Ils l'avaient promis, ils s'y attellent ! Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault planche actuellement sur une mission contre les discriminations visant les LGBT.

Le 30 juin dernier, juste avant la gay pride, le premier ministre Jean-Marc Ayrault promettait de renforcer la lutte contre les discriminations à caractère homophobe et transphobe. La mission a été confiée ce vendredi à Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes (et également porte-parole du gouvernement).

Cette mission a pour principal objectif de s'attaquer au problème de l'homophobie et de la transphobie « à l’Ecole, dans le monde du travail, dans le domaine de la santé, dans tous les services publics comme dans l’espace public », selon un communiqué du ministère.

La mission va également se pencher sur la prévention contre l'homophobie et la transphobie en insistant sur l'éducation au respect et sur la lutte contre les préjugés. Plusieurs tentatives de la part de l'Éductation Nationale en ce sens avaient déjà provoqué l'indignation de la droite chrétienne, accusant l'école de banaliser l'homosexualité, voire d'en faire la promotion. En 2010, le film d'annimation éducatif Le Baiser de Lune (mettant en scène l'amour de deux poissons mâles) qui devait être diffusé dans les classes CM1 et CM2 avait déclenché des protestations telles que le projet avait été abandonné. Plus récemment, c'est la volonté de faire figurer l'homosexualité et la transexualité au progamme de sciences naturelles qui avait provoqué un tollé.

La ministre doit également étudier l'accueil et la prise en charge des victimes d'homophobie et de transphobie. Ce point peut sembler important car aujourd'hui, en dehors des milieux associatifs, l'aide aux vicitmes d'homophobie et de transphobie en France est inexistante. Les ministères de l'Intérieur et de la Justice ne fournissent d'ailleurs aucun chiffre sur les aggressions et autres manquements à la loi.

Les associations LGBT se sont réjouies de l'annonce du gouvernement. Plusieurs d'entre elles ont été reçues ce matin par Najat Vallaud-Belkacem lors d'un petit déjeuner au cours duquel la ministre a précisé qu'elle comptait mener sa mission en concertation avec les acteurs de la lutte contre l'homophobie. L'Inter-LGBT a déclaré « Si en matière d’homophobie et de transphobie les constats sont souvent partagés, jusqu'à présent trop peu d’actions ont été entreprises par les gouvernements successifs », tout en précisant que ce travail était indispensable à l'aube des débats parlementaires sur la question du mariage homosexuel et de l'homoparentalité.

Ce travail s'impose tout autant pour les victimes de transphobie car, bien que les questions autour du mariage et de l'adoption pour les transexuels ne se posent plus, les cas de rejet par l'entourage aussi bien intime que professionnel sont encore malheureusement courants.

Après quelques longs mois d'attente, la lutte contre l'homophobie et la transphobie ainsi que pour l'égalité des droits pour les homosexuels - un des thèmes majeurs de la campagne de François Hollande - semble donc s'être lancée ajourd'hui.