Ou est la limite entre séduction et indécence ?

******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2013-03-05 09:05:35
Ou est la limite entre séduction et indécence ?
Source d'inspiration du topic :  

Des prêtres victimes d'attentions non désirées et de gestes déplacés jugés indécents à leur égard, forcent un cardinal à démissionner. Il demande pardon, et ne participera pas au vote du prochain pape.

Donc apparemment, ce cardinal paie d'avoir parfois regardé ses prêtres d'un oeil concupiscent, et de leur avoir peut-être effleuré la soutane.

Je ne poste pas pour alimenter la guerre féroce entre gays et religieux, mais pour aborder la question de la limite entre séduction et indécence.


Selon les cultures et les époques, il existe toute une gamme de méthodes pour (tenter de) séduire, qui va de l'oeil langoureux au sifflement et à la main aux fesses.

Il y a de grandes différences entre l'Afrique ou l'Amérique du sud, chaleureux mais qui séparent les êtres désirés, et l'Europe du nord, froide mais décomplexée vis-a-vis de la sexualité, et entre l'Amérique du nord pudibonde où tout peut être interprété comme harcèlement, et l'Extreme Orient où le sourire est roi et il n'est pas question de se toucher en public.

Et le monde entier semble s'imprégner progressivement des comportements anglosaxons.

Si les gays cachés sont plutôt tentés par la drague affective, les gays décomplexés sont souvent tres lourds dans leur désir de séduire, y compris avec les hétéros. On dit d'eux qu'il regardent les gens comme de la viande.

J'aimerais savoir comment vous percevez la drague dans notre société, qui tend à limiter les méthodes abusives, mais devient de plus en plus pudique...
Clément Coreve
Zaguien
Inscrit: 2011-09-09 09:09:32
2013-03-05 10:28:45
"l'Europe du nord, froide mais décomplexée vis-a-vis de la sexualité"

C'est ma vision préférée ^^ huhuhuu
Anonyme
2013-03-05 11:29:08
J'ai toujours eu l'impression que si la personne draguée était consentante, c'était de la drague, et dans le cas contraire du harcèlement. Sinon, dans le cadre d'une cour assidue et consentie par les deux partis, je ne pense pas qu'il y ait vraiment de limite à la drague; du moins dans notre société européenne.
 
Oui J'en Ai Un Iwannarock
Zaguien
Inscrit: 2013-01-08 11:01:34
2013-03-05 11:43:19
Pour moi, dès que c'est physique d'abord, c'est indécent. Je pense qu'il faut établir un dialogue, et laisser le temps aux questions de se poser (pas le traditionnel "ASV" ^^). Evidemment, il faut bien commencer quelque part, moi je pense que draguer c'est apprendre à connaître et apprécier la personne, tout en instaurant une certaine confiance.
A. Bauer
Zaguien
Inscrit: 2011-09-13 01:09:39
2013-03-05 12:28:01
Froidmont:J'ai toujours eu l'impression que si la personne draguée était consentante, c'était de la drague, et dans le cas contraire du harcèlement. Sinon, dans le cadre d'une cour assidue et consentie par les deux partis, je ne pense pas qu'il y ait vraiment de limite à la drague; du moins dans notre société européenne.


Le problème c'est que justement, faire la cour à quelqu'un consiste à séduire une personne qui n'a rien demandé, alors s'il faut pouvoir deviner un quelconque consentement au premier regard échangé , on est mal barrés.

D'où l'existence des "lourds", ce sont des personnes qui essaient d'aider la chance et qui se plantent .
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2013-03-05 13:51:16
Froidmont:J'ai toujours eu l'impression que si la personne draguée était consentante, c'était de la drague, et dans le cas contraire du harcèlement. Sinon, dans le cadre d'une cour assidue et consentie par les deux partis, je ne pense pas qu'il y ait vraiment de limite à la drague; du moins dans notre société européenne.


On aurait donc le droit de draguer quelqu'un, mais pas d'insister.
On rejoint ici la notion de harcellement.


iwannarock:Pour moi, dès que c'est physique d'abord, c'est indécent. Je pense qu'il faut établir un dialogue, et laisser le temps aux questions de se poser (pas le traditionnel "ASV" ^^). Evidemment, il faut bien commencer quelque part, moi je pense que draguer c'est apprendre à connaître et apprécier la personne, tout en instaurant une certaine confiance.


Ta remarque est intéressante..
Mais je vais faire exprès d'en chercher les limites ^^

La limite physique d'abord.

Est-ce que dès le matin en s'habillant et se coiffant, on ne cherche pas à plaire physiquement ?

La limite physique pourrait etre de ne pas toucher les autres, comme en Asie.
Mais faut-il interdire à un Nicolas Sarkosy de monter sur les pieds de son interlocuteur pour lui parler, ou aux orientaux et africains d'etre tactiles ?

Le parfum est étudié pour résoudre en partie ce dilemme, et transportant un message physique. Les couleurs aussi. C'est meme ainsi que les plantes se reproduisent, en attirant les insectes qui vont transporter leurs pollen sexuels...

La limite de la parole ensuite.

Est-ce qu'il n'y a pas une contradiction à draguer oralement, dans une civilisation de l'écrit où le mensonge oral est ordinaire ? D'ailleurs cela pose des problemes dès qu'il est question d'abus, car c'est parole contre parole, autrement dit rien contre rien.

J'aime bien ta notion de confiance.
C'est vrai que pour se rapprocher il faut etre confiants, quelque soit la methode de séduction.



Alone-Alex:
...
Le problème c'est que justement, faire la cour à quelqu'un consiste à séduire une personne qui n'a rien demandé, alors s'il faut pouvoir deviner un quelconque consentement au premier regard échangé , on est mal barrés.
D'où l'existence des "lourds", ce sont des personnes qui essaient d'aider la chance et qui se plantent .


Les chiens ont moins de soucis, ils sont immédiatement fixés en se renifflant les fesses... et si ils ne se prennent pas un coup de dent.

Songer aux chiens me ramène aux hierarchies, qui sont un piege. Les prêtres dragués ont attendu des années que l'eveque soit en position de faiblesse pour se plaindre, et le faire tomber. En matiere de drague, il n'existe pas de charité chrétienne.
Oui J'en Ai Un Iwannarock
Zaguien
Inscrit: 2013-01-08 11:01:34
2013-03-05 14:22:49
Effectivement, notre séduction est codifiée. Et on essaie de tromper et de paraître, mais c'est très humain au bout du compte. On cherche à plaire pour être accepté, pour être envié. Toute cette séduction est acquise, les canons de beauté changent, et selon les cultures on ne séduit pas pareil (plus ou moins tactile). Ce que je veux exprimer, c'est que si les canons, la pudeur et le jeu de séduction est acquis, alors la limite aussi.
******* Allomat69
Zaguien
Inscrit: 2007-04-09 05:04:11
2013-03-05 18:37:29
alors nous serions conditionnés.
Ce n'est pas faux.

Mais à l'heure la mondialisation, chacun vient avec sa culture, et tout devient flou.
Avant il etait inimaginable pour un hétéro d'etre dragué publiquement par un gay. Du moins en France car s'etait courant dans le monde indien pa exemple.
Maintenant cela semble evoluer lentement...
Oui J'en Ai Un Iwannarock
Zaguien
Inscrit: 2013-01-08 11:01:34
2013-03-05 19:48:57
L'acceptation des différentes sexualités est elle aussi acquise, et elle progresse.
Peter Unlikeyou
Zaguien
Inscrit: 2011-07-31 06:07:19
2013-03-06 02:16:49
La séduction fait à mon avis partie d'un jeu vital , qui conduit vers un certain bonheur.
Un élan en tout cas, jeu de désir , jeu de douceur. Ultimement s'en dégage une véritable
tendresse vers l'autre, et vers soi . J'aime y croire, comme j'aime croire en l'homme.
Ceux qui ont voulu me séduire restent dans mon coeur, entouré d'une aura de douceur,
parce qu'ils m'ont permis ce sourire, cette seconde de sourire . Jeu sans blessure.

Il m'est arrivé aussi de provoquer tendrement dans mon regard ... un vrai hétéro.
Il ne m'en a pas voulu, d'être troublé une seconde . Son sourire fut une réponse.
J'ai été heureux , lui a été assez joueur pour m'offrir ce sourire . Et revenir.

À mon avis la dérive est dans un geste sexuel non consenti. Au-delà donc de cette douceur
du sous entendu - qui peut créer pourtant des remous tellement plus fort que le geste .
Dans un monde idéal , l'un rejoindra tout doucement l'autre . Le désir, le sourire, le jeu,
la complicité étonnée d'être heureuse, le désir encore , puis le geste consenti,
le vrai trouble peut-être, mais heureux . Ultimement le feu.

J'aime l'idée d'aimer en fait, dans toutes les déclinaisons du verbe.
Mais dans la nuance qui permet le respect et cette altérité nécessaire... d'attendre l'autre .
Qu'il soit sûr qu'il est là , aussi.

Affaire de subtilité peut-être, d'intelligence sensible. Surtout .