Un nouveau site élaboré la semaine dernière : www.Passed-On.com propose de partager vos dernières photos, vidéos et messages à vos proches en cas de décès. Un projet macabre mais qui selon les concepteurs répond à un besoin existant.

Le concept est inédit, lugubre, loufoque, mais correspond pourtant d'après ses créateurs à des demandes.

Le site néerlandais PassedOn est traduit en 8 langues dans le monde et propose à ceux qui s'y inscrivent de partager des vidéos, des photos, des messages d'adieux, des explications, des dernières volontés à leurs proches en cas de décès (in)attendus. Le site a réuni 65 000 membres de 68 pays différents dès la première semaine, lui promettant ainsi une longue vie.

Marc Oparq, propriétaire et créateur du site, explique son origine : "On a tous une certaine idée de la façon dont on aimerait que l'on se souvienne de nous. Lorsque notre moment sera venu, nous aurons alors d'importants souhaits et pensées à transmettre à nos proches. Que ce soit un message personnel ou encore une information cruciale à délivrer, les utilisateurs de PassedOn peuvent créer et sauvegarder un Héritage Émotionnel pour les personnes qu'ils aiment: amoureux, famille, amis, voisins, collègues et même partenaires d'affaire."

Le service est gratuit. Le compte crée, l'utilisateur doit choisir des proches à laquelle les informations seront envoyées et nommer trois "Gardiens" qui viendront confirmer le décès ou l'état critique de la personne. Les informations seront alors retransmises aux proches.

Les utilisateurs affirment qu'ils apprécient le fait de pouvoir exercer sur ce site leur créativité en y faisant transparaître leurs états d'âme et leur patrimoine spirituel. Cela dans le but d'apporter une aide ou de soulager le deuil des proches avec le partage de moments agréables, de pistes de réflections, ou de souvenirs significatifs.

Certains y voient un concept extrêmement sinistre et cynique qui marquent l'expansion d'un marché de la mort sur la toile.

D'autres s'inquiètent des effets de la promotion d'un tel site, craignant des appels subliminaux au suicide.


La question qui peut être soulevée est de savoir si le deuil peut être marchandisée (via la publicité) - comme dans certaines entreprises de pompes funèbres ?

S'agit il d'un concept humain et sensible, permettant un semblant de "contact" post-mortem ou s'agit-il d'un viol de l'éthique et d'une "désanctuarisation" de la douleur d'avoir perdu un être cher ?

Pourriez vous vous inscrire sur un tel site ? Après la mort d'un proche, apprécierez vous de recevoir ses messages ou considèreriez vous cela comme une forme d'irrespect ?