Cher ami,

J'ai pu lire sur ton profil comme sur tant d'autres que tu te définissais comme "hors milieu". J'ai entendu parler moi aussi de cette secte satanique nommée Marais, qui fourmille de folasses passant leur temps dans les établissements du 4e arrondissement de Paris. On dit qu'elles brandissent d'inquiétants objets ésotériques, semblables à des sacs à main, et entonnent parfois des incantations maléfiques en poussant des cris aiguës. Pourtant, à chaque fois que je vais dans le marais, je ne croise souvent que des gens comme toi, qui y viennent de temps en temps pour prendre un verre ou sortir en boîte. Ils portent parfois des pull en V et des slims, mais tous te le diront : le milieu gay n'est pas là, il est plutôt dans le bar d'à côté.
J'ai pu lire aussi que tu ne voulais pas être contacté par des folles ou des garçons efféminés. C'est vrai qu'ils ont tendance à sérieusement ternir l'image de l'homosexualité. Pour toi, la gay pride porte mal son nom : c'est plutôt la marche de la honte de voir ces grandes folles bariolées défilées bruyamment dans la rue. Ce n'est pas étonnant qu'il y ait de l'homophobie après tu me dis. Il faut pour toi nous astreindre à paraître le plus normal possible, nous fondre dans la population. L'idéal serait que tout tes amis soient hétéros, que tu rigoles avec eux à leurs blagues douteuses sur les filles, et que ton homosexualité deviennent invisible. Le mariage gay qui arrive va te permettre de réaliser un peu plus ton rêve, tu vas pouvoir avoir ton pavillon en banlieue et tes charentaises en dormant sur tes deux oreilles.
N'as-tu pas remarqué cependant qu'être folle, c'était un peu comme être bobo : on le dit toujours de quelqu'un, mais on ne l'est jamais soi-même ? Certes il t'arrive de taper dans un ballon, et même de boire de bières très viriles, mais es-tu si sûr que ce petit geste que tu fais n'est pas un peu efféminé sur les bords ? Ah sacrebleu, non, tu protestes énergiquement, la folle c'est elle dans son marais, toi tu n'as pas de sac à main, toi tu ne t'épiles pas les sourcils, toi tu n'écoutes pas Lady Gaga, toi tu ne regarde par les films de Xavier Dolan et toi tu n'a pas vu Les Chansons d'Amour : toi tu es normal quoi. Tu n'es pas une tapette, tu es un homo respectable me dis-tu. La société te regarde de travers, mais tu es rassuré : il y a plus dégénéré que toi.
Tu finis par me dire que tu n'as rien contre les folles, que c'est juste que ce n'est pas ton truc à toi. Mais vois aussi que tu emploies les mêmes insultes que les homophobes, en essayant de coller au plus prés de ce que la société voudrait que tu sois : invisible.

En espérant te voir à la prochaine flash cocotte comme d'habitude,
Amitiés,

P.