Entre Révélation & Maladie.. ;)

J'aimerais vous raconter mon coming-out, disons que c'est ma facon d'extérioriser ces sentiments...

 

Ma mère s'est mise sur la piste elle-même...

C'était un jour plus que banal, j'étais seul en haut, à jouer à la guitare, et à envoyer des messages et j'entends ma mère hurler mon prénom :

 

" Guillauuuume ! "

 

Comme à mon habitude, j'ai accouru, elle était sur l'ordinateur, la dernière fois qu'elle m'avait appellé, c'était pour l'aider pour faire ces comptes, arrivant d'un ton humoristique, je lui dit : " Qu'est qu'il se passe encore, t'as besoin d'explication? " Et elle me répondit :

 

" Oui, j'ai vraiment besoin d'explications là .... "

 

Elle avait dénicher des conversations sur mon PC Portable... Des conversations avec un des premier garçon homosexuel avec qui je parlais via MSN, que j'ai rencontré sur ce site même. J'étais donc assez affirmé, mais je gardais encore ça pour moi, je ne mettais personne au courant.. Elle y relisait plusieurs passage comme " Ben, moi, je suis actif " ou " Ben, oui, je suis gay ! ^^ " et me les cita à haute voix... A ce moment-là, je voulais juste lui dire que j'étais pas sûr. Mais, ça aurait sonné faux.. Je me suis vite enfui pour echapper à son regard et me réfugia sur une chaise dans ma salle de bain.. J'étais près à aller me laver quand elle rentra, me regarda & me dit :

 

" Comment peux-tu être gay?! C'est pas humain ! Tu es contre-nature, tu offenses la nature ! "

 

J'étais encore timide à cette époque et je me suis simplement enfui dans ma chambre, que je ferme, monte le son à fond et m'isole à pleurer seul... A ce moment-là, j'ai bien su qu'il me serait difficle d'avoir un petit ami sans devoir me cacher...

Puis, il est venu le temps où j'eu mon premier vrai petit copain, habitant à 3o km de chez moi, ( j'ai fait pire ) 4 ans de plus que moi ( soit 15 / 19 ans à cette ' époque ' ) . Il fallait que je trouve une excuse pour pouvoir dormir chez lui en inventant une excuse. C'est grâce à cela que j'ai dit à une seule de mes amis que j'étais gay. Ouf, elle l'avais bien pris, puis elle me conseilla de le dire à notre petit groupe d'ami. Ce que je ne tarda pas à faire et ça ma fait un bien fou ! Surtout que la meilleure nouvelle était que mon meilleur ami semblait avoir des orientations indentiques aux miennes. Mais je ne l'avais pas dit à une de mes amis, qui elle était extrêmement " hétéro " disons. Pas homophobe du tout ! Il m'a fallu plusieurs mois avant de lui dire, mais arrivé ce jour, c'était extraordinaire, ca ne changeait rien, bien au contraire, c'était extrêmement parfait ! Jamais notre amitié n'était monté à ce niveau, elle était parfaite et  tout le monde m'acceptait parfaitement !

 

______________________________________________________________________________________

 

 

17ans et vint un jour gravé dans ma mémoire, à la fois le meilleur et le plus horrible jour de ma vie .

J'avais réussi à rassembler pas mal de personnes de notre petite bande et mon nouveau petit copain. On était 7 à la maison ( c'est pas une blague... ) et c'était extraordinaire, tout le monde s'entendait, j'étais allongé sur mon copain, sur mon petit nuage, j'avais fermé la porte, tout semblait parfait.

Puis, je vis la porte s'ouvrir, manque de pot, j'embrassais mon copain, puis lanca en même temps un regard, vers la porte :

 

J'étais entrain d'embrasser mon copain devant ma mère.

 

Elle ouvra grand les yeux, et fit mine de ne pas m'avoir vu et me demanda si tout allait bien alors que je savais bien qu'elle venait juste faire sa curieuse.

Quelques minutes après qu'elle soit parti, j'entends sa voix résonner dans la maison, criant qu'il serait temps que mes amis s'en aillent... Il n'était que 18h, mes amis ont l'habitude de partir vers 21h , je sentais donc qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas.

Tout le monde partit, je fis un dernier baiser sur les lèvres de mon copain et, soit c'est un hasard, soit un présage, mais un éclair retentit... A peine parti, ma mère m'attrapa pour me dire qu'elle n'appréciait pas que je lui mente en disant que j'invitais un ami ...

 

" Alors qu'en fait, tu invites ton PD de copain de merde la ! "

 

Pris de rage, bien plus assuré que la dernière fois, je lui cria que :

 

" Si tu n'acceptes pas ta propre chair, alors il ne fallait pas la concevoir ! "

 

Elle me traita de créature immonde, de monstre, me supprima tous mes plaisirs, allant à m'interdire de sortir, jusqu'à aller chercher mes capotes, caché dans ma chambre... Cela dura quelque mois, et un jour, une dernière dispute scella l'esprit de ma meilleure amie; une dispute où mon père l'appris enfin et pris de rage, me pris au coup et me serra aussi fort qu'il le pouvait, ma mère, pris de détresse, poussa mon père pour m'arrêter, et presque dans les mots qu'elle allait bientôt annoncé, j'ai entendu un espoir :

 

" Mais enfin, il est ce qu'il est ! "

 

Ma meilleure amie en parla avec ses parents qui eux-même sont les meilleurs amis de mes parents ( c'est tordu, je sais ), ses parents qui sont bien plus compréhensif sur ce sujet.

 

Un jour où je n'étais pas là, la famille décida de mettre sur le tapis cette fameuse dispute au nez de mes parents. La phrase qui a marqué l'esprit de ma meilleure amie, qui écoutait aux portes était :

 

" Je finirais bien par accepter, c'est mon fils après tout ... "

 

... tandis qu'elle vit mon père sortir de la salle, en courant, qui pleurait de tout son être ....

 

Aujourd'hui, je considère ma meilleure amie & sa famille, comme ma deuxième famille, je dis à peu près tout à ses parents. Quoique rarement puisque Marie ( ma meilleure amie ) l'annonce avant moi.. ^^ ) .

Tout mon lycée est au courant de ma sexualité, et même s'il m'est venu d'essuyer quelques coups de certains rageux, qui n'acceptaient pas quelqu'un qui s'assumait totalement, tout le monde le sait & tout le monde me soutient totalement.

J'ai donc décidé d'en parler très peu avec ma mère, de ne même pas esquisser l'ombre de ce sujet avec mon père. Je dirais les choses les plus importantes à ma mère ; les longues relations.

Je sais qu'au fond d'elle, elle veut le savoir, ma mère m'a dit il y a quelque jours :

 

" Peu importe que tu sois gay, bi, ou bien transsexuel, ça m'importe peu, mon fils, la seule chose que je veux pour toi, c'est ton bonheur, et si tu penses que c'est un homme qui peut combler ton bonheur, alors ainsi soit-il "

 

& Esquissa un " je t'aime " ... qui résonne toujours dans ma tête ...