Qui s'intéresse un peu à l'ethno ne peut pas rester indifférent aux anciennes coutumes des indiens Jivaros, qui avaient la fâcheuse habitude de réduire la tête de leurs ennemis à la taille d'un poing (tsantsa).

Le indiens Jivaros, aussi appelé Chuars, vivent dans la forêt dense amazonienne d'Amérique du Sud, où il pleut plusieurs heures par jour, et où la végétation luxuriante permet rarement de voir le soleil.
C'est aussi le biotope des sangsues, moustiques, mouches carnivores, parfois même serpents et poissons carnivores, qui vous confondent avec un réservoir de nourriture ambulant.

Leur territoire est situé en haute Amazonie, aux confins du Pérou et de l'Equateur.
Historiquement on l'atteignait depuis le Brésil, en remontant profondément la forêt Amazonienne par le fleuve Amazone, puis son affluent le Rio Pastaza.

Il est maintenant plus facile à atteindre depuis le pied de la Cordillère des Andes, en plusieurs jours de pirogue, ou de marche par d'étroits sentiers boueux ouverts à la machette dans la végétation.
Voire par les airs, car chaque village est maintenant doté d'une piste d'atterrissage pour petit piper deux places. Mais ce mode de transport est réservé aux officiels et aux médecins, ou aux missionnaires modernes qui portent la parole de Dieu dans les derniers endroits où elle s'était embourbée.

Chaque village est une clairière dans la forêt, à coté d'un rio (rivière).
Les villages sont toujours séparés par une journée de marche, comme il l'étaient jusqu'au milieu du XX siècle pour limiter les conséquences des guerres incessantes.

En ce temps là, chez les indiens Jivaros .... la "guerre" -- qui s'apparentait plus à des attaques par surprise -- avait pour but ramener un maximum de têtes d'une tribus ennemie, afin de les réduire à la taille du poing et les garder comme trophées.

Après l'attaque d'un village, les adultes tués, les têtes coupées, et quelques femmes et enfants ramenés en esclavage, c'est sur le chemin du retour que les chasseurs de têtes réduisaient les têtes dont ils avaient gardé que la peau.

Je vous livre l'authentique recette pour réduire une tête (à ne jamais essayer à la maison ! lol).

Désosser pour ne garder que la peau.
Faire bouillir la peau, avec tous ses poils et cheveux, pendant une demi-heure (maximun).
La sortir déjà réduite de moitié, l'égoutter, et la retourner pour gratter les chairs qui y adhèrent encore.
Remettre la peau à l'endroit et recoudre.

Faire chauffer dans un feu cinq ou six pierres de cinq centimètres environ.
Les mettre une à une dans le "sac" formé par la tête, faire rouler la pierre à l'intérieur jusqu'à refroidissement.
Renouveler l'opération jusqu'à obtenir le tannage, c'est-à-dire le séchage et le rétrécissement de la peau.
Lorsque la tête est trop petite pour y introduire une pierre, verser du sable brûlant pour la réduire encore.

Appliquer la lame d'une machette chauffée au rouge sur les lèvres pour bien les sécher.
Passer la peau au charbon de bois pour qu'elle noircisse, puis la masser pour restituer la forme initiale de la tête.

Enfin, coudre les lèvres et obturer les yeux avec des graines rouges et dures, de façon à ce que l'âme du défunt ne puisse pas à s'échapper pour réclamer vengeance...

LOL... mais ethnologiquement authentique.

PS : je pense que la photo, trouvée sur le net, est un faux tel qu'il s'en faisait dans les années cinquantes...
Une vraie tsantsa : http://www.dartexchange.com/ArtAreas/home.nsf/Item/NT0014EB6E/$file/shrunk2.JPG