J'avais reçu un coup de téléphone, c'était ma boîte d'intérim pour me dire qu'il venait de me trouver un travail de deux ou trois jours dans une mutuelle pour le tri du courrier. J'allais enfin occupé mes journées. J'attendais ce moment avec impatience. Enfin un salaire même si il allait être tout petit. Je mettais un pied dans le monde du travail et c'est tout ce qui comptait.

 

Le jour J arriva, moi Steven aller enfin travailler. Physiquement je n'était pas une bombe, 1m85 pour 76kg j'étais dans la moyenne. Mes yeux étaient soit bleu, soit vert, soit gris et par temps de grand Soleil ils étaient les trois à la fois. Ma musculature n'était pas vraiment présente mais j'avais pour projet de m'inscrire à une salle de musculation une fois un travail en poche.

 

J'avais un passé assez douloureux, beaucoup de décès dont le plus important, celui de mon grand frère David. Depuis je me sentais seul, mon héros était partit trop tôt sans avoir pu tout m'apprendre. J'en parlais assez facilement, mais la douleur était toujours présente. J'avais aussi un de mes ex qui m'avait battu, j'avais vécu dans la peur pendant 6 mois avant de fuir. La crainte de le croiser était toujours là, il était la seule personne qui me faisait vraiment peur.

 

Mais grâce à tout cela je m'étais forgé une barrière impénétrable autour du cœur et je m'étais beaucoup endurcit. Plus jamais je ne me laisserai faire !

 

Je finis de me préparer et partis pour mon nouveau travail. En arrivant là bas je fus accueilli par la chef du service courrier, Marise, une femme d'environ 40 ans très gentille et agréable. Elle m'expliqua un peu le travail et me donna les noms des personnes du service courrier. Les seuls hommes que je vis étaient Cédric, un jeune homme d'environ mon âge, 23 ans et Johan et Sylvain, deux hommes d'une quarantaine d'années.

 

J'allais travailler au tri du courrier. Il y avait Laura et Virginie (la chef de ce service). Virginie prit donc le relais et commença à m'expliquer le fonctionnement du travail et comment m'organiser. Je pris vite mes marques.

 

Vers 10h un jeune homme entra dans le service et là, le temps s'arrêta. J'étais comme absorber par sa beauté et son charme. Il portait un T-shirt assez moulant qui laissait voir des épaules carrées. Il avait le visage dur mais qui dégageait un charme fou ! J'étais absorbé par lui, je voulais tout savoir de lui. Je sentis cette barrière autour de mon cœur vacillait.

 

Virginie me regardait depuis qu'il était entré. Elle comprit donc que j'étais gay et elle avait vu comment j’observais cet homme.

 

-Désolé de te le dire mais il n'est pas homo, me dit Virginie.

-De quoi ? Ah oui. Bon bah voilà tu sais maintenant, répondis-je rouge de honte.

-On le sait depuis que tu es entré dans le bureau, intervint Laura.

-Ah d'accord bon bah tant mieux j'ai pas pour habitude de me cacher de toute façon.

-Et tu as bien raison !

-Il s'appelle comment le gars qui vient de rentrer ? Demandais-je en faisant l'air désintéressé.

-C'est Hugo, mais comme je te l'ai dit il n'est pas homo, il a une copine depuis peu, m'expliqua Virginie.

-Il ne sait pas ce qu'il rate en tout cas, c'est bien d'être homo. Il travail ici aussi ?

-Oui oui il travail dans ce service mais il a un bureau plus loin et il n'est pas tout le temps là. Comme tu vois il vient juste d'arriver parce qu'il s'occupe de faire la navette du courrier entre les bureaux de la boîte dans la ville. Il y en a une tous les matins a part le mardi où on la fait dans l'après midi.

-Ah d'accord je vois.

 

J'étais un peu déçu car je ne le verrais pas tout le temps mais au moins je le verrai quand il sera à son bureau. Je ne comprenais pas encore pourquoi il me faisait cet effet mais c'était agréable tout en donnant froid dans le dos. Je ressentais comme de la peur envers lui, une envie de le fuir tout en étant irrésistiblement attiré par lui.

 

La journée continua tranquillement et tout se passait très bien. J'avais vite comprit les bases du travail et je m'entendais à merveille avec les filles du service de tri. Je me sentais bien là-bas. Et il y avait Hugo aussi, il faudrait que j'aille lui parler avant la fin de ma période d'intérim.

A la fin de la journée j'attendis un peu que tout le monde parte pour voir quelle voiture avait Hugo. Il roulait dans une petite Polo noir. Je la reconnaîtrai si jamais je la croisais dans Chartres.

Le lendemain matin j'arrivai avec un peu d'avance, j'avais hâte de commencer la journée et j'étais content de revoir les filles de mon service.

 

-Bonjour, lançais-je à l'approche de Virginie et Laura.

-Hey ! Répondirent-elles en chœur.

-Vous allez bien ? Demandais-je.

-Oui très bien ! Ah oui hier j'ai parler avec Marise. Tu t'es vite intégré à l'équipe donc si ça t’intéresse on te propose un CDD de 6 mois comme ça on verra comment ça se passe pendant cette période là.

-Oui je suis d'accord bien sûr !

 

J'étais tellement content ! Mais c'était bizarre la première chose qui m'était venu en tête était que je pourrai voir Hugo plus longtemps. Cet Homme m'avait vraiment fait quelque chose !

 

-J'irai voir les RH pour qu'elles te préparent ton contrat et j’appellerai ta boîte d'intérim pour leur expliquer que tu ne seras plus disponible.

-D'accord pas de problème pour moi, je suis super content !

 

Après avoir dit bonjour à tout le monde, j'ouvris la porte du service et tomba nez à nez avec Hugo. C'est à ce moment que je vis ses yeux gris. Ils étaient comme opalescent, une beauté à couper le souffle. Je sentis le rouge venir a mes joues et détourna le regard en reculant. Il tendit la main pour me dire bonjour, je m'empressais de la prendre pour lui rendre son salut.

 

-Salut ! Désolé hier j'ai pas eu le temps de te voir j'avais pas mal de boulot.

-Pas grave t'inquiète pas, répondis-je.

 

Il fit la bise à Virginie et Laura et partit dehors. Nous entrâmes dans le service. Je ne pensais plus qu'à lui, et ses yeux ! Je n'avais encore jamais vu quelque chose d'aussi beau. La matinée passa rapidement, je m'entendais vraiment bien avec tout le monde. Dans l'après midi Hugo revint a son bureau. Il alla discuter avec Marise et me lança un regard, un regard étrange mais je fis comme si de rien n'était.

 

-Il n'est pas très à l'aise sur l'homosexualité, me murmura Virginie.

-Qui ça ?

-Bah Hugo.

-Ah d'accord, mais... Pourquoi tu me dis ça ?

-Ça crève les yeux qu'il te plaît !

-Pas du tout ! M'exclamais-je sur un ton défensif.

 

Puis je me mis à réfléchir sur tout ce que je ressentais et tout ce qu'il c'était passé depuis que je l'avais vu. C'est vrai que je n’arrêtais pas de le regarder, j'aimais le regarder. J'aimais ses yeux. Son visage était tellement doux tout en étant rude. Comme si il y avait un énorme cœur tendre derrière cette barrière de muscles et cet air dur.

 

-Tu en es sûr ? Me demanda Virginie. Marise a dû lui dire que tu étais gay c'est pour ça qu'il t'a lancé ce regard.

-Oui je vois, après si il ne m'aime pas à cause de ça je ne pourrai rien y faire mais je trouverai ça dommage était donné que nous travaillons dans le même bureau.

-Non ce n'est pas ça. Juste il n'a pas l'habitude de côtoyer des gays. Ses amis sont de purs hétéros donc laisse lui le temps. Mais si tu as des vus sur lui c'est peine perdu.

Cette dernière phrase me fit mal. Mais c'était vrai, je m'attendais à quoi ? Moi le pauvre petit Steven. Je me croyais dans le monde des bisounours ou quoi ? Il fallait que j'oublie tout ça, que je me concentre sur mon travail et que j'essaie de garder ma place et pourquoi pas de décrocher un CDI si possible.

 

Les jours passèrent et je finis par ne plus faire attention à Hugo. Il était juste un collègue. D'autant plus qu'il ne m'avait plus adressé la parole depuis qu'il avait parlé avec Marise. Ce qui m'avait beaucoup aidé à ne plus ressentir d'attirance pour lui. En revanche je m'étais beaucoup rapproché de Virginie et Laura. Non pas amoureusement bien sûr mais on se voyait en dehors du boulot. Je les considérait vraiment comme des amis et c'était très agréable de travailler avec elles.