Eurovision : Conchita Wurst, drag queen, est la grande gagnante.

Bien que boudé en France, l'Eurovision n'en est pas moins un programme intéressant. En effet, le programme diffusé à l'international (notamment États-Unis et Afrique) s'est toujours trouvé au cœur d'enjeux géopolitiques et sociaux.

 

Cette année, il s'agissait d'afficher un soutien à l'Ukraine ou encore de montrer son ouverture d'esprit envers Conchita Wurst un chanteur travesti Autrichien "moustachu". L'ex-champion de boxe Vitali Klitschko (chef de file pro-européen) déclarait en ce sens : «La musique, exactement comme le sport, a ce pouvoir d'unir les gens. Dans la situation historique où se trouve l'Ukraine, ce serait un signal formidable si les spectateurs européens soutenaient tout particulièrement la candidate ukrainienne» (Interview Bild - German). Le journal Le Monde rappelait quant à lui que le titre du célèbre tabloïd autrichien Kronen Zeitung était «Un message de tolérance à Poutine», comme pour insister sur la dimension sociale de l'événement.

C'est d'ailleurs la candidate autrichienne qui a gagné le concours cette année, enchaînant les 8, 10 ou 12 points de la part d'une grande partie des pays votants, alors même qu'elle était très critiquée au sein de son pays.

Néanmoins, prétendre que cette victoire est le signe d'un changement d'état d’esprit serait peut-être s'avancer un peu trop vite. Si les personnes transgenres ne se présentent pas tous les ans, une victoire a déjà été remportée à l'Eurovision en ce sens: rappelons nous l'année 1998 lorsque la candidate d'Israël (Dana International) avait remporté le concours en interprétant le morceau Diva.

On peut tout de même penser que cette victoire démontre une certaine ouverture d'esprit en Europe sans qu'elle soit nécessairement plus grande qu'il y a dix ans (le journal Le Figaro va même jusqu'à avancer que la valorisation de la candidate Conchita Wurst a pour but de modifier l'image d'une entité politique jugée conservatrice).
Cette victoire aura au moins le mérite de contrarier un certain nombre de personnes "bien pensantes" ayant critiqué Conchita Wurst non pas sur ses talents, mais sur sa personne ou ce qu'elle représente.