Le lion Khmer est un animal étonnant, toujours male et campé dans des positions suggestives.

Anthropomorphisme me direz-vous ?

Pas si sur, parce que le lion khmer n'est pas un animal sauvage, mais un animal mythologique, la plupart du temps en grés, plus rarement en bronze, qui peuple les temples khmers du Cambodge et les musées, dont l'extra musée Guimet de Paris.

Si les derniers lions d'Asie se meurent en Inde et en Iran, ils ont disparu d'Asie Orientale depuis une éternité.

Les lions n'existaient déjà plus au temps de l'Empire Khmer, qui contrôlait du VI au XVI siècle les royaumes d'Indochine, des portes de l'Inde au sud de la Chine (de l'actuelle Birmanie à l'Ouest au Viêtnam à l'Est).

Pourtant pas un escalier menant au sommet des temples montagnes Khmers, n'était encadré par des lions fièrement campés sur leur arrière tain charnu.

En adoptant la culture et religion indienne au milieu du premier millénaire après JC, les Khmers ont adopté leurs dieux (Brahma, Shiva, Vishnou, Ganesh,...), et animaux mythologiques, serpent Naga, taureau Nandin, oiseau Garuda,..., et le fameux lion.

Alors qu'en Inde les statues de lions ressemblent au félin, chez les Khmers il prend plutôt l'aspect d'un caniche assis, hargneux, aux yeux globuleux et aux narines dilatées, montrant ses crocs, ...et pointant ses fesses.

Et si le lion khmer de la période pré-Ankorienne du VI au IX siècle est un animal virile, massif, puissant, et "bien foutu",
le lion de la période Angkorienne du IX au XVI siècle (du nom de sa capitale Angkor ), est un animal gracile et efféminé... offrant son derrière arrondi au regard surpris des passants...

Alors pourquoi me direz-vous ?
Et bien justement, mystère...