En 4 jours, les plus hautes autorités des États-Unis ont fait un tournant radical sur la position de l'une des plus longues revendications des personnes homosexuelles : le mariage et la cause gay deviendraient-ils tendance aux USA ?

Cela a fait comme un coup de tonnerre dans le milieu gay aux Etats-Unis : les plus hautes instances américaines ont à deux reprises soutenu que le mariage gay devait devenir une normalité.

 

Dimanche dernier (06 mai), c’est le vice-président des Etats-Unis, Joe Biden qui s'est prononcé pour le mariage homosexuel avec lequel il se dit "tout à fait à l'aise". C’est sur la chaîne NBC qu’il a affirmé "Je suis tout à fait à l'aise avec le fait que les hommes qui se marient avec des hommes, les femmes qui se marient avec des femmes et les hommes et les femmes hétérosexuels aient exactement les mêmes droits". La position du vice-président est un tournant radical avec ses positions qui avait lors de "son" élection en 2008, où il était totalement opposé au mariage homosexuel. Et il a poursuivi en rappelant « je suis vice-président des États-Unis. Le président définit la politique. »

Et cette dernière phrase fut presque comme une préparation de terrain, car aujourd’hui 4 jours plus tard (10 mai), ce fut au tour de Barack Obama d'annoncer lors d’une interview, qu’il trouvait lui aussi normal que des couples du même sexe puissent se marier. Ce changement radical serait notemment dû aux avis de ses soutiens financiers, dont 6 font parti du mouvement de soutien à la cause LGBT aux USA.

 

Un an après avoir abrogé la honteuse loi "Don't ask, don't tell" (ne rien demander, ne rien dire : interdiction de parler de l’homosexualité dans l’armée américaine), c’est un second pavé qui vient d’être lancé. On peut cependant émettre un lourd bémol à ce moment de réjouissance : aux Etats-Unis, ce n’est pas au président de faire passer l’autorisation sur le mariage gay, mais bien à chaque Etat d’en faire sa propre démarche. On soulignera quand même que (seulement ?) 6 des 41 états de ce pays autorisent de tels mariages.

 

La déclaration de Barack obama n’est donc qu’une simple prise de position, mais tout de même un soutien de poids dans ce pays où les droits des homosexuels n’en sont encore qu’à leurs balbutiements.

Et puis, cette déclaration de « l’homme le plus puissant au monde » fera peut-être bouger un peu cette cause dans notre pays, changer les mentalités, ... À l’heure où François Hollande vient d’être élu président, et étant lui-même partisan de ce droit, la communauté gay peut-elle espérer le droit au mariage homosexuel dans les années à venir ? Wait and see !