Vendredi 23 mai, à Santa-Barbara en Californie, un homme, Elliot Rodger, est allé sur un campus et a ouvert le feu, visant des femmes, tuant six individus et en blessant plusieurs autres, avant de se donner la mort.

Vous trouverez l'information sur beaucoup de sites mais j'en partage deux avec vous : celui-ci (en anglais) et celui-là (en français). Pourquoi ces deux-là particulièrement ? Parce que ce sont les rares à parler du caractère misogyne de la fusillade.

Tous les autres sites ne parlent que de l'action d'un fou, d'un garçon avec des problèmes. Remarquez comment, quand vous êtes un homme blanc, votre acte est tout de suite individualisé et considéré comme isolé (probablement parce que vous êtes considéré vous-même comme un individu). Alors oui, peut-être que ce garçon avait effectivement des problèmes, peut-être qu'il était fragile. Mais la société sexiste dans laquelle on vit l'a également poussé à cet acte, à fait germer cette petite pousse de ressentiment qui était en lui.

Le caractère misogyne de l'acte ne peut pas être ignoré. Pas seulement parce qu'il a visé exclusivement des filles, mais parce qu'il a posté cette vidéo sur Youtube dans laquelle il déclarait ses intentions de meurtre. Il commence sa vidéo en annonçant qu'il va prendre sa revenge sur l'humanité. Il explique être toujours puceau à 22 ans, et rejette très clairement la faute sur les femmes pour cela, estimant être l'homme parfait. Sa réaction sera donc de les punir : "Je ne comprends pas pourquoi vous, les filles, n'êtes pas attirées par moi, mais je vous punirai pour cela. C'est une injustice, un crime, car je suis l'homme parfait, et vous vous jettez sur des hommes détestables au lieu de moi, le parfait gentleman. [...] Je vais entrer dans la sororité la plus hot de l'UCSB [Université de Californie, Santa-Barbara] et je vais massacrer chaque salope pimbêche et pourrie gâtée que je vois".


Cette idée ne lui est pas venue seule. Elliot Rodger a fréquenté pendant longtemps les forum et sites des Men's Right Movement, le mouvement des droits des hommes, qui est un mouvement masculiniste qui se présente comme une alternative au féminisme mainstream pour régler les problèmes de sexisme de la société, tout en prenant en compte l'homme. Très souvent, le masculinisme n'est en réalité qu'un mouvement de sexistes désavoués, qui ne veulent en réalité qu'une chose : le maintien de l'ordre établi dans lequel les femmes sont soumises aux hommes. Ils s'opposent au féminisme non pas parce qu'ils pensent que le féminisme fait mal les choses, mais parce qu'ils ne veulent pas que les femmes soient libérées. Dans ces forums et sites, les membres les plus actifs élaborent des théories ayant pour but de favoriser la domination de l'homme, notamment la théorie du mâle alpha, homme viril, meneur, qui impose le respect aux femmes et aux autres hommes qui ne sont pas alpha. Ce n'est pas une coïncidence si au moment où Elliot Rodger affirme qu'il va commettre un meurtre, il se présente comme un mâle alpha. Il va s'approprier la vie des femmes, ce que les hommes font normalement dans la société chaque jour, de la manière la plus extrême qui soit : en la prenant.

Elliot Rodger suivait également les conseils des pick up artists, ces hommes qui donnent des conseils de drague pour vous permettre de coucher avec n'importe quelle femme. Mais les pick up artist ont un argumentaire nocif : dans leurs conseils, jamais le consentement de la femme n'est au centre de la question. Ils considèrent que, si vous suivez correctement le guide, la femme doit du sexe à l'homme. Certains de leurs conseils s'apparentent presque à du viol pur et simple. Le terme male entitlement définit ce comportement : c'est la propension des hommes à penser que les femmes sont dans l'obligation de coucher avec eux à partir d'un certain stade. Notre société apprend aux hommes que les femmes n'ont pas le droit de dire non sous certaines conditions : si vous êtes le mec parfait, comme prétend l'être le tueur dans sa vidéo, ou si vous êtes en couple, ou si on vous a payé le restaurant. Du coup, quand une femme ne veut pas coucher avec lui, c'est ELLE la fautive. Quoi de plus normal aux yeux d'Elliot Rodger que de punir les femmes fautives, qui refusent de succomber à ses avances ?

Oui, le tueur de Santa-Barbara était sûrement à la base un garçon fragile, frustré. Mais notre société sexiste, qui met les femmes à disposition des hommes, ne l'a pas aidé. Elle n'a fait que grandir son ressentiment. L'acte d'Elliot Rodger n'est que la suite logique d'une éducation sexiste par la société, les médias (qui occultent l'aspect sexiste de la tuerie), les forums masculinistes, et les pick up artists qui lui ont appris que les femmes étaient des salopes si elles avaient l'audace de rester maîtresse de leur propre corps. Ne vous méprenez pas : toutes ces entités ne sont pas les causes, mais les symptômes d'un mal dans notre société. Et l'acte d'Elliot Rodger n'est que la suite logique de ce mal.

Elle est là, la réalité de notre société : contrairement à ce que tous les néo-conservateurs veulent vous faire croire, c'est le patriarcat qui tue, pas le féminisme. Nous ne sommes pas cent ans en arrière. Nous ne sommes pas dans un "pays islamiste", comme ils diraient. En 2014, dans un pays développé, une femme peut être tuée pour avoir dit "non" à un homme.