Les homosexuel-le-s sont de plus en plus nombreux à se connecter sur la Toile, comment expliquer ce phénomène ?

Internet a changé la vie de beaucoup de gays et lesbiennes, pour beaucoup d'entre eux internet a été le lieu de réponses à beaucoup de questions que les homosexuels se posaient individuellement : suis-je normal(e) ?, suis-je seul(e) ? dois-je parler aux autres de ce que je ressens et à qui en parler ?, et ainsi de suite. Autant de questions perturbantes qui, en dehors d'Internet, peuvent rester sans réponses. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir un entourage qui peut répondre sur ce sujet sans être porteur de jugements et qui peut apporter spontanément du soutien à la personne. Le degré de tolérance varie souvent en fonction des milieux sociaux, culturels, religieux et bien évidemment en fonction des personnes. L'absence de soutien, de réponses à ces questions, le silence sur l'homosexualité, est bien évidemment une cause d'isolement, d'incompréhension, de peur, de craintes, voire pour certains de suicide.

Internet est alors apparu et a été un formidable vecteur d'acceptation pour les gays et lesbiennes : enfin un lieu capable de relier entre elles des personnes isolées, quelque soit le lieu où l'on se trouve dans le monde, si tant est qu'on dispose d'un ordinateur (et d'une connexion Internet,  bien sûr). La Toile, comme elle est appelée, a permis de tisser des liens au travers de fils de discussion et de rencontres. Progressivement, Internet s'est imposé dans la vie de tous les jours, ainsi les homosexuel-le-s du monde entier sont-ils de plus en plus nombreux à rejoindre ce réseau pour, à leur tour, parler de leurs problèmes, de leurs craintes, chercher un conseil, être rassuré, compris, mais aussi pour échanger, tout simplement.

Ce phénomène ne concerne pas seulement les homosexuel-le-s, mais aussi, les parents et amis d'homosexuels qui cherchent à comprendre, à trouver des réponses sur l'orientation sexuelle. Cela concerne même aujourd'hui les enfants de parents homosexuels qui souhaitent soutenir leurs parents, cela concerne évidemment toute une société, et pas seulement sur le sujet de l'homosexualité.

Internet n'est pas seulement un lieu de réponses, il est aussi un lieu de rencontres, de rencontres avec des personnes diverses, mais aussi avec des idées, avec des revendications diverses. La Toile est aussi un formidable moyen de faire connaissance, de se rencontrer, d'échanger ces idées, de concrétiser ces rencontres en dehors d'Internet, en particulier pour les homosexuel-le-s, mais au-delà même pour toute une société. Les internautes naviguent sur la toile à la recherche d'autres internautes, que ceux-ci se trouvent à l'autre du bout du monde ou au coin de la rue.

Passée une frontière, les moeurs peuvent considérablement changer, mais Internet lui ne connaît pas de frontières (ou très peu) : il permet,  légalement, illégalement, d'organiser des rencontres entre personnes de même sexe, d'organiser l'échange et la fin de la solitude. Mais Internet ne s'arrête pas là ! Il est aussi le relais des revendications et événements des associations LGBT à travers toute la Toile. Il n'est pas seulement un outil d'information, mais aussi un outil de renforcement des revendications concernant les droits LGBT et un outil de renforcement de leur médiatisation.

Ces revendications ne connaissent pas de frontières, elles se diffusent à travers le monde, et ainsi Internet a permis l'essor de la première revue homosexuelle marcocaine, nommée Mithly (signifiant homo en arabe), ainsi que la naissance d'une association LGBT nommée Kif kif, gérée depuis l'Espagne. Il apparaît qu'Internet a donné et continue de donner à certains pays la confiance dont ils ont besoin pour connaître la création et le renforcement d'une communauté homosexuelle. En effet, au Maroc, mis à part l'écrivain Abdellah Taïa en 2007, personne n'a publiquement osé faire son coming-out, ce qui apparaît compréhensible dans un pays où l'homosexualité est encore pénalement réprimée.

 

En photo : à droite, la couverture du mois de février du magazine LGBT marocain