Alors que les droits de la communauté LGBT sont de plus en plus reconnus dans le monde, y compris en France où ses membres ont enfin accédé au mariage, nous assistons à un véritable déclin moral et idéologique en Russie...

Pour comprendre la situation de la communauté LGBT en Russie il faut regarder cette vidéo. Pour rappel, jusqu'en 1993, l'homosexualité était un crime passible de 8 ans de camp. Ce n'est que depuis 1999 que l'homosexualité n'est plus considérée comme maladie mentale en Russie. Mais à la suite de la promulgation de la loi interdisant "la propagande homosexuelle" en juin 2013, nous découvrons la face cachée de la Russie. Nous connaissions en effet déjà la position de la population et du gouvernement Russe sur la question des homosexuels, nous en découvrons maintenant les tristes conséquences. 

Le reportage d'Envoyé spécial s'ouvre sur le quotidien de Vladislav, un jeune adolescent homosexuel qui, chaque matin, à la boule au ventre lorsqu'il se rend à son lycée. En effet, il subit discriminations et injures voire violences physiques. La directrice du lycée et la psychologue ne tolèrent pas que ... l'adolescent "se donne en spectacle pour la télévision" et se prenne pour un martyr. Des groupes à tendance néo-nazi tels que "Occupy pedophilay" se sont formés avec pour leitmotiv un triste amalgame entre pédophilie et homosexualité. Ce groupe homophobe "chasse" ses proies sur internet; leur donnant de faux rendez-vous pour ensuite les frapper voire les torturer. Ses membres ne ressentent aucune gêne lorsqu'ils portent un tee-shirt estampillé de la croix gammée. Ce qui n'est pas sans évoquer l'époque de la déportation homosexuelle en Allemagne et en France occupée. De plus, ces groupes s'évertuent à faire renvoyer des instituteurs (ou institutrices) homosexuels(les) ou bisexuel(les), dès lors que ces deniers manifestent le moindre signe de tolérance envers le mouvement gay.

La communauté LGBT ainsi que les défenseurs des droits ont réagi, notamment avec le boycott de la vodka russe dans certains bars. A l'image des actions qui se sont déroulées à San Fransisco, dans le quartier du Castro, où la communauté LGBT, menée notamment par Harvey Milk, a boycotté une marque de bière pour défendre ses droits. 

Le 30 mai 2013, trois jeunes extrêmistes russes ont poignardé un jeune homosexuel avant de l'immoler. Les auteurs du crime ont été condamnés a près de 12 ans de prison ferme. Ces actes son comparables à ce qui se déroule dans d'autre régions du globe, notamment en Afrique. 

En 2014, on peut être en droit d'attendre de pays "évolués" qu'ils assurent sécurité et égalité à tous leurs citoyens, sans porter de jugement ni discriminer sur la base de l'orientation sexuelle ou de la confession religieuse. Aujourd'hui, les homosexuels, bisexuels ou transgenres russes doivent se cacher. S'ils prennent, à l'inverse, le parti de s'affirmer, ils s'exposent aux insultes et aux agressions (parfois mortelles). La situation des homosexuels en Russie est plus qu'inquiétante. A quand la loi interdisant l'homosexualité en Russie ? A quand l'exode homosexuelle ? A quand les "goulags" homosexuels ?