L'article 1 du projet de loi pour le mariage pour tous a été voté ce Samedi 2 février 2013.

Le matin du samedi 2 février 2013, l'Assemblée Nationale a adopté l'article 1 du projet de loi pour le mariage pour tous à 249 voix pour et 97 contre. Les voix favorables sont toutes issues des députés des partis de gauche (PS, Radicaux et Front de gauche, ainsi que les Verts). À contrario, les "contre" proviennent des partis du centre ou de droite (MODEM, UMP, FN). Une voix notable fait exception : le vote favorable du député UMP Franck Riester.

La plupart des députés ont vu dans ce vote quelque chose d'historique et d'important, faisant un pas de plus vers l'égalité dans la société française comme l'ont salué Marie-George Buffet (Front de Gauche) : "un grand moment" et Corinne Narassiguin (PS) : "un vote historique". Christiane Taubira quant à elle (Garde des Sceaux), n'a pas caché sa joie de voir l'article 1 voté : "nous sommes heureux et fiers d'arriver à cette première étape" ; "Nous allons établir la liberté pour chacune et chacun de choisir sa ou son partenaire pour construire un avenir commun [...]. Il n'y avait aucune raison que l'État n'assure pas aussi la protection du mariage [aux couples homosexuels]".

Pour autant, le chemin reste long et le texte va encore devoir affronter de nombreuses heures de débats. En effet, seul ce premier article vient d'être voté. S'il s'agit effectivement du plus symbolique (puisque c'est celui qui définit le mariage comme l'union de "deux personnes de sexe différent ou de même sexe"), il n'est que la base des 22 articles suivants.

Or, l'opposition n'a pas l'intention de laisser passer le texte dans la facilité. La très grande majorité des députés de droite se positionnent comme les représentants des anti-mariage gay. Ainsi, Christian Jacob (président du groupe UMP à l'Assemblée) a soutenu les manifestants qui s'étaient rassemblés devant l'Assemblée Nationale. Frigide Barjot, quant à elle a déclaré "être là pour libérer [ses] députés".

Face à des dizaines de rassemblements citoyens prévus dans toute la France, Hervé Mariton (UMP) a regretté que "la mobilisation de l'opposition n'[ait] pas été suffisante" pour empêcher le vote de l'article 1 du projet de loi.

Pour autant, et pour finir sur une note positive, grâce à la détermination des députés de gauche, majoritaires à l'Assemblée, il parait peu probable que le texte ne soit pas adopté. Le vote final est prévu le 12 février.