Peu après l'abrogation de la loi "Don't Ask Don't Tell", une vague de mariages et de coming-out au sein des forces armées américaines agite l'actualité des Etats-Unis.

Il y a peu de temps, le gouvernement américain faisait abroger la très controvorsée loi "Don't Ask Don't Tell" portant sur l'intégration d'homosexuels au sein de l'armée.

Au départ, l'homosexualité était tout simplement interdite sans la moindre réserve au sein des forces armées américaines, le premier soldat américain blessé en Irak en aura fait les frais. Médaillé pour sa bravoure (et surtout pour le symbole), celui-ci verra sa décoration retirée et son nom rayé des cadres de l'armée lorsque son homosexualité sera révélée.

Le rôle de la loi "Don't Ask Don't Tell" était alors d'introduire une pseudo tolérance au sein de l'armée : les homosexuels avaient alors le droit de s'engager et de servir leur pays... à la condition de cacher leur homosexualité. Le résultat était donc globalement le même, il n'y avait là aucune réelle avancée puisque les homosexuels continuaient alors de s'engager en cachant leur sexualité, au risque d'être radiés.

Mais voici aujourd'hui que cette loi n'existe plus, il n'y a désormais plus aucun interdit officiel concernant l'homosexualité au sein de l'armée américaine, et même si certaines crispations vont très certainement perdurer, les tabous semblent peu à peu tomber.

C'est Gary Ross, officier de la Navy, corps hautement machiste, qui a fait le premier pas, en épousant son conjoint devant un aumônier militaire. Plus récemment, un jeune sous-officier de l'U.S. Air Force a suivi le même chemin en épousant son conjoint... au sein même de sa base. Le Pentagone reçoit quant à lui les dossiers de dizaines de militaires américains désireux de revendiquer leur identité et de dire "Oui" à leur conjoint.

On peut alors se demander quelles seront les retombées d'un changement aussi radical au sein d'un pays pourtant aussi religieux et conservateur pour les pays refusant encore le mariage gay, les Etats-Unis ayant souvent eu un rôle de leader culturel.