Je suis une fille. Être une fille, c'est déjà partir avec un handicap dans la vie.
Si tu as la chance de naître ici, en France, tu as 80% de chances de gagner moins que le smic durant toute ta misérable existence.
Si tu n'as vraiment pas de chance, tes parents te marieront à 8 ans à un vieux riche dégueulasse.

Je suis bisexuelle. Les bis sont vus comme des dépravés sexuels qui couchent de gauche à droite avec n'importe qui, qui ne savent pas ce qu'ils veulent.
Alors que je ne suis qu'à la recherche d'une relation sérieuse. Et Dieu sait que c'est difficile de la trouver, cette relation, quand les mentalités préfèrent s'investir dans des relations éphémères.

Je parle sans tabous et dis tout ce que je pense. Ce qui, le plus souvent, ne fais pas très plaisir. Tant pis. Je préfère une vérité qui fait mal qu'un mensonge hypocrite. Et surtout, cette sincérité t'aide à voir qui sont tes VRAIS amis, ceux qui t'acceptent réellement tel que tu es, et pas comme ils voudraient que tu sois.

Je m'habille tous les jours comme je le veux. Ce qui suscite critiques et jalousies. Ou inspire. Bizarrement, ce sont ceux qui critiquent le plus qui copient.
J'ai appris à vivre avec le regard mauvais de cette société, à l'ignorer, à m'en moquer. C'est le prix à payer pour la différence et la liberté, et je l'accepte.

J'ai appris à vivre avec le regard mauvais de cette société, à l'ignorer, à m'en moquer. C'est le prix à payer pour la différence et la liberté, et je l'accepte.
Pourtant, parfois, il m'arrive de ne plus le supporter, et de tomber. Et je m'en veux alors de ne pas être aussi forte que je ne le suis vraiment.

Je n'ai plus envie de me relever...