Certains drames ont, de par leur aspect médiatique vendeur, la fâcheuse tendance à en faire passer d'autres, parfois plus dramatiques encore, au second plan. Ainsi, on aura beaucoup parlé ces derniers jours du double-attentat en Norvège et de la mort d'Amy Winehouse, mais peu de la famine qui ronge en ce moment même la Corne de l'Afrique.

La famine -décretée par les Nations Unies en Somalie la semaine dernière- qui touche la Corne de l'Afrique (cette partie de la cote Est du continent africain en forme de corne de rhinocéros qui regroupe la Somalie, l'Ethiopie, l'Erythrée et Djibouti) place plus de douze millions de personnes dans une situation précaire dont 3,7 en danger de mort potentiel, tandis qu'elle a déjà fait plusieurs dizaines de milliers de morts. Elle est la conséquence logique de la plus grande sécheresse depuis soixante ans dans cette région du monde, les gouvernements, africains ou étrangers, manquant généralement de réactivité face aux catastrophes qui se profilent.  

Alors que s'ouvre ce mercredi 27 juillet la conférence des pays donateurs à Nairobi et que la réunion du lundi 25 juillet au siège de la FAO concernant la crise alimentaire n'a débouché que sur un calendrier et des déclarations de bonnes intentions, les humanitaires sur place peinent à faire face à l'afflux massif de réfugiés, principalement vers la capitale de la Somalie, Mogadiscio et le Kenya -et le camp de Dadaab, plus grand camp de réfugiés au monde, fort de ses 376 000 personnes pour 90 000 places-.

D'après les chiffres publiés par l'Office de coordination des affaires humanitaires de l'ONU, 1,14 milliard de dollars (837 millions d'euros) fait encore défaut à la couverture des besoins du Kenya, de Djibouti, de l'Ethiopie et de la Somalie. L'Union Européenne a déjà fixé le montant de son aide à 100 millions d'euros, la Banque mondiale à 500 millions de dollars. La France qui a doublé le montant de son aide, à 10 millions d'euros, reste loin derrière le Royaume-Uni (59 millions d'euros), la Norvège (50 millions d'euros) ou encore l'Espagne (25 millions d'euros). 

A Rome, la directrice du programme alimentaire mondial, Josette Sheeran, a annoncé l'ouverture d'un pont aérien à partir du 26 juillet vers Mogadiscio (ce pont aérien a été finalement reporté, le premier avion transportant 14 tonnes d'aliments hautement nutritifs n'ayant pu décoller), elle a précisé que seuls 40% des enfants réfugiés pourraient survivre. 

Les associations [url=http://www.actioncontrelafaim.org/urgence-Somalie/]Action Contre la Faim[/url], [url=http://www.carefrance.org/]CARE France[/url], [url=http://www.medecinsdumonde.org/]Médecins du Monde[/url], la [url=http://www.croix-rouge.fr/]Croix Rouge Française[/url], l'[url=http://www.ordredemaltefrance.org/]Ordre de Malte France[/url], [url=http://www.planfrance.org/]Plan France[/url], le [url=http://www.secours-catholique.org/]Secours Catholique[/url], le [url=http://www.secours-islamique.org/index.php]Secours Islamique[/url], le [url=http://www.secourspopulaire.fr/]Secours populaire français[/url], [url=http://www.sosve.org/includes-htm/prehome.asp]SOS Villages d'Enfants[/url] ou encore l'[url=http://www.unicef.fr/]UNICEF[/url], qui aident les populations présentes dans le Corne de l'Afrique ont formulé un appel au don (vous pouvez aussi consulter le site [url=http://www.infodon.fr/]Infodon[/url] pour avoir plus d'informations sur les actions menées).