Fait-il vraiment bon vivre à Poil (ou à Corps-Nuds) ? Les communes aux noms «burlesques et chantants» se retrouvent ce week-end à Vinsobres, dans la Drôme.

Le village de Vinsobres (Drôme) se prépare à avoir la gueule de bois. La petite commune de 1 500 habitants attend 15 000 visiteurs au 11e grand raout annuel de l’Association des communes de France aux noms burlesques et chantants.

Parmi la quarantaine de membres de l’association, on compte :

Latronche, Arnac-la-Poste, Poil, Corps-Nuds, La Bénisson-Dieu ou encore Saint-Barbant... Le célèbre Montcuq boude le rassemblement, tout comme Lorgies, ancien membre qui n’assume plus. Marché de produits du terroir, dégustations, musique folkloriques, «défi humoristique» entre maires sur un podium, Vinsobres joue à fond la carte de l’insolite dans une ambiance très «douce France».


Pour Max Roussel, maire de Latronche jusqu’en 2008 et toujours très impliqué dans l’association, cette particularité est en tout cas loin d’être une blague, c’est un business.

«C’est l’occasion de se faire un nom, même si le notre porte à rire, et d’attirer des touristes pour leur vendre nos produits régionaux».

Même son de cloche à Poil (Nièvre), où l’on édite des cartes postales et des T-shirts déclinant tous les jeux de mots possibles («Tous à Poil» restant un best-seller). Cela permet aussi d’écrire des états civils pittoresques, du style «M. et Mme X se sont mariés à Poil»...

Selon Alain Prigeant, maire de Corps-Nuds, à côté de Rennes, le «coming-out» de son village, via l’organisation de la fête des communes aux noms burlesques il y a trois ans, a permis de «créer une identité, de fédérer les gens et d’attirer des touristes». Dont un grand rassemblement de naturistes.

Mais il n'y a pas que des avantages. Le grand fléau touchant ces communes reste le vol de panneaux municipaux. En septembre dernier, l’équipe de la matinale de Fun Radio avait provoqué l’ire de la mairie de Chatte, en brandissant sur les réseaux sociaux le panneau du bourg «offert» par un auditeur. Le village a été «dédommagé» par la radio depuis, avec l’organisation d’un concert gratuit sur place.

«Le vol de panneaux, c’est récurrent, nous confirme-t-on à la mairie de Poil. Ça représente un budget pour nous – chaque panneau coûte 300 euros pièce et on nous en pique environ deux par an.

Mais il y a quelques années par exemple, ce sont neuf panneaux qui ont été dérobés en une nuit au mois d'août! Il paraît qu’il y a un marché pour les collectionneurs...»

Autre problème pour les villes aux noms sexuellement évocateurs, comme Poil et Corps-Nuds : L'exhibitionnisme

«C’est en effet un grand classique de venir faire une photo à poil à Poil». Et Corps-Nuds, bourgade voisine de Nouvoitou, est apparemment devenue une étape des streakers anglais, grands praticiens du déshabillage éclair, quand ils sont de passage dans la région.