La Commission européenne enquête depuis 3 ans contre des pratiques jugées humiliantes imposées par les autorités tchèques aux demandeurs d'asile pour vérifier qu'ils sont bien homosexuels et ouvrant alors droit à une argumentation relative aux persécutions subies dans leurs pays.

 La vérification de l'homosexualité d'un homme demandant l'asile politique à la République Tchèque consiste en un test phallométrique : les autorités mesurent les réponses érectiles masculines obtenues pendant l'exposition des hommes à divers stimulis sexuels et non sexuels.


En plus d'être biologiquement douteuse et moralement condamnable, cette pratique ne semble pas non plus être en conformité avec les articles 4 et 7 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union Européenne qui interdisent la torture, les traitements dégradants et la violation de la vie privée. (particulièrement l'article 4 : Nul ne peut être soumis à la torture, ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants).


Cette pratique diversement utilisée à travers le monde (par exemple au Canada : ces tests sont mis en œuvre pour les délinquants sexuels qui ont agressé des femmes) suscite de très nombreuses critiques, mais est toujours en vigueur, voire même défendue.
Vladimír Repka, le porte-parole du ministère tchèque, a expliqué à la radio nationale que ces tests étaient « nécessaires » pour les demandes d'asile de personnes homosexuelles : « (...) Nous ne pratiquons ce genre de tests sexuels qu'avec un consentement écrit et seulement si nous sommes certains qu'il n'y a pas d'autres moyens d'obtenir des informations sur la différence sexuelle du demandeur ».
Le ministre de l'interieur a froidement ajouté que les demandeurs d’asile « qui ne seraient pas d’accord avec cette méthode n’ont qu’à aller dans un pays où le test n’est pas effectué ».


À l'inverse, mais par le même procédé, le Koweït a l’intention de mettre en place un détecteur d’homosexualité systématique pour filtrer les entrées des expatriés à leurs frontières. Les visas ne seraient pas accordées aux personnes qui répondraient positivement à ce test d'homosexualité. Parmi tous les tests suggérés (ADN, orientation capillaire, ect.), le test phallométrique figure dans les premières places.