Bonjour ! (c'est à prononcer avec un accent marseillais, parce que je ne prononce plus ce mot qu'avec un accent marseillais. J'habite toujours en Lorraine. Effectivement il n'y a aucune logique, très bonne remarque.)

Alors je viens tout juste de lire un article qui parlait de la journée mondiale contre l'homophobie, soit le 17 Mai, et ça m'a rappelé que je n'ai pas parlé de MA journée du 17 Mai! Ce serait vraiment une trop grande perte pour le monde de la littérature, aussi ais-je décidé de rattraper cette erreur sur le champ.

Donc. Lançons nous. Je vais raconter beaucoup de choses inutiles mais faites comme si ça servait à quelque chose quand même, et puis c'est pour bien situer le contexte (réellement, c'est juste parce que j'aime parler de moi, mais oubliez ça).

Avant les vacances de Pâques, une amie à moi qui est très heureuse en couple a décidé de faire ce que tous les gens très heureux en couple font : caser leurs amis célibataires. Bon, il se trouve que cette fois c'est sur moi que c'est tombé, je savais que j'aurais jamais du cacher le short de ma soeur après avoir fait une monstrueuse tâche de tomate dessus et que ça allait me retomber sur la tronche un de ces 4... bah voilà, c'est arrivé. Donc, mon amie Ernestine (j'insulte votre intelligence en précisant que c'est un pseudo?) m'a approché un jour tout sourire, m'a pointée une jeune et jolie jeune fille du doigt et m'a dit "waaaah mais Mathurine(...) et toi vous iriez super bien ensemble!! Il faut que tu l'ajoutes sur FB et que tu lui parles!!!!!" (oui, en tant que fille heureuse elle s'exclame beaucoup!!!).

Moi, je veux dire, elle me donne un ordre, j'allais quand même pas refuser! Ca n'avait rien à voir avec le fait que la fille était vraiment mignonne ou quoi, non non non....
Donc bref, on s'est parlé de manière tout à fait virtuelle pendant les vacances, puis on s'est vues au lycée de temps en temps mais rien de trop poussé... jusqu'à ce fameux Jeudi 17 Mai! On a décidé de passer l'aprem ensemble en ville (oui, ce même jeudi férié ou tous les magasins étaient fermés, et oui, on a rien pu faire à part parler pendant 3 heures), mais on avait totalement oublié que c'était un jour spécial.

On se ballade, tout va bien, on achète un sandwich pour manger et on s'installe sur un banc sur une place fréquentée et bien sympa... mais il y a une animation bizarre sur c'te place. Y a des gens habillés comme des flics, qui dessinent un corps à la craie sur le sol, et qui sont entourés d'une banderole jaune comme dans les séries américaines trop cool (c'est ironique, je déteste les séries policières)(sauf Sherlock)(et Cold Case parce que franchement, Lily Rush est top). Ça sent le faux à 30 mètres, parce qu'une des femmes a une casquette "NCIS", et que t'as juste envie de dire "t'es sérieuse là?". Brefouille,on est intriguées, on se (je me) moque gentiment en continuant à savourer le délicieux sandwich au poulet curry (je déconne pas, ce truc était genre le Saint Graal du sandwich), jusqu'au moment où... ! (je vais sauter une ligne, comme ça ceux qui ont passé le dernier paragraphe peuvent reprendre directement au début de l'action)

Jusqu'au moment où, 20 minutes après nos premiers regards interrogatifs, un gars s'approche de nous et nous tend des prospectus.

[STOP]
(Il faut que je fasse un stop, parce que est-ce que je suis la seule qui reconnait un drapeau gay à 30 mètres? ou bien qui se réveille d'un coup parce qu'elle a entendu le mot "coming out" ? je ne rigole pas, ça m'arrive tout le temps. Ma capacité à déceler des indices gays n'importe où est telle que j'atteins bientôt le véritable talent en la matière.)
[START]

... et nous tend des prospectus. Et commence à nous expliquer que "bonjour mesdemoiselles, on fait une petite animation parce qu'en fait, c'est la journée mondiale contre l'homophobie, et il y a eut un meurtre homophobe en 2003 dans la ville alors c'est un peu aussi une commémoration".

En saisissant un flyer pour la gay pride, je me dis que pour une fois je suis au bon endroit au bon moment, et que c'est pas souvent que ça m'arrive alors qu'il faut que je profite.
Le gars part, on se regarde et on rigole un peu comme les gros chameaux tous surpris qu'on est. Le gars pense toujours qu'on se fichait de sa tronche.

(Oh, et y avait un couple de mini-butch juste devant nous, c'était drôle aussi parce qu'entre nous avec nos sacs à mains, nos petits nus-pieds et nos sac de chez Etam, et elles en baggy, marcels et sacs à dos, ben... y avait un contraste sympa!)

BILAN :
- J'ai gardé les flyers
- J'ai du les cacher en rentrant à la maison
- Je les ai ressortis de lendemain au lycée
- Toute ma classe est désormais au courant que la gay pride c'est le 2 Juin à Metz
- J'ai aussi gardé deux autres prospectus
- Je compte bien m'inscrire à l'association LGBT de Nancy, qui s'appelle Equinoxe, grâce au premier
- Et je connais tout sur la Transphobie et l'A.N.T grâce au deuxième
- Je vais à la   avec ma girlfriend (j'suis trop hype pour dire copine) Samedi. Qui y va?


CONCLUSION :
YAY AU 17 MAI !