Le vendredi 30 novembre, le chef de la police municipale de Saint-Arnoult-en-Yvelines a été égorgé dans son bureau.

Le chef de la police municipale de la commune de Saint-arnoult-en-Yvelines, Cédric Josso, 38 ans, a été frappé à plusieurs reprises au visage, puis égorgé dans son bureau, le vendredi 30 novembre entre 12 heures et 13 heures. Lorsque les pompiers sont arrivés au poste de police municipale, ils ont découvert le fonctionnaire mort.

La femme de la victime a reçu un SMS de la part de son ex-mari lui informant qu'il avait tué Cédric et qu'à présent, il allait s'en prendre à sa personne. Immédiatement, la femme de Cédric Josso donne l'alerte. Elle, ainsi que ses enfants sont placés sous protection de la gendarmerie. L'auteur présumé du meurtre s'est rendu sur le lieu de travail de son ancienne concubine, où il a été empêché d'entrer. Il s'est finalement rendu au poste de gendarmerie de la commune vers 14 heures, portant des traces de sang et s'accusant du meurtre du policier.

La victime, originaire de Bretagne, père de deux enfants de 3 et 8 ans, avait demandé sa mutation dans une ville a proximité de Béziers et devait prendre ses nouvelles fonctions le 1er janvier 2013. Cette décision aurait causé la colère de l'ex-mari de sa femme, déjà condamné pour harcèlement et violences sur la compagne de la victime.

L'assassin, un chauffeur routier de 45 ans, a été interné immédiatement en hôpital psychiatrique et ne peut être entendu par les enquêteurs jusqu'à nouvel ordre.

L'enquête sur ce crime passionnel est menée par la section de recherches de la gendarmerie de Versailles. Le procureur de Versailles, Vincent Lesclous, s'est rendu sur place.

Ce vendredi 7 décembre à 17h30, une marche silencieuse est organisée par la mairie de Saint-Arnoult-en-Yvelines en sa mémoire.
La cérémonie religieuse sera célébrée à l'église Saint-Nicolas de Saint-Arnoult-en-Yvelines le lundi 10 décembre 2012 à 10 heures. La crémation, elle, aura lieu au crématorium des Ulis à 15 heures ce même jour.