Ceci est une idée de projet, de décorticage de profil et de zaguien, à travers une situation romancée et donc fictive et humoristique, s'inspirant des speed-dating et des interviews du type Entretien avec un Vampire d'Anna Rice.
Pour l'instant ce n'est qu'une idée!


Entretien avec un Zaguien- Quand JustJames rencontre HHollows


20H00, j'attends adossé au comptoir, un verre de whisky à la main. Il n'est pas encore là.

Dans ma quête vaine de la recherche du célibataire parfait, j'ai écumé quelques profils de ma région, ne donnant rien de bien concluant, puis de la France entière sans grande conséquence non plus. J'étais à deux doigts de m'inscrire sur europeen.desespere.com, un site de rencontre pour européens célibataires, trop moches pour le marché local, et trop banals pour le marché national, quand j'avais reçu un mail de la part d'un des modérateur du dernier site de rencontre auquel je m'étais inscrit, za-gay.org.

« Bonjour,
Nous souhaitons connaitre un maximum de zaguiens et puisque j'ai vu que tu n'avais rien d'autre à faire de tes journées à part geeker sur zag et facebook toute la journée en écoutant Adele en fond sonore pour alimenter ta dépression hivernale, alors qu'on est en plein mois d'Août, je voudrais te proposer de rencontrer quelques personnes sur Paris, pour te sortir de ton 25 m² lugubre, aux murs blancs capitonnés ! Enfin si tu es d'accord.
Amicalement

MaitreCagoule. »

Au début, il m'avait fallu relire trois fois le mail, pour comprendre que ce n'était pas une blague. Malgré le mal à l'aise, suite à cette peinture peu glorieuse de ma personne, par cet inconnu, j'acceptais finalement ma mission et m'attablais à trouver une première personne à rencontrer.

20H05, il n'était toujours pas là ! Soit il était en retard, coincer dans les bouchons, bien qu'il prenait le métro, ou soit j'étais trop en avance, peut-être d'une journée même.

C'était l'époque du programme PAZ ( Parole aux Zaguiens ), une initiative qui permettait aux membres de se filmer à l'aide de leurs webcams à 0,5 millions de pixels, répondant à 6 questions, pour promouvoir le site. J'avais été attiré par ce concept et m'était convaincu que c'était mon moment de gloire, que j'allais rayonné sur le net enfin. Hélas, mon curseur croisa la vidéo d'un des utilisateurs de site, qui me coupa l'herbe sous le pied.
Son charisme ressortait presque en 3D sur mon écran 16 pouces, à tel point que je décidais de laisser un message et d'abandonner l'idée de m'exposer aux autres, en format 16/9. Au fils du temps, j'ai décidé de lui demander de me rencontrer, pour m'aider dans ma mission.

20H10, une silhouette longiligne s'approcha de moi, un peu essoufflée. C'était lui. Vêtu de noir comme un bandit, une fine écharpe de soie autour du cou. Faisait-il froid cet été là ?

« Bonsoir ! Je suis désolé, je suis en retard ! » Me dit-il en me serrant la main et en s'assaillant. Il me sourit, comme si ses dents blanches allaient me faire oublier son retard.

« Bonsoir ! Ce n'est pas grave ! J'avais pas remarqué ! » Mentis-je par grande politesse. Après tout, j'étais timide de nature et il était plus facile pour moi de me faire marcher dessus que de voler dans les plumes des gens qui se moquaient de moi.

« Tu m'as pas trop attendu ? J'ai dû aider une colonie de pingouins à traverser le périph et y'avait ma grand-mère qui essayait de faire le mur de sa maison de retraite, alors tu comprends ? » Me raconta-t-il, en posant sa tête d'enfant propret sur sa main gauche, comme pour intensifierr l'effet d'intimité, que nous offrait le bar tamisé.

« Ah, des pingouins et une grand-mère ! Quel super héro ! On ne peut pas lutter. » Feignais-je de rire. Mais pour qui se prenait-il ? Un Nicolas Hulot en juste au corps bleu et rouge ? Non, son humour devait masquer sa gêne. Si ça se trouve, il avait passé un quart-d'heure, devant le bar, à regarder à quoi je ressemblais en vrai, en se demandant si il pouvait encore faire marche arrière .

« Bon c'était quoi ton projet là ? » me dit-il en me dévisageant. « Tu dois me poser des questions, un genre de tests de bizutage ? »

Je m'étouffais avec ma gorgée de Whisky glacé. Il avait des yeux tendres et sa voix était chaleureuse. Il était tel que je l'avais vu dans sa vidéo. Il paraissait sûr de lui, fier et biens dans ses baskets. Moi j'étais coulant, fuyard, un peu mal à l'aise, alors que je devais mener la danse.

« Oui, c'est à peu près ça. Je dois prendre une photo de toi, et rédiger un article sur toi, pour MaitreCagoule. » Lui expliquais-je en maintenant son regard avec mes yeux de merlan fris. Il rit, comme si j'avais fait quelque chose de puéril. J'étais presque à l'aise à présent, alors qu'il n'avait rien dit. Je sentais le piège à plein nez.

« Ok, mais alors commençons tout de suite, ce n'est pas que je suis pressé, mais y'a la rediffusion de l'épisode 22 de la saison trois de Charmed, là où Prue meurt ! Et après y'a How I met your mother, alors je veux pas rater ma soirée cocooning. » Me dit-il avec un sourire de charmeur de serpents. J'esquissais un air de compréhension, mais à l'intérieur de moi, j'étais outré. Me planter, pour une série dont on connait déjà tous les détails, et une sitcom drôle mais un peu lourde à la fin. Quel culot. C'était comme me dire « Attends je vais regarder Plus Belle LA Vie, et après je viens te parler ! »

« Pardon ! » m'excusais-je avant de saisir mes notes, sur lesquelles j'avais griffonné les questions à lui poser. « Alors ton pseudo c'est bien HHollows avec deux H ? et tu as 18 ans, tu vis à Paris ? C'est bien ça ? »

« Oui, avec deux H. Je sais ! On me l'a déjà fait remarquer ! » me lâcha-t-il avec un long soupir.

« Tu viens d'où exactement ? Et tu te décrirais comment ? » Poursuivis-je avec un peu d'amusement. A la vue de son visage à l'écoute de mes questions, cela s'annonçait passionnant.

« Je suis né en Algérie, à Alger. Un charmant quartier de la ville, coloré et parfumé, comme tu peux te l'imaginer. Je me décrirais comme… Romantique. J'aimerai bien trouvé la personne qui me ferait marcher sous la pluie, quand il n'y a rien à faire, et qui me chanterait des balades romantiques, accompagné par ma guitare. Je veux juste que mes yeux se posent sur lui, et que paf ! Ce soit lui, tu vois ? » me répondit-il, toujours avec sa main servant de repose tête.

« Je vois, c'est mignon ! » qualifiais-je en finissant de prendre mes notes. « Tu aimes quoi sur zag ? »

Il soupira, et je me rappelais subitement que les informations étaient déjà fournies dans sa vidéo. Mais le voir se triturer l'esprit pour me formuler une réponse compréhensible et censée, m'amusait. Je restais là, en l'écoutant déverser ses paroles dans mes oreilles, le stylo grattant sur mon bout de carnet.

« C'est un site de rencontre sympa, réservé aux mineurs, ce qui est cool, car ça évite les gros pervers et les vieux pédophiles qu'on trouve généralement sur « Affamé de sexe ».com. Tu vois le genre ? » me répondit-il avec son petit sourire en coin. J'acquiesçais en l'écoutant poursuivre. « Y'a des rencontres dans la vraie vie, ce qui permet de rencontrer tout plein de monde, ce qui fait une sorte de grande communauté de hippies et gens bizarres, aux idéaux divers et variés ! » Me dit-il en riant. Je ne sais pas si mon cerveau avait mal traduit ses propos ou l'avait-il vraiment dit ? Je ne pouvais pas me poser de question, il débitait avec rapidité et aisance son discours. « J'adore la messagerie, ça fait genre speed dating entre utilisateurs. On n'a pas de limite de temps, mais on doit plaire à l'autre avec les mots, c'est ça qui est beau ! Et puis sinon le forum, c'est vachement bien, pour apprendre des trucs qu'on avait pas envie d'apprendre ou qu'on n'avait pas eu l'idée de se poser comme questions. »

Il me sourit et constatant que j'avais fini mon verre se leva. Il n'avait même pas prit à boire, et le meeting avait duré à peine dix minutes à tout cassé. Il était déjà près à partir quand il me dit
« Bon ben merci, j'espère que ça t'aidera ! J'ai bien aimé te parler ! Mais bon, tu me comprends ? » Lança-t-il à mi-chemin entre la porte et le comptoir.

Je commandais un second verre, pour pouvoir relire mes notes et me remettre du coup de massue que je venais d'avoir. Un gars si charmant, si distant. Soit il était timide, soit il était vraiment fan ! Néanmoins, après tout, j'étais là pour compléter ma mission, pas pour conter fleurette !
Mon téléphone sonna, MasterCagoule m'appelait déjà pour savoir comment je me débrouillais. A croire qu'ici encore, j'étais dénigré au rang de vulgaire secrétaire.

PS: Je suis sûr qu'il m'aurait pas abandonner comme ça!Y'a intérêt^^