Bi : vous sentez-vous différents des gays?

Sneilo Sneilo
Zaguien
Inscrit: 2010-10-16 03:10:03
2013-03-02 18:09:50
Je vais me permettre une petite réponse à ce sujet. Etant Bi moi-même, j'ai eu à me poser beaucoup de questions et voici mon avis :
Je pense que l'Homme (avec un grand H, c'est-à-dire l'être humain homme ou femme) est bissexuel par nature. Il n'y a rien dans les gènes, dans notre ADN, qui nous prédestine à aimer les hommes ou les femmes. Mais c'est le parcours personnel de chacun qui influe sur l'orientation sexuelle de l'être. Je ne viens pas par là justifier les théories absurdes selon lesquelles l'éducation ou l'orientation sexuelle des parents, par exemple, construisent la sexualité des enfants (Comme certains peuvent dire la connerie selon laquelle : deux papas homos donneraient des enfants homos eux-même). Cela n'a rien à voir, puisque la plupart des homosexuels ont bien été élevés par des parents hétérosexuels.
Donc la raison pour laquelle on s'oriente un jour où l'autre vers les hommes, les femmes ou les deux, est ailleurs. Elle est dans la construction de la personnalité. C'est la même chose lorsqu'on se fabrique un patrimoine gustatif. Pourquoi aime-t-on plutôt les patates que les carottes ? Le chocolat plutôt que la vanille ? Les belles voitures plutôt que la mode?
C'est une question de goût, et comme vous le savez, tous les goûts sont dans la nature. Donc, certains développent de l'attirance pour les hommes, d'autres pour les femmes, d'autres encore regardent avec les même yeux un homme ou une femme, et peu lui importe le sexe, car ce qui compte est à l'intérieur du coeur. Et ça, ça ne se truque pas.
Après, il y a la question de l'acte sexuel. Encore une fois, c'est une question de goût. Certains (hétéros comme homos) préfèrent telle ou telle position (missionnaire, 69, cuillère, levrette...), certains préfèrent l'acte sexuel avec un homme, d'autres préfèrent l'acte sexuel avec une femme. D'autres enfin aiment les deux.

En bref, je pense que la bisexualité est une sexualité à part entière.
MAIS ! Parce qu'il y a un mais ! Nous souffrons, nous les vrais bi, d'une chose. C'est qu'il y a des mecs et des filles qui ne sont pas encore très certains de leur sexualité. Je ne leur reproche point, je pense que j'ai été comme ça un temps. Il est normal de se poser des questions.
Mais des mecs (même logique pour les filles) vont aller voir à droite et à gauche pour se chercher. D'autres qu'on appelle hétéros curieux, iront s'amuser de temps en temps à coucher avec des mecs. D'autres encore, réciproquement, sont confronté au regard de la société et au mal-être, et vont au contraire retourner vers les filles (ou les mecs pour une lesbienne) à contre coeur. Ceux et celles ci pour le coup, sont dans une certaine instabilité.
Et c'est là que malheureusement, certains homos et certains hétéros ont tendance à penser que tous les Bi sont comme ça. Que tous les bi sont instables. Ce n'est pas vrai ! Du moins pas plus qu'un queutard hétéro qui aime enchainer les gonzesses pour se soulager !

Le malheur de notre société est qu'un certain nombre de "normes" sont sensées s'imposer. Et dès que tu dévies de la norme, tu te retrouves rejeté par les autres.
Alors que l'homosexualité commence à être de plus en plus acceptée (et tant mieux), c'est désormais la bisexualité qui est regardée comme quelque chose d'hallucinant, d'encore plus anormal :
"- Quoi? Comment peux-tu à la fois aimer sucer des phallus et brouter des minous ???"
Beaucoup n'arrivent pas à juger les autres au delà de la pratique sexuelle et ne comprennent pas, finalement, que ce qui nous importe, nous les bis, c'est finalement de laisser aller notre coeur. Le laisser tomber amoureux de celui ou celle qu'il veut. Parce que c'est comme ça. Le coeur se fout de ce qu'il y a dans le pantalon à partir du moment où la tête n'a pas d'a priori sur le fait que l'autre soit un homme ou une femme.
Certains aiment autant le type européen que le type africain, d'autres les brun(e)s comme les blond(e)s, les bis, eux aiment autant les hommes que les femmes, c'est une question d'affinité, de la même façon qu'on peut n'aimer QUE les rousses, Que les asiatiques, Que les hommes.
Tous les goûts sont dans la nature.
Blablalune Blablalune
Zaguien
Inscrit: 2015-05-11 08:05:19
2015-07-24 15:13:36
Alors je pense que les bis sont... simplement plus ouverts. Un jour dans le futur les gens ne feront peut-être plus attention au sexe de la personne dont ils tombent amoureux et on en finira avec tous ces blocages... Gay ou hétéro c'est pareil, toujours le même blocage pour l'un ou l'autre des sexes...
 
Swann Swann8
Zaguien
Inscrit: 2011-05-08 05:05:13
2015-07-24 16:15:07
Bi, je n'ais pas spécialement d'intérêt communautaire ou de participation communautaire. Ca me passe au dessus. Je peux être d'accord avec certaines revendications et en désaccord avec d'autres. Je suis ni l'homophile politiquement correct d'aujourd'hui, ni l'homophobe passéiste qui existe, ni l'hétérophile d'une majorité, ni l'hétérophobe de l'absurde.
La sexualité est quelque chose de bien plus complexe que cette catégorisation en trois pôle, on parle de flexibilité sexuelle, et bien être bi c'est de n'avoir aucun problème à être attiré par les deux sexes selon ses propres critères, de pouvoir, si cela vient à arriver, construire quelque chose d'émotionnelle et sexuelle avec l'un ou l'autre. Être bi permet peut être d'avoir une distance avec la bataille des sexes et les lobby relatif à ça parfois aussi totalitaire qu'une dictature ou qu'un réactionnisme à outrance.
Est-ce que le monde ce porterait mieux qu'avec des bi? Pas nécessairement, mais le monde pourrait peut être prendre en considération leurs manières de voir les choses. La tolérance ne se fait pas dans l'uniformisation de l'opinion.
Soyez attiré par qui vous voulez, mais restez à l'écoute de votre corps et de votre esprit. Les goûts ne sont jamais sclérosés, les choses évoluent sans cesse c'est pas ça qui vous définit véritablement. L'important c'est d'être en accord avec soi-même, de se vivre et se réfléchir.
Maciej_K Maciej_K
Zaguien
Inscrit: 2015-02-11 08:02:37
2015-07-24 18:16:21
JossKaizer:Perso je vois pas comment aimer les femmes et les hommes.
Je pourrais vraiment pas baiser avec une fille quoi.. :o


Moi non plus
Loïck K17
Zaguien
Inscrit: 2014-01-06 12:01:08
2015-07-24 23:29:02
J'ai des aies au lycée pour qui ça tiens plus de la mode qu'une vraie orientation, alors que j'ai un ami bi qui lui l'est réellement.
Pour moi être bi c'est une sexualité comme un autre, absolument pas une passade.
Après, vu que moi je suis gay, peut-être que je me trompe.
Mais le principal, c'est que quelque soit l'orientation sexuelle...
Anonyme
2015-07-25 17:32:41
je suis bi et je suis en couple avec un garçon. Cela n'empêche que j'ai été en couple avec des filles.
En fait, il n'y a pas de passade ni d'effet de mode. C'est une question d'attirance et de « coup de foudre » ou « coup de coeur » pour la personne quelque soit le sexe.
Bref je vis ma vie comme je l'entend en fait...
Ricardo92500 Ricardo92500
Zaguien
Inscrit: 2015-05-04 11:05:51
2015-07-29 17:58:55
Oui ça dépend de chacun j'ai des anciens camarades de lycée qui franchement entre nous avaient de grosses tendances gay...et aujourd'hui ils sont mariés et ont des gosses!
Moi mon premier "rapport" c'est avec un garçon...bah oui! Après ça ne m'a pas empeché de "tester" les filles, mais non, je suis vite revenu aux mecs....
Franchement c'est simple, si le fait de penser à des mecs, au sexe d'un mec ça te fait bander ou jouir....bah tu as de grandes chances d'aimer les garçons...ceci dit j'ai un ami qui est soit disant BI, mouais, il sort avec une fille mais je sais de source sure qu'il sort pas mal le soir...avec des mecs...et pas que pour prendre un verre ou parler foot...hum!
Anonyme
2015-07-29 19:31:01
Dans ce cas Le-Conteur, pourrais-tu nous dire ce que c'est pour toi la différence entre bi et pan ? L'idéal serait-il que tout le monde soit bisexuel, ou que tout le monde soit pansexuel ?
SushAnt SushAnt
Zaguien
Inscrit: 2012-01-04 07:01:57
2015-07-31 13:46:03
Dans un monde où l'instinct de reproduction ne prime plus, et où nous avons tous une conscience et des sentiments, je pense qu'on tend tous à être un peu bi. D'ailleurs c'est quoi être bi ? Une attirance pour les deux sexes ? Mais de quelle manière, en quelles proportions ? Etant donné que l'hétérosexualité et l'homosexualité sont des préférences ou des orientations, est ce que ça ne traduit pas également une certaine bisexualité ?
Si on devait traduire l'attirance sexuelle en %, je ne sais pas si tout les homo et hétéro seraient sur un rapport 100%/0%. Donc un homme qui préfère les hommes à 90% et les femmes à 10% sera considéré comme homo, pourtant une attirance pour les femmes est présente également.
Si je suis homo je vais naturellement me tourner vers les hommes si j'en ai la possibilité, mais supposons que pour X raisons, ce ne soit pas possible. Est ce que je vais rester seul ou me tourner vers mon deuxième choix, à savoir les femmes ?

On a souvent tendance à considérer l'orientation sexuelle comme des chemins sans retour isolés les uns des autres, mais pourtant dans les faits, les comportements prouvent qu'il peut y avoir de nombreuses connexions.

Si en dessert on me propose 2 gâteaux : un à la fraise et l'autre au chocolat. Je préfère la fraise donc je vais choisir celui à la fraise. Pour autant, cela ne veut pas dire que je n'aime pas celui au chocolat. Je l'aurais surement mangé si il n'y avait pas d'autre choix ou si il y avait un gâteau que j'aime encore moins à côté.
L'orientation sexuelle ne marche t-elle pas de la même manière ? Je ne me suis jamais senti comme homosexuel dans le sens ou ce n'est pas quelque chose inscrit en moi comme un chemin que je dois absolument suivre. Je me suis juste retrouvé un jour avec deux options devant moi, et j'ai effectué un choix sur l'option qui m'attirait le plus.

Après c'est un raisonnent qui ne plait pas à la société et aux hommes en général. Ça empêche de mettre les gens dans des cases et suppose une structure beaucoup plus souple de la sexualité. On préfère souvent avoir des réponses, mêmes incertaines ou fausses, plutôt que des avalanches de questionnements. D'ailleurs la "surreprésentations" des hétéro à ce niveau là est assez douteuse. Comment peut-on parler d'orientation sexuelle pour des gens qui à aucun moment ne se sont posé de question sur leurs préférences ? Comment se définir comme hétéro lorsque l'on n'à jamais envisager l'homosexualité comme une possibilité ? C'est pourtant le mode de fonctionnement d'une majorité de la population.