo Gilead son concepteur:

"TRUVADA is indicated in combination with safer sex practices for pre-exposure prophylaxis (PrEP) to reduce the risk of sexually acquired HIV-1 in adults at high risk."


Autrement dit, contrairement aux recommandations américaines auxquelles tu fais référence, et française aussi bien qu'internationales, tu fais la promotion du non usage des préservatifs au motif qu'il existe une prophylaxie concurrente au HIV-1, pour dis-tu, retrouver la liberté (que tu as connu dans ta jeunesse si tu es JCM). A ma connaissance tu es le seul à le faire, en tout cas je n'en ai pas lu d'autres que toi.

Et tu le fais sur un site où il y a des mineurs, pour qui il n'y a pas d'autorisation de PREP aux US, et des majeurs, pour qui il n'y a actuellement aucune autorisation en France, ni dans les pays francophones qui le lisent.

Voila pour la forme.

Pour le fond il est possible, sinon probable, que Kaiser Permanente (ton lien) ait sélectionné 500 personnes qui correspondent à l'indication de la PREP, mais quid des millions d'autres gays ou blacks ou dizaines à centaines de millions d'hétéros qui ne s'exposent pas habituellement à ce niveau de risques ?

Je l'ai déjà mainte fois écrit, et je le répète, ton discours est dangereux.
Wolfgangbang Wolfgangbang
Zaguien
Inscrit: 2014-10-26 05:10:20
2015-03-11 04:21:47
allomat69:
Je pense aussi que la PREP ne devrait pas être entièrement gratuite, parce que ce qui est gratuit n'a plus de valeur.


???
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2015-03-11 08:38:56
Wolfgangbang:
allomat69:
Je pense aussi que la PREP ne devrait pas être entièrement gratuite, parce que ce qui est gratuit n'a plus de valeur.

???


Déjà, il n'y a pas de raison que ça revienne moins cher que pour ceux qui sont obligés d'acheter leurs capotes, sauf si les bénéficiaires s'engagent à continuer à en mettre, ce qu'ils devraient faire, mais dont je doute vu les campagnes menées au pas de charge par les lobbyistes du no capote et tout médoc.

Ensuite le gaspillage des médicaments et des soins en général, qui est d'un niveau très élevé en France, et nuit à d'autres malades dans le contexte général de réduction des dépenses, a essentiellement pour origine que les gens ne peuvent plus savoir le prix de leurs soins, qui sont souvent gratuits. De plus la prévention est en général pas remboursée du tout en France, alors qu'elle le soit un peu permettrait souvent d'éviter des soins couteux.

Enfin, comme je doute qu'il y ait une indication et les budgets pour en faire bénéficier tout le monde, une gratuité va inévitablement entrainer de l'automédication dans l'environnement du bénéficiaire, alors que ces médocs nécessitent une surveillance médicale.

J'entends bien l'argument des étudiants désargentés, mais dans la configuration actuelle aux US qui nous précède par exemple, les populations les plus vulnérables - notamment les mineurs qui n'y ont pas droit - sont déjà défavorisées par rapport aux populations à risques éligibles aux médocs, que ce soit en curatif comme en préventif. Car contrairement à ce qui se produit habituellement où l'on combine aisément protection physique et protection chimique - par exemple dans le cas du paludisme -, les gens sous protection chimique ont tendance à avoir une position dominante qu'ils imposent aux autres.

Il me semble qu'un prix subventionné, et donc accessible, serait une solution plus durable.
Mais bon, ce n'est pas moi qui décide ^^