Légalisation de l'euthanasie active en Suisse

Anonyme
2013-03-17 17:25:07
Bonsoir à tous, chers Zagiens et chères Zagiennes (suisses et suissesses en particulier)!


Je vais relancer un vieux débat tabou, celui de la légalisation de l'euthanasie active. J'ai, par ailleurs, déjà consulté les différents threads créés sur Zag à ce sujet, mais ils datent de plus d'un an et demi.

Je rappelle juste les fondamentaux en la matière (sur base juridique suisse):

- l'euthanasie active est le fait délibéré d'un médecin de donner la mort à un patient sur sa demande (en injectant un produit qui provoque l'arrêt total de l'activité). À savoir, ça tombe sous la définition de l'homicide sur demande de la victime (art. 114 CPS) et est punissable de 3 ans de prison ou d'une peine pécuniaire;

- l'euthanasie passive est le fait indirect d'un médecin de donner la mort à un patient (en suspendent les traitements i.e.);

- l'acharnement thérapeutique est le fait de prolonger "artificiellement" la vie d'un patient souffrant d'une maladie en phase terminale, malgré la fin de vie imminente;

- le suicide assisté est le fait autonomie du patient cette fois de mettre fin à sa vie, avec les moyens procurés par le médecin.


Ma question est simple: Pensez-vous que la Confédération devrait légaliser l'euthanasie active?

Vous êtes tous invités à répondre, suisses/ses ou non, en développement vos argumentations.


J'ai franchement du mal à me faire une opinion à ce sujet, vu qu'on peut facilement aller vers le meurtre délibéré (et encore vers l'assassinat de masse, le programme Aktion T4 mis au point sous le IIIème Reich pour tous les "aliénés" ), mais qu'en parallèle la dignité humaine doit être sauvegardée, protégée et respectée (pour notre débat, le fait de souffrir indéfiniment, même étant sous anesthésiants, n'est pas digne).
Anonyme
2013-03-17 17:33:59
C'est très difficile de demander ce genre de choses à un médecin aussi, et ça, les gens n'y pensent pas assez souvent. Pour ces personnes qui vouent leur vie à en sauver d'autres, ça leur est difficilement supportable de voir quelqu'un mourir, et c'est d'ailleurs pour ça qu'il y a des nombreuses législations interdisant l'acharnement thérapeutique en France, car les médecins sont sujets à en faire.
En tous cas, l'Observatoire national de la fin de vie s'était montré très réticent concernant l'euthanasie active, notamment parce qu'ils se sont rendus compte que, après avoir discuté avec le patient et essayer de la calmer, les demandes d'euthanasie baissaient pas mal et beaucoup optaient pour les soins palliatifs. Ils étaient plutôt ouverts concernant le suicide assisté, par contre.

Cependant, je suis assez étonné, il me semblait que l'euthanasie active était autorisée en Suisse ?
Anonyme
2013-03-17 17:36:30
ruby-throat:Cependant, je suis assez étonné, il me semblait que l'euthanasie active était autorisée en Suisse ?


Aucunement, punissable par l'art. 114 CPS, seulement le suicide assisté n'est pas interdit.

Par contre, je ne savais pas que si on discutait avec le patient, il choisissait plus fréquemment les soins palliatifs.
 
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2013-03-17 19:51:12
Les soins palliatifs sont adaptés à des fins de vie rapides, disons quelques mois au plus.

Les suicides assistés sont mal adaptés aux personnes dont la vie est un enfer, et qui sont dépendantes.

Ce sont ces dernieres, lorsqu'elles sont durablement en demande d'en finir malgrés les anxiolytiques, antidepresseurs, et antidouleur, que le probleme se pose.

Mon souhait serait que tous les moralistes se mettent mentalement dans la situation d'une personne souffrante en demande d'abréger ses souffrances physiques ou psychologiques, voire physiquement si ils ont la tete trop dure, avant de se prononcer de façon péremptoire contre l'euthanasie active.

J'ai conscience du poids que cela constitue pour les medecins, que ce soit l'euthanasie passive qui peut aggraver temporairement terriblement la souffrance du malade, ou l'euthanasie active qui est pour eux un echec therapeutique.

Apres tout dépend quelle souffrance on veut prévenir, celle du malade ou celle de la societé.

Par contre, pour avoir moi-meme lutté pendant des années contre les tendances suicidaires des gens, sachant que dans la plupart des cas les gens sont in fine bien content de s'en etre sorties malgrés les epreuves, je ne suis que moyennement convaincu par la facilité du suicide assisté (euphémisme).

En plus ça coute la peau des fesses, et ce n'est sans doute meme pas remboursé par la sécu (humour noir).
Anonyme
2013-03-17 21:19:49
allomat69:Les suicides assistés sont mal adaptés aux personnes dont la vie est un enfer, et qui sont dépendantes.


Tu parles de quoi quand tu parles de personnes dépendantes ?
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2013-03-17 22:23:23
ruby-throat,

dans un suicide assisté, faut tout de même que la personne puisse avoir un minimum d'autonomie pour être transportable dans l'environnement adéquat, et se suicider.

Mais c'est vrai que ce que je lis des témoignages dans la presse, sur les méthodes mises en oeuvre en Suisse, j'ai du mal à voir la différence entre suicide assisté et euthanasie active, le malade peut n'avoir rien à faire, juste respirer, ce qu'il fait d'ordinaire...