Parce qu'a priori notre société est encore hostile au cannabis quand, outre-atlantique ,la pénalisation est fortement remise en question après un demi-siècle de lutte acharnée - mais inefficace -, je poste volontairement dans la section "politique" des blogs un plaidoyer pour un changement de cadre légal. Un post que j'ai écris à l'occasion d'un topic lancé sur le forum, dont je souhaite garder une trace sur mon profil.

Avant de commencer je veux signaler que je suis fumeur occasionnel. J'ai commencé à 16 ans, j'en ai 23. Cela n'a pas détruit ma vie loin de là (je poursuis mes études de droit en 4ème année actuellement).
Je veux souligner par là que j'ai une expérience personnelle du sujet que je traite, je ne viens pas affirmer "ce qu'en disent les autres". Car, si beaucoup en parlent, peu le font en connaissance de cause.

Pour mieux comprendre notre sujet, le principal effet de la marijuana est de vous concentrer sur le moment présent: le passé et le futur deviennent très difficile à appréhender parce que la mémoire de travail ou "mémoire vive" se "vide". Le raisonnement logique devient plus difficile à mettre en ½uvre, en revanche le raisonnement intuitif fonctionne très bien.

Personnellement, je ressens que nos frustrations, nos peurs, nos colères, nos préoccupations s'entassent dans le cerveau chaque jour. Avec le cannabis, c'est comme si tout cela était mis à la poubelle. ça me donne l'impression d'avoir "restauré" le disque dur d'avoir vidé ma mémoire de tous les fichiers inutiles.

Le cannabis représente pour moi les meilleurs moments de ma vie. Je suis en faveur de la légalisation de la production, à la consommation de cannabis en passant par la vente. Le danger aujourd'hui c'est de le maintenir interdit.

* Le cannabis n'a jamais tué personne.
Il est impossible à quelqu'un de raisonnable de conclure que la marijuana est plus dangereuse que l'alcool. On connait le cancer des poumons que provoque le tabac, la cirrhose du foie que provoque l'alcool. Mais le cannabis, quelle maladie lui est attribuée ? Aucune.

* Le cannabis ne crée pas de dépendance physique à l'inverse de drogues dures comme l'héroïne.
Le cannabis crée une dépendance psychique ce qui est différent ! Ce n'est pas le corps qui réclame, on ne souffre pas physiquement de l'absence de drogue. C'est le mental qui dit "je me sens bien quand je fume, j'ai ENVIE de fumer encore". (Pour ma part ça fait plus de 6 mois que j'ai rien touché. Un peu contraint, certes, par le manque d'approvisionnement :p ). Or, un trait essentiel de la dépendance c'est le besoin irrésistible de consommer.

* La marijuana est, en soi, une plante naturelle.
Rien à avoir avec nos cigarettes pleines de goudron et j'en passe et des meilleurs.

* C'est une drogue consommée en France par environ 4 millions de personne.
Cela signifie qu'une partie non négligeable de la population est criminalisée par l'interdiction.

* Les consommateurs sont contraints à s'approvisionner sur le marché noir: là où ni les prix ni la qualité ne sont contrôlés.

* En 2013-2014 des États d'Amérique ont légalisé a marijuana
Je pense notamment au Colorado qui a été l'un des premiers États à l'interdire il y a 70 ans.

* Les condamnations pour consommation de cannabis sont extrêmement rares pour ne pas dire nulles.
En France, vous remarquerez que la simple détention de cannabis conduit dans 95% des cas à un simple "rappel à la loi" ce qui démontre bien qu'au plan de la politique pénale ce n'est pas une priorité, et c'est normal ! Le ministère public a vocation à poursuivre les infractions qui portent préjudice à la société. Or, quand on fume, on porte - dans le pire des cas - atteinte à sa propre personne, c'est la raison pour laquelle la pénalisation est sans fondement.

* De sucroit, on a compris que la criminalisation du consommateur entrave un système judiciaire déjà surchargé.

* Le cannabis à mauvaise presse. Pourquoi ?
C'est incontestable même si ces derniers temps les choses bougent. Pourquoi a t-il mauvaise presse ? Parce qu'ici comme ailleurs (en Inde ou aux Etats-Unis), hier comme aujourd'hui, ceux sont généralement les couches sociales basses de la société qui en consomment. C'est seulement au 20ème siècle que les classes moyennes se sont mises à en consommer aussi.

* Une autorisation permettrait :
- de contrôler la puissance de la drogue
- de contrôler sa qualité
- de prélever une taxe
- d'informer directement les utilisateurs des risques connus (comme on le fait aujourd'hui sur les paquets de cigarette).

* Le syndrome d'absence de motivations.
Un risque lié au cannabis est le "syndrome d'absence de motivations" qui conduit beaucoup de consommateurs réguliers à perdre le désir de travailler ou d'entrer en compétition pour réussir. En soi, les effets mentaux négatifs du cannabis ne sont pas une conséquence directe de la plante. C'est plutôt que le cannabis déclenche un effondrement chez un individu dont la structure psychique est déjà instable.

En conclusion, l'influence des informations erronées sur la marijuana est très grande. La marijuana est un symbole d'une lutte entre deux philosophies conflictuelles. Il y a encore un choc des valeurs qui maintien le débat à un niveau émotionnel élevé. Le cannabis est le symbole d'une attitude face à la vie plus passive, plus contemplative et moins compétitive que l'attitude traditionnelle dans nos sociétés.

Enfin, il faut souligner qu'une grande partie de l'électorat est composées de personnes âgées qui sont intransigeantes sur cette question.

Pour autant, on est en droit de se demander si la loi doit priver les utilisateurs modérés et sains dans le but de protéger de leur folie ceux qui en abusent ?

La presse en parle:

¤  
Source: France 24.

¤  
Source: Lemonde.fr

¤  
Source: Courrier international

¤  
Source: Lemonde.fr