Une proposition du député Yves Blur a préconisé une augmentation du prix du paquet de cigarettes de 10% par an. Retour sur le prix du paquet qui atteindra peut-être 7¤50 d'ici 3 ans.

  Le député Yves Blur, rapporteur du budget de la Sécurité Sociale à l'Assemblée Nationale, a émis un projet de loi pour augmenter le prix du paquet de cigarettes de 30% sur 3 ans, soit 10% par an. Cela mènerait le prix du paquet à 7€50, somme astronomique lorsque nous comparons les chiffres depuis 2000 : 3€20 en 2000, 5€00 en 2005 et 2006, 6€20 en 2011 et donc potentiellement 7€50 en 2014.

 

  Cette mesure provient du rapport de Yves Blur, qui constate une augmentation du nombre de fumeurs en France : 29 % de fumeurs quotidiens en 2010 contre 27 % en 2005. Le député UMP compte "diviser par deux le nombre de fumeurs d'ici 2025", soit un passage de 30% de fumeurs à 15% de la population française. D'autre part, le tabac et ses effets néfastes coûtent 18 milliards d'euros à la Sécurité Sociale par an, alors que les recettes de l'Etat sur le tabac sont de 11 milliards d'euros par an, soit un manque de 7 millards d'euros à combler.

 

  Cette augmentation touche premièrement les fumeurs, qui verront leur portefeuille diminuer. De plus, l'augmentation du prix du paquet continuera à favoriser l'achat de cigarettes de contrebande et à l'étranger, dites "hors réseau" qui réprésentent 20% de la consommation. Les deuxièmes touchés sont les buralistes, qui vont voir leur chifffre d'affaires baisser par la possible mise en place d'une taxe sur le tabac. Alors que l'Etat bénéficie de 80% des recettes du tabac, le reste revient aux fabricants. Les buralistes touchent 8,5% brut du paquet de cigarettes qu'ils vendent, soit 0,527€ par paquet vendu.

 

  La proposition de loi a réveillé des salutations de la part des associations anti-tabac et a soulevé plusieurs groupes contre cette réforme : l'ensemble des buralistes, les fumeurs, et mêmes des non-fumeurs qui trouvent cette augmentation excessive. D'autres se demandent si le déficit de la Sécurité Sociale sera réduit grâce à cette augmentation, alors que beaucoup la remettent en cause, et préfèreraient un approfondissement des contrôles pour réduire les nombreuses fraudes à la Sécurité Sociale.