Quoi qu'un peu anachronique, il me semblait important ou peut-être au moins intéressant de revenir sur l'arrestation d'Aurore Martin, militante Basque, arrestation qui est passée très rapidement aux oubliettes, et ce en à peine quelques jours.

Rappelons rapidement les faits.

Le 1er Novembre dernier Aurore Martin, militante du parti Batasuna (Parti indépendantiste Basque autorisé en France mais interdit en Espagne) est interpellée et remise aux autorités Espagnoles suite à un banal contrôle routier dans les environs de Mauléon.

Aurore Martin est accusée de «faits de participation à une organisation terroriste, et terrorisme». Comprendre qu'elle aurait participé à des réunions publiques et des conférences de presse de Batasuna en Espagne.

En Espagne Batasuna est considéré comme la branche politique d'ETA et à ce titre interdite et classée comme organisation terroriste.

Aurore Martin était sous le coût d'un Mandat d'arrêt Européen depuis plus d'un an. Et avait déjà échappé à une tentative d'arrestation à Bayonne en 2011.

Quoi de plus normal me direz-vous que d'arrêter une toute méchante terroriste avec de longues dents?

Et bien, disons que participer à des réunions publiques et des conférences de presse est déjà un motif assez étonnant, mais il est surtout très étonnant de voir ce genre d'opération alors même que la situation du conflit Basque a beaucoup évolué ces deux dernières années.

Rappelons à ce titre qu'Euskadi Ta Askatasuna (ETA) a annoncé "la fin définitive de son action armée" le 20 Octobre 2011.

L'heure est-elle encore à l'arrestation des militants indépendantistes Basques? Le Conflit Basque doit-il encore être réglé par la violence et l'absence de discussion? Et pourquoi Aurore Martin a été remise aux autorités espagnoles alors même que François Hollande avait promis d'éviter cette incarcération?

La question plus profonde autour de cette arrestation, est finalement celle du conflit Basque tout entier. Comme en sortir alors même que l'heure n'est finalement jamais aux discussions? L'heure n'est-elle pas à la libération des prisonniers basques? Il n'est pas question d'amnistie pour les actes terroristes, mais pour les prisonniers, nombreux, qui sont encore incarcérés pour leurs idées. Pour une certaine forme de liberté d'expression...

Aurore Martin est également membre d'Herrira, un mouvement de soutien aux prisonniers et aux réfugiés politiques basque. Et à ce titre, actrice, parmi beaucoup d'autres du tout nouveau processus de Paix…

Il n'est pas nécessaire de revenir sur les déclarations de Manuel Valls ou de François Hollande sur leurs non interventions dans l'extradition. Qu'ils ne soient pas intervenus n'est au fond pas vraiment le soucis. Néanmoins on peut s'étonner qu'ils n'aient pas été informé de cette arrestation… Comme l'affirme la Chancellerie…

Pour autant, je souhaite conclure sur une phrase révélatrice du Ministre Valls dans Sud Ouest: "Il ne peut pas y avoir de complaisance à l'égard du terrorisme, à l'égard de ceux qui (...) le soutiennent et avec ce président de la République, ce gouvernement et le ministre de l'Intérieur qui est devant vous, il n'y aura aucune complaisance à l'égard du terrorisme"

Ou quand participer à des réunions publiques et des conférences de presse est faire acte de terrorisme. Le problème Basque, en tout cas, lui ne se résoudra pas avec des arrestations. Et je passe là sur les méthodes des autorités espagnoles. Tout en rappelant l'existence historique du G.A.L un commando armé sous les ordres des plus hauts responsables espagnoles... Et cela entre 1983 et 1987. Tout en rappelant également que la Police Espagnole a torturé bon nombre de prisonniers basques... Mais tout en oubliant pas non plus que l'ETA a fait des centaines de mort entre 1959 et 2011.
Toujours est-il que l'heure devrait être au dialogue, alors même qu'en Espagne, les indépendantistes basques se sont imposés lors des dernières élections régionales.

Le fait, me semble au fond révélateur de l'actuelle et nouvelle politique intérieure de la France. Nouvelle parce qu'elle a changé de visage, même si sur le fond elle ne semble pas très différente de la précédente. Cette arrestation est symbolique d'un totalement manque de compréhension du conflit Basque, et sans doute aussi, d'un mépris profond pour cette question de la part de nos gouvernants. D'un mépris ou d'une méconnaissance. Soyons tout de même pondéré...

En lien un très bel article de la sœur d'Aurore Martin sur Rue89.

http://www.rue89.com/2012/11/07/ma-soeur-aurore-martin-236869