Alors que le mariage gay concentre les tensions dans la sphère politique actuellement, il est de bon temps de rappeler quelques fondamentaux sur celui-ci. Que l'on soit pour ou contre, bien souvent le débat dérape vers des accusations d'homophobie ou autres. Ceci est une invitation au débat, pour qu'enfin, nous, les premiers concernés, prenions part à ce débat qui prend littéralement toutes les personnes homosexuelles en otage derrière l'activisme de certains organisations, peu représentatives de fait, d'une partie des gays, lesbiennes et autres.

 

Depuis le début, le débat sur le mariage homosexuel s'est posé selon de fausses définitions, donnant lieu à un certain nombre de débordements regrettables. En essayant de placer le débat sur les véritables enjeux de cette loi, je vais essayer de vous expliquer pourquoi je suis opposé au mariage gay.

On a longemps cru bon de placer le dabat sur le terrain de l'amour. Toutefois, la question du mariage homosexuel n'est à aucun moment une question d'amour. Certains ont pu dire que les opposants considéraient l'amour entre deux personnes du même sexe, comme n'étant pas normal et encore moins solide. Or, la question n'est pas là. En effet, bon nombre de personnes opposées au mariage homosexuel sont favorable à l'instauration d'une véritable union entre homosexuels symbolisant cet amour et leur engagement pour une vie à deux. Le mariage toutefois dépasse cette simple signification, et croire que le mariage consiste seulement à se dire "Oui", c'est nier la réalité plus complexe de cette institution qui fonde notre société. En effet, le mariage est avant tout l'engagement de deux personnes, l'une en vers l'autre, en vue de fonder une famille. Dès lors, donner le mariage en tant que tel aux couples homosexuels, c'est "leur accorder le droit de fonder une famille" également, pour reprendre les formulations adoptées par ceux favorables au mariage gay. 

Toutefois, fonder une famille, n'est à aucun moment un droit qui est accordable par la société ou pas. Nombre de couples hétérosexuels n'arrivent pas à enfanter, alors que la nature leur donne des dispositions plutôt favorables pour créer procréer. Un couple homosexuel peut-il avoir un enfant ? "We keep trying" répondait Harvey Milk, dans le film éponyme, mais cette phrase ne fait que cacher la réalité brutale, et sûrement profondèment injuste selon laquelle tous ne peuvent avoir accès à la parenté, "Un enfant n'est jamais un droit mais une chance" étant l'un des slogans repris par La manif pour tous.

 

De là, se posent les questions de la PMA, ou encore de l'adoption. Deux enjeux se dégagent de ces deux initiatives.

Tout d'abord, le droit des enfants. En effet, quoi que l'on dise, l'enfant est au coeur de cette réforme, et ceux qui s'indignaient de voir des enfants manifester, refusent d'admettre la réalité du débat. En effet, et encore une fois ce n'est pas une question d'amour, un enfant a besoin de ces deux parents, père et mère pour sa construction personnelle. Je ne doute pas que certains enfants qui seraient élevés au sein d'un couple gay soient très aimé, voire plus aimés que d'autres issus de familles hétéro. Mais l'amour ne fait pas tout. L'éducation d'abord. Comment peut-on prendre parti pour que l'éducation d'un enfant commence par un mensonge, celui de la procréation entre deux hommes ou deux femmes ? La nature par ailleurs. Sans aller jusqu'à évoquer une théorie Freudienne contestable et d'ailleurs contestée, un enfant a nécessairement besoin de ces deux parents, homme et femme, comme repères pour sa constrution personelle. De là, certains répondront qu'il existe déjà un certain nombre de familles monoparentales, avec des enfants qui vont très bien. Certes, mais une famille monoparentale n'est jamais le mieux que l'on puisse souhaiter à un enfant. Or, quelle meilleure preuve de la parenté que de vouloir le mieux pour son enfant. Dès lors, donner aux couples homosexuels la possibilité d'avoir des enfants, c'est vouloir sciemment créer des situations qui n'existaient pas de foyers qui n'offrent pas toutes les possibilités d'épanouissement aux enfants. "Avec deux papas Pédés, plus d'enfants mal habillés" disaient-ils. Voilà donc toute la profondeur de certaines revendications.

Il est ensuite important de rappeler les droits de l'enfant quant à la filiation. Imposer à un enfant des parents homosexuels, c'est lui renier le droit de connaître son ou ses véritables parents. "Mon papa ne veut pas que je sache que je sache, mon papa ne veut pas que je connaisse maman", était un autre des slogans (réversible, bien entendu) de la manifestion du 13 janiver. C'est donc cela que l'on souhaite pour nos enfants, commencer par leur faire croire à des contre-vérités, puis lorsqu'ils sont en âge de comprendre, les placer au coeur d'un chantage amoureux allant à l'encontre des besoins de l'enfant. Je vous suggère de regarder "The kids are all right" à ce sujet. Edifiant.

 

Le deuxième enjeu, par ailleurs, est celui de l'égalité. Et cela, à plusieurs niveaux. Tout d'abord, cette loi risque clairement de créer une ségrégation entre les couples homosexuels hommes, et les couples femmes, les secondes pouvant avoir recours à la PMA, alors que les premiers non. Se pose alors la question d'un éventuel recours aux femmes porteuses. Voilà donc l'avancée sociale promise, la création d'une nouvelle catégorie de prostitution, prostitution du ventre qui sera non seulement tolérée mais légale !

Enfin, et c'est scandaleux, la prétendue égalité face au mariage : "le mariage pour tous". Et bien Mesdames et Messieurs, j'ai l'honneur de vous annoncer que celle-ci existe déjà. Tous avons le droit de se marier... avec une personne du sexe opposé. Donc, soutenir cette loi, c'est non pas prôner l'égalité pour tous, mais soutenir l'instauration d'un droit supplémentaire aux couples homosexuels remettant en cause toute la conception républicaine de l'égalité. Dès lors, pourquoi ne pas légaliser le mariage polygame pour les personnes à confession musulmane ? 

 

La société a longtemps lutté contre l'homosexualité, comme étant dégénérative, ou ayant trait aux maladies psychiatriques. Cependant, on a fini par accepter cet état de fait, naturel, et qui n'est pas un choix. "c'est bien la nature qui est seule responsable si, je suis un "homme oh" comme ils disent." chantait Aznavour. Cependant, voici que la réforme du mariage nous propose de tomber dans l'autre extrême, en voulant s'attaquer à un autre fondement de la nature, en tant que deux personnes du même sexe ne peuvent procréer ensemble. Le débat n'a non seulement pas lieu d'être, mais risque de plonger notre société dans un déni de notre nature, notre humanité, remplaçant le déni dont ont souffert nombre de personnes membres de la communauté homosexuelle.

Je suis gay, et contre la mariage gay. Malheureusement des voix s'élèveront encore pour dire que je n'existe pas, ou mieux, que je suis homophobe. Si c'est leur seul argument...

 

--

           Za-gay.org s'est depuis toujours positionné pour l'égalité entre les citoyens et contre toutes les formes de discrimination.

        Pour autant, la plateforme des actualités que nous hébergeons est un lieu où nous pensons que chacun doit pouvoir s'exprimer, défendre un point de vue. Nous pouvons donc par moments être amenés à publier des articles en contradiction avec notre position. C'est le cas aujourd'hui.

       Tous les correcteurs étant en désaccord avec les propos tenus, ceux-ci ont exercé leur liberté de conscience et n'ont donc pas corrigé le contenu de cet l'article. Celui-ci est donc publié tel qu'il nous a été transmis.

       Nous vous invitons donc à lire, ci-dessous, les réactions des modérateurs(rices) mais également des zagguien(ne)s, dans les commentaires publiés sur le forum.

          La modération de Za-gay.org

--