"Nouveau" né des nouvelles technologies, des scientifiques accompagnés de start-up se proposent de prédire l'avenir.

Des start-ups qui se sont lancées dans le secteur de l'analyse prédictionnelle, ou prédiction analytique, analysent chaque jour des centaines de milliards de données éparpillées sur Internet pour prédire rien de moins qu’une partie du futur.

Dès lors, elles peuvent par exemple connaître le succès ou l'échec d’un film, le prix futur d'une action en bourse ou bien encore plus extraordinaire, le lieu et le moment d'une épidémie. Et cela avant même les agences sanitaires !

Cela parait dingue mais c'est très sérieux. Nous ne parlons pas d'une sorte de Madame Soleil 2.0, il n’y a rien de mystique ! Le leader dans ce secteur s’appelle RecordedFuture, ils ont reçu des investissements massifs de deux entités dont les noms vous parleront sûrement. Il ne s’agit de rien de moins que de Google qui a investi des millions et de la CIA (Central Intelligence Agency).

Parmi les grandes réussites de RecordedFuture, voici trois exemples qui illustrent la puissance de leurs outils. 

Il y a quelques mois, ils ont pu prévoir à quelques semaines près les émeutes anti-américaines au Yemen et encore plus surprenant, ils ont réussi à prédire le lieu où se trouvait Ben Laden avec une précision de 100 km. Alors ça peut paraitre beaucoup 100 kilomètres mais au vu de la taille de la zone où celui-ci aurait pu se cacher, cela devient extrêmement précis.

Outre l’aspect politique, d’autres réussites ont marqué l’histoire de la start-up. C’est le cas dans le domaine de l’économie où la première prévision fut celle de l’évolution du cours en bourse de l’action Facebook le jour de son introduction dans les marchés.

 

news_77_slide1.jpg

Légende : En gris, vous avez l’humeur des gens telle qu’ils l’expriment sur Twitter à propos de Facebook. En bleu, le cours de l’action.

Les anglophones comprendront que l’entreprise à réussi à mettre en lumière un lien entre ces deux données. Ainsi, on s’aperçoit que l’évolution de l’humeur des internautes concorde avec l’évolution du cours de l’action. Quand ces derniers expriment une méfiance, le cours de l’action tend à baisser dans les minutes qui suivent (entre 25 et 4 minutes). À l’inverse, lorsque les internautes expriment un sentiment positif, le cours remonte.

Magnifique me direz-vous. Mais ce n’est pas fini, ce système est aussi capable de prévoir le succès d’un film avec une précision de 97% en se fondant sur la quantité et la qualité des tweets publiés.

Enfin des chercheurs médicaux ont eux aussi pu profiter de l'outil en analysant les plaintes des internautes sur tweeter concernant leur état de santé (Ex: “J’ai des courbatures”, “Je me sens fiévreux,...”). Ils ont ainsi réussi à déceler la présence de maladies dans certaines zones géographiques, tout cela avant même les agences sanitaires.

Minority report , pas pour demain ? Pas si sûr. En tout cas, cela montre bien le pouvoir acquis par les réseaux sociaux qui n'attendent qu'à être analysées.