Qu'ont en commun les baisers traditionnels Viêtnamien, Eskimo, ou Polynésien (Maori) de Nouvelle Zélande ?

Les populations qui pratiquent ce baiser sont toutes issues des grandes migrations asiatiques de la préhistoire, de l'Asie continentale à l'Amérique, et de l'Asie du sud-est à l'Océanie.

Elles ont toutes le nez plat, rond et lisse des asiatiques.

Bien sûr les traditions se perdent, et le "french kiss" se répend dans le monde comme le coca cola.

Mais les vrais vietnamiens savent encore poser leur petit nez rond sur les cheveux, les joues, le cou, le ventre ou les fesses, pour respirer profondément, renifler délicatement, comme le faisaient les hommes depuis les plus hautes époques de la préhistoire. C'est la baiser Viêtnamien.

Les vrais Inuit, ces Eskimo du nord de l'Amérique au nord de l'Asie, savent encore se frotter doucement, joue contre joue, nez contre nez, pour sentir l'odeur de l'autre, et se renifler tendrement. C'est le baiser olfactif.

A Bali, île indonésienne d'Asie du sud-est, on se colle visage contre visage, pour sentir l'odeur et la chaleur de l'autre.

En Polynésie on sait encore se saluer par un "hongi" traditionnel, en frottant son nez (Tahiti) ou pressant son nez (Maoris de Nouvelle Zélande) sur celui de la personne, et en mélangeant son souffle avec le sien.

Ne serait-ce pas l'origine du baiser ?

En effet l'homme est un animal comme un autre... et de nombreux animaux s'embrassent toujours ainsi, comme les ours polaires de la photo.

NB : les usages de Polynésie, je les ai pompés sur le net. Alors zaguiens Polynésiens, n'hésittez pas à vous exprimer !