Pourquoi choisir de donner ses organes ou tissus après une eventuelle mort cérébrale ? Comment faire pour faire savoir que je veux donner mes organes post-mortem ? Autant de questions qui doivent se poser pour n'en pas laisser la charge à ses proches.

Le don d’organes post-mortem est tout simplement l’action de prélever des organes ou tissus d’un corps humain mort cérébalement, qu’on nomme plus couramment « donneur », pour les retransplanter dans le corps de patients, nommés « receveurs », pour leur permettre de survivre malgré des organe(s) vital(aux) gravement atteints. Dans tout les cas, le don est, par définition, gratuit et anonyme.

 

Chaque femme ou homme est concidéré(e) comme un(e) patient(e) potentiel(le). Le consentement des proches (parents, enfants, …) est obligatoire avant tout prélèvement. Cependant, il existe un moyen d’accélérer le processus.

En effet, post-mortem, les organes ne vivent pas longtemps et les actes chirurgicaux sur le donneur et sur le receveur prennent un certain temps car les organes ou tissus doivent être recousus un à un, capillaire sanguin par capillaire sanguin.

C’est pourquoi, il existe une carte de donneur d’organes délivrée gratuitement par différentes organisations. L’association France ADOT (Association pour le Don d’Organes et de Tissus humains) la délivre après le remplissage d’un formulaire rapide, puis vous ajoute sur ses listes.

La porter sur vous (avec vos papiers d’identité par exemple), permettra d’accélérer la machine, même si le consentement des proches reste nécessaire car elle n’a aucune valeur légale. Il faut donc, et porter la carte, et avertir vos proches.

 

Pourquoi faire cette démarche ?

Certains, distants face à cette question, ne veulent pas qu’on touche à leur corps. Cependant, imaginez le bonheur que vos organes, qui toutesfois ne vous serviront plus, apporteront à des familles, des enfants qui n’attendent qu’une transplantation pour leur survie, allongés dans leur lit d’hôpital …

 

De surcroît, vous n’êtes pas obligé.e.s d’attendre votre mort pour secourir des femmes et des hommes en souffrance. Le don du sang est tout aussi nécessaire que les dons d’organes ou de tissus.

Lors d’opération qui ne se passent pas comme prévu, d’accouchement délicat, d’accident de la route, … une grande quantité de sang peut être demandée en pour maintenir le patient en vie. Sans dons, pas de deuxième chance …  

 

Alors, rendez-vous sur le site de France ADOT, rubrique « Devenir donneur », onglet « Obtenir la carte de donneur ». C’est aussi simple que dire bonjour et ça sauve des vies !