Les animaux reconnus comme êtres sensibles.

Anonyme
2014-04-29 18:51:48


Mardi 15 avril, les députés ont reconnu aux animaux la qualité « d'êtres vivants doués de sensibilité », alors que jusqu'à maintenant le Code civil les considérait comme « des biens meubles ».

Cette modification législative fait suite à de nombreuses demandes, portées notamment par la LPO. En octobre dernier, une vingtaine d'intellectuels, philosophes, écrivains et scientifiques français s'étaient prononcés en ce sens, bien décidés à en découdre avec le droit français.

Les Députés valident le changement du statut des animaux

Selon un sondage Ifop réalisé fin octobre, une écrasante majorité de Français (89%) souhaitait un changement dans la réglementation actuelle. Pour que, en ce début de 21e siècle, l'animal passe du statut de « bien meuble » à celui « d'être sensible » dans le Code civil.

Actuellement, le code rural et le code pénal « reconnaissent, explicitement ou implicitement, les animaux comme « des êtres vivants et sensibles » mais pas le Code civil, ont déclaré les auteurs de l'amendement, au premier chef le député PS des Hautes-Pyrénées, Jean Glavany.

L'amendement doit permettre, selon eux, de « concilier la qualification juridique et la valeur affective » de l'animal. « Pour parvenir à un régime juridique de l'animal cohérent, dans un souci d'harmonisation de nos différents codes et de modernisation du droit, l'amendement donne une définition juridique de l'animal, être vivant et doué de sensibilité, et soumet expressément les animaux au régime juridique des biens corporels en mettant l'accent sur les lois spéciales qui les protègent ».

Étonnée par cet amendement, l'écologiste Laurence Abeille a présenté des sous-amendements pour remettre en cause des pratiques qui nient selon elle cette sensibilité animale en témoigne l'élevage intensif. Elle a été soutenue par la socialiste Geneviève Gaillard, également membre du groupe de protection animale.

Quoiqu'il en soit, l'exposé de l'amendement souligne qu'il a pour objet de « consacrer l'animal en tant qu'être vivant et sensible dans le Code civil afin de concilier sa qualification juridique. Si cette notion inclut également l'animal sauvage, il s'agit d'une avancée considérable pour ce dernier qui n'était même pas pris en compte jusqu'alors.

« C'est une victoire de l'éthique » constate Allain Bougrain Dubourg, Président de la LPO et « une avancée notable dont la LPO peut se réjouir » en reconnaissance du vivant qui nous entoure et du monde animal en particulier.

source : http://www.newspress.fr/communique_278085_2328_RSS-FR-ZON-109.aspx
Zaguien
Inscrit: 2014-02-20 07:02:06
2014-04-29 19:22:54
Tant que ça n'empêche pas de faire du fois gras, de mettre du citron sur les huîtres ou des homards dans une casserole...
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2014-04-29 20:46:24
La recherche scientifique faisant des progrès spectaculaires dans le décodage des langages des animaux, on peut penser qu'un jour on pourra avoir avec eux des dialogues plus évolués qu'avec les langages humains qu'on a jusqu'à présent mis au point pour dialoguer avec eux. Déjà maintenant lorsque ces langages sont suffisamment évolués, comme avec certains grands singes et des interfaces tactiles semblables à ceux de nos smartphones par exemple, ils n'hésitent pas parfois à exprimer qu'on les emmerde... Bon, en leur donnant à becter ça les calme, rien ne vaut une tite faim pour rendre raisonnable ^^

Mais cette perspective risque de ne pas être sans conséquence, et un véritable droit des animaux pourrait émerger dans le futur, pas simplement une reconnaissance de leur sensibilité.

D'autant que cette sensibilité ne nous est perceptible que pour les animaux qui respirent et émettent des sons. Les poissons ou les serpents par exemple ne se plaignent jamais, ce qui laisse penser qu'ils sont ravis du (triste) sort qu'on leur fait subir. Mais bon, ils font la même chose avec les plus petits qu'eux ^^
 
Zaguien
Inscrit: 2011-04-01 12:04:23
2014-04-29 21:50:17
C'est quoi ce terme "bien meuble" pour des animaux sérieux . Les choses évoluent c'est l'essentiel , va-t-on dire.

Et sont meugnooooooon ces p'tits animaux !!
Zaguien
Inscrit: 2009-07-17 10:07:39
2014-04-29 23:36:15
Newgate:C'est quoi ce terme "bien meuble" pour des animaux sérieux.

C'est meuble dans le sens contraire d'immeuble. Qui est mobile, donc. C'est mieux, pour un animal.

Petite lecture pour ceux qui s'offusqueraient du fait que les animaux ne soient reconnus comme êtres sensibles que maintenant :  .
Zaguien
Inscrit: 2013-04-16 04:04:49
2014-04-29 23:59:43
Les animaux sont toujours des meubles, leur caractère "spécial" de meuble n'a subi aucun changement. Concrètement, mise à part faire bonne figure parce que c'est "très très choquant de considérer les animaux comme des meubles", cette avancée n'avance à rien.

Newgate:C'est quoi ce terme "bien meuble" pour des animaux sérieux . Les choses évoluent c'est l'essentiel , va-t-on dire.


Même si le droit animalier a encore de grands pas à faire, il serait, je pense, compliqué de les considérer autre chose que comme des meubles.

Le droit appréhende le monde ainsi : les personnes d'un côté, les biens de l'autre.
Les personnes, c'est vous, c'est moi, des groupements de personnes. Elles peuvent bénéficient de droit, supporte des obligations, peuvent stipuler, agir en justice, se faire poursuivre.
Les biens, ce sont les meubles et les immeubles. Les meubles peuvent être déplacés, les immeubles non. Les animaux n'étant pas des personnes, ils sont nécessairement des biens meubles ou immeubles (des vaches qui sont toujours dans le même champs par exemple). On leur applique donc le régime des biens avec des adaptations. Peut-être que vous trouverez ainsi moins choquant la qualification de meuble qu'on donne aux animaux.


Il faut donc relativiser : le juriste considère l'animal comme un meuble mais sa protection ne fait qu'augmenter ces dernières années même si elle reste insuffisante. Considérer l'animal comme un meuble n'est pas le considérer comme une chose sans importance, la preuve en est avec ces débats autour du droit animalier et cette dernière "évolution" législative. Enfin, il ne faut pas appliquer le sens commun des mots au vocabulaire juridique. Par exemple, pour un juriste, un cadavre est un objet de droit au même titre qu'une maison (avec un statut plus protecteur certes) ou, justement, qu'un animal.


On ne peut évidemment pas tuer son chat comme on cassera sa tirelire. Le droit reconnait des devoirs aux personnes envers les animaux. Mais, je suis d'accord, ces devoirs sont très peu pris au sérieux même si dernièrement, une personne a été condamnée sévèrement pour cette honteuse histoire de chat lancé sur un mur. Il faudrait, selon moi, renforcer nos devoirs envers eux et non leur attribuer des droits, comme beaucoup le revendique, ce qui n'aurait aucun sens.
Pour bénéficier de droits, il faut bénéficier de la personnalité juridique. Il faudrait donc reconnaître avant tout la personnalité juridique aux animaux. Or lorsqu'on bénéficie de la personnalité juridique, on bénéficie aussi de la capacité de contracter, ou d'hériter par exemple. Donc un chat pourrait, en théorie, hériter ou contracter, ce qui n'a pas de sens. Pour rendre cette reconnaissance de droits logique, il faudrait leur attribuer une personnalité juridique estropiée qui se limiterait à quelques droits comme le droit à un traitement normal.
Mais comment rendre ces droits effectifs ? Imaginons qu'on reconnaisse à l'animal le droit à un traitement normal. Cela impliquerait que le chat qui se fait lancer contre un mur puisse se plaindre à Mr. Le Juge de s'être fait lancer : expliquez-moi comment il pourrait s'en plaindre ? A moins de considérer que son propriétaire agisse en justice au nom et pour le compte de son chat. Et alors, comment le chat ferait-il pour profiter de l'indemnisation ? Il ne pourrait pas, il n'a pas conscience de l'argent ! L'argent reviendrait donc nécessairement à son propriétaire...le propriétaire bénéficierait donc des droits de son chat et le chat ne pourrait pas bénéficier de ses propres droits.
De plus, les considérer comme sujet et non objet, serait un problème pour le commerce.
Enfin, un autre problème se pose : faut-il donner les mêmes droits à tous les animaux ? Le chien, la fourmi et la vache doivent-il avoir le même statut ?
Conclusion : cette reconnaissance serait inutile selon moi, bien que symboliquement admirable.

Certains auteurs, pour ceux que ça intéresse, proposent d'appliquer le régime de la personne morale à l'animal, ou la théorie de la "personne par destination". Ou encore de créer un régime totalement nouveau et adapté, ce qui serait le plus opportun selon moi.

Une autre solution serait de renforcer les devoirs que nous supportons déjà envers les animaux. L'Etat pourrait poursuivre plus facilement les personnes pratiquant des traitements anormaux sur les animaux. Le propriétaire qui voit son petit chaton maltraité pourra, et peut déjà, saisir le juge pour qu'il prononce des dommages-intérêts au titre de préjudices moral et matériel. Personnellement, je suis pour cette solution puisque je sais la précédente actuellement utopique.


Désolé d'avance pour l'ennui qu'aura provoquer ma réponse, mais je me suis laissé emporter ^^


Je vous conseille de lire la remarque de Maître Eolas sur cette loi, G33k vient de la partager.
Zaguien
Inscrit: 2010-02-02 03:02:59
2014-04-30 00:16:22
Sensible ou non, ça le sauvera pas de mon assiette.
Soupe de tortue, filet tendre de cheval accompagné de ses haricots verts.
Le lapin et des pommes de terre cuite au four...
Zaguien
Inscrit: 2010-08-22 01:08:03
2014-04-30 00:56:01
DaFun:Tant que ça n'empêche pas de faire du fois gras, de mettre du citron sur les huîtres ou des homards dans une casserole...

Voilà... 8-)
Anonyme
2014-04-30 01:02:39
g33k:
C'est meuble dans le sens contraire d'immeuble. Qui est mobile, donc. C'est mieux, pour un animal.


ça m'a fait rire. Mais on fait quoi pour celui-là ?

Zaguien
Inscrit: 2011-04-01 12:04:23
2014-04-30 01:10:37
g33k:
Newgate:C'est quoi ce terme "bien meuble" pour des animaux sérieux.

C'est meuble dans le sens contraire d'immeuble. Qui est mobile, donc. C'est mieux, pour un animal.

Petite lecture pour ceux qui s'offusqueraient du fait que les animaux ne soient reconnus comme êtres sensibles que maintenant :  .


Bordel c'est que t'es intelligent en vrai , tu m'as appris quelque chose !

Et toi , tu te considère comme un bien meuble ? Si tu te sens offusqué tu comprendras le véritable sens de la phrase que tu as cité .

De rien.
Zaguien
Inscrit: 2009-07-17 10:07:39
2014-04-30 08:40:03
Carth:ça m'a fait rire. Mais on fait quoi pour celui-là ?

Ce n'est pas un animal de compagnie adoptable, je crois ^^
Newgate:Bordel c'est que t'es intelligent en vrai , tu m'as appris quelque chose !

Et toi , tu te considère comme un bien meuble ? Si tu te sens offusqué tu comprendras le véritable sens de la phrase que tu as cité .

De rien.

On parle de biens. Un humain n'étant plus un bien depuis l'abolition de l'esclavage, ta remarque, aussi sarcastique et hauntaine soit-elle, n'a donc pas de sens.
Bisou.
Zaguien
Inscrit: 2013-04-16 04:04:49
2014-04-30 11:12:46
pseudo:Et toi , tu te considère comme un bien meuble ? Si tu te sens offusqué tu comprendras le véritable sens de la phrase que tu as cité .


C'est dommage, tu t'arrêtes :
1° Au sens commun du terme "meuble"
2° A la qualification sans voir tout ce qu'il y a autour
Ce n'est vraiment pas si choquant.

Et dans quelle catégorie devrait-on les faire rentrer alors ? On a le choix entre biens et personnes..
Zaguien
Inscrit: 2011-12-06 07:12:33
2014-04-30 11:30:11
Toute seule, cette modification ne sera suivie d'aucun effet si une catégorie "être sensible" n'est pas créée et définie, si je comprend bien ?

Les animaux sont tout de même protégés en France. On peut les retirer à des propriétaires qui les maltraitent et condamner ceux-ci. Si je ne dis pas n'importe quoi, faire souffrir un animal inutilement, même s'il est nuisible, tombe sous le coup de la loi. Le souci est dans le signalement et l'application.

Le véritable problème se situe dans les limites : quel animal peut bénéficier d'une protection ? En vertu de quoi un chien aurait-il plus de droits qu'une vache ou un cochon ? (sachant que comme chaque mammifère dont l'homme, ils ressentent tous le même panel d'émotions). Est ce l'existence d'un maitre qui donne plus de droits à un animal ? (différence chein errant/chien domestique). Comment évaluer le degré de conscience de chacun ? Où commence la barbarie ?

Déjà il faudrait uniformiser les traitements au sein même des espèces d'animaux dits de compagnie. Quand on pense que certaines affaires de maltraitance touchant un individu ont une résonnance nationale il faut aussi se dire que des fourrières euthanasient chaque jour des centaines de chiens/chats aussi sensibles que le caniche de mémé ou que mon royal bourbon...déjà il y a une incohérence.

A partir du moment où l'animal devient une nuisance pour un écosystème ou la santé publique, il peut être tué.
Le souci c'est où commence cette nuisance passible de mort ?

A l'heure où la recherche, par le biais de l'ethologie, prouve chaque jour un peu plus l'existence d'émotions chez le mammifère et l'oiseau, l'affirmation d'un "droit de tout faire" devient de moins en moins ethique.

Je ne parle même pas des conditions d'élevage et d'éxécution des animaux consommés. Il y a beau avoir des normes qui changent sans arrêt (au grand désespoir des producteurs), les conditions sont toujours déplorables (sans parler de la mise à mort)
Anonyme
2014-04-30 11:43:11
[video]https://www.youtube.com/watch?v=kUZ1YLhIAg8#start=0:00;end=3:06;cycles=-1;autoreplay=true;showoptions=false[/video]
Zaguien
Inscrit: 2011-11-26 05:11:03
2014-04-30 13:47:33
Est-ce qu'on peut dire que les mangeurs de singes sont des cannibales ? Sachant qu'on a un génotype très similaire ( 98% ) ?
 
Anonyme
2014-04-30 17:01:49
belettedu44:Est-ce qu'on peut dire que les mangeurs de singes sont des cannibales ? Sachant qu'on a un génotype très similaire ( 98% ) ?
 


Déjà dire singe c'est très vaste. Et étant donné que nous ne sommes pas de la même espèce, non.

Mangez du singe! Et de l'humain aussi, le cannibalisme c'est in!
Zaguien
Inscrit: 2013-04-16 04:04:49
2014-04-30 18:24:58
pseudo:Toute seule, cette modification ne sera suivie d'aucun effet si une catégorie "être sensible" n'est pas créée et définie, si je comprend bien ?

C'est ça. Mais il existe d'autres solutions pour renforcer la protection des animaux que de créer une nouvelle catégorie même si ça reste la meilleure. Pour le moment, le statut de l'animal en droit français stagne.

Et je suis d'accord avec tout ce que tu dis par la suite, les conditions d'élevage, etc...


PS : Le singe c'est bon, mais je préfère la belette.
Zaguien
Inscrit: 2011-11-26 05:11:03
2014-04-30 19:08:29
Pf. A mes yeux c'est du cannibalisme.
Zaguien
Inscrit: 2009-07-17 10:07:39
2014-04-30 21:27:29
Iusidjai:Toute seule, cette modification ne sera suivie d'aucun effet si une catégorie "être sensible" n'est pas créée et définie, si je comprend bien ?

Non, c'est juste que c'est une ligne de plus dans la législation française qui est déjà très compliquée, et qui prenait déjà en compte la sensibilité de nos amis les animaux. Du vent pour faire taire les râleurs, en quelque sorte.
Zaguien
Inscrit: 2011-12-06 07:12:33
2014-05-02 11:35:57
Un os lancé aux défenseurs des animaux quoi.
Zaguien
Inscrit: 2009-07-17 10:07:39
2014-05-02 11:38:46
C'est un peu l'idée.
Zaguien
Inscrit: 2013-08-19 11:08:45
2014-05-02 20:20:54
En même temps, quand on voit le séisme qu'a déclenché le gouvernement en tenant une promesse de campagne aux enjeux uniquement sociétaux (le mariage homo), il ne faut pas s'attendre à ce qu'une proposition aussi importante que le changement réel du statut des animaux, qu'aucune force politique ne défend vraiment et qui aurait des implications énormes au niveau économique, voie le jour de sitôt... C'est un minuscule pas en avant, mais un pas tout de même, mieux que l'immobilité totale.
Anonyme
2014-05-03 22:22:14
Le bien est indissociable de la possession. Qui possède le bien ? Si ce bien n'est détenu par personne, mérite-t-il encore d'être nommé comme tel ? Les animaux sauvages seraient les biens de qui ? De l'état ? Chouette...

"Je ne parle même pas des conditions d'élevage et d'éxécution des animaux consommés. Il y a beau avoir des normes qui changent sans arrêt (au grand désespoir des producteurs), les conditions sont toujours déplorables (sans parler de la mise à mort)"

Une des raisons de mon végétarisme.
Zaguien
Inscrit: 2013-08-19 11:08:45
2014-05-03 23:42:33
PluiePuits:Le bien est indissociable de la possession. Qui possède le bien ? Si ce bien n'est détenu par personne, mérite-t-il encore d'être nommé comme tel ? Les animaux sauvages seraient les biens de qui ? De l'état ? Chouette...


C'est mécanique : un animal exploité (pour la consommation, le textile, l'agrément, par l'industrie agronomique, les chasseurs, les particuliers) est une ressource, et est alors à même d'être possédé. Après, c'est l'éternel débat welfaristes/abolitionnistes pour savoir si la chose à faire est d'exploiter l'animal de manière digne ou de ne pas l'exploiter du tout. Dans l'absolu je veux bien que les animaux soient les "biens de l'Etat"...avec une législation forte et complète derrière.

PluiePuits:Une des raisons de mon végétarisme.
La raison la plus convaincante selon moi, car la plus pragmatique (avec les effets délétères d'une alimentation trop carnée).
Anonyme
2014-05-03 23:46:35
Sauf que certains animaux migrent. Sauf à considérer la migration comme une donation d'état à état ce qui serait une sacrée blague, je trouve cela extravagant.
Zaguien
Inscrit: 2013-08-19 11:08:45
2014-05-04 00:43:36
C'est un cas absolument théorique. Évidemment qu'en réalité les animaux se contrefoutent des états, des institutions et ne connaissent pas nos frontières. Une "juridiquisation" du vivant est totalement impossible, c'est nous qui devons plier. Mais on peut toujours essayer, comme on a toujours fait, de jouer des coudes pour se faire une place un peu plus grande dans ce joyeux bordel grouillant que celle, minuscule, qui est la nôtre.
Anonyme
2015-04-05 20:59:10
Y'a des gens qui ont fait des études sur la senbilité animale sérieux ?
Suffit qu'à regarder le comportement de n'importe quel mammifère pour se rendre compte de facon pire qu'évidente que les animaux ressentent des sentiments et ont un caractère propre (plus ou moins différent des notres en fonction des èspeces ) . Ce n'est pas ce qui m'empechera d'avoir une belle bavette dans mon assiette par contre .
Après qu'entend tu pas juridiquer le vivant ? Si je comprend bien , tu es contre le fait que les animaux soient recconu comme des biens ?
Bah ca change pas grand chose , y'a déja plein de protection animale donc je vois pas trop où tu veux en venir
Zaguien
Inscrit: 2013-08-19 11:08:45
2015-04-05 21:29:54
(désolé d'avance pour le ton du message, sujet important pour moi)

Bien sûr qu'il y a des études sur la sensibilité animale ! Ça permet de prouver de manière objective, logique et rationnelle que cette sensibilité existe, et surtout en quelles proportions. Ça s'appelle la science. "Suffit qu'à regarder" ne veut pas dire grand-chose ; pire, c'est la porte ouverte aux interprétations les plus débiles sous le couvert d'un pseudo-bon sens. Le contraire de ce bon sens bancal, ce qui permet de s'approcher un peu de la vérité en faisant preuve d'humilité et en nous forçant à prouver tout ce qu'on croit acquis, ça a un nom : la science.
Et tu m'expliqueras comment tu juges, en regardant, de la sensibilité d'un animal complètement différent de toi. Tu ressens les émotions de l'iguane, du homard ou du poulpe ?

"Juridiquer" le vivant c'est vouloir mettre des lois sur des processus naturels qui nous échappe, et c'est débile. Cf plus haut.

Oui, je suis contre le fait que les animaux soient reconnus comme des biens. Ils devraient disposer d'une législation qui les sépare des objets selon leur niveau de conscience et de sensibilité. Un chien n'est pas une chaise, merde. La douleur devrait être le critère central.

Ah, tu trouves que y'a déjà plein de protection animale ? Tu penses que l'oie est protégée quand elle est gavée de force ? Que le tigre est protégé quand il appartient à un cirque ? Que le poisson est protégée quand il étouffe dans sa merde dans les chaluts ? La protection des animaux n'est qu'embryonnaire et ne touche en très grande majorité que nos plus proches animaux domestiques. Tu m'expliques pourquoi tu peux pas tabasser un chien mais que tu peux légalement t'en donner à coeur joie sur un blaireau ? Je doute pourtant qu'ils aient une sensibilité très différente.
Il existe déjà dans d'autres pays des lois qui considèrent certains animaux comme des "personnes non humaines". Quand ça empêche la détention en captivité d'un dauphin ou d'un orang-outang, je t'assure que la bestiole concernée va un peu mieux.

Autre problème, les humains. Un chimpanzé a le même niveau de conscience qu'un enfant de trois ans, plus ou moins. Si on lui reconnaît pas un certain statut, on fait quoi du bébé humain ? Et de l'handicapé mental ? Si c'est ton intellect qui détermine le droit au respect de ton intégrité, soit tu leurs donnes le même, soit tu l'enlèves aux derniers, pour être cohérent. Si c'est la capacité à ressentir la douleur, bin t'es obligé de donner le statut à plus ou moins tous les vertébrés, et même certains invertébrés. Vu les milliards de veaux, poules, cochons, vaches, poissons qu'on exploite comme on ramasse des pommes, c'est emmerdant.
Zaguien
Inscrit: 2015-02-24 11:02:05
2015-04-05 23:14:36
Ils sont quand même cro meugnons :')
Anonyme
2015-04-05 23:21:42
Zaguien
Inscrit: 2013-08-19 11:08:45
2015-04-05 23:46:44
On peut respecter les animaux sans être vegan ! On laisse un autre débat dessus x) ?
Zaguien
Inscrit: 2015-02-24 11:02:05
2015-04-05 23:47:55
C'est intéressant comme vidéo. Elle apporte de très bons arguments et son raisonnement tien la route.
Cependant, je continuerai à consommer de la viande car j'estime qu'être un être humain "naturel" (là, je ne suis pas d'accord avec ce qu'elle dit dans la vidéo), c'est être omnivore. Je pense sincèrement que c'est dans notre nature d'être des opportunistes au même titre que le cochon ou le renard. Je ne vois donc absolument pas de raison de me sentir coupable de me nourrir selon comment la nature m'a fait. L'on est parti du singe frugivore pour en arriver à l'Homme omnivore. On a donc évolué dans ce sens là et je trouve ça un peu faux de prétendre qu'être végétarien, c'est être plus évolué ou plus civilisé ^^

Toutefois, je suis contre la souffrance des animaux. Je dis qu'on doit pouvoir manger de la viande. Je ne dis pas qu'on doit pouvoir maltraiter les animaux pendant l'élevage et pendant l'abatage. Ne pas faire souffrir, ça, c'est civilisé et évolué !
Voila petit moment philo
Anonyme
2015-04-05 23:51:18
Je n'ai pas mis cet article, qui aurait besoin d'être actualisé d'ailleurs car nos sénateurs font chier sur ce sujet, dans la catégorie "débat", je ne veux pas débattre sur zagay, je trouve cela parfaitement inutile. J'ai partagé cette dernière vidéo car je valide à 100% tout ce qu'elle dit.
Zaguien
Inscrit: 2015-02-24 11:02:05
2015-04-05 23:54:59
C'est pas grave, j'ai débattu tout seul dans mon coin et j'en suis bien satisfait hahaha
Zaguien
Inscrit: 2013-08-19 11:08:45
2015-04-06 01:05:58
Idem que Statucs.

Zaguien
Inscrit: 2015-02-24 11:02:05
2015-04-06 01:12:30
J'approuve le fait que tu approuves que je sois satisfait de ma solitude