Des baisers, des baisers, encore des baisers et toujours de la violence. Qui nous soutient concrètement ?

NOTRE-DAME ; LE SOUTIEN POLITIQUE SE MAINTIENT

 

Pour vous remettre dans le contexte de l’époque, petite introspection. Tout a commencé le 14 février dernier. En ce jour de la St-Valentin (fête des amoureux), le Kiss-In annuel contre l’homophobie avait été prévu en premier lieu devant la Cathédrale Notre-Dame (Paris). Cependant, face à un groupe d’extrémiste religieux particulièrement remonté, le  Kis-In avait dû être déplacé à 150mètres de là, place St-Michel. SOS Racisme avait soutenu cette initiative en organisant un second Kiss-in place saint-michel, une heure plus tard.

Les Verts après avoir dénoncé l'attitude de la Préfecture de Police en condamnant la dérobade de la Préfecture de Police, "qui avait refusé d’assurer la sécurité aux organisateurs", ont désormais déposé un vœu. Il s’agit d’une demande au Préfet de Police de permettre à l’avenir que des rassemblements et manifestations puissent se tenir sans mettre en péril la sécurité des participants sur le parvis Notre-Dame.

Philippe Goujon (UMP) député-maire du 15e arrondissement, a cru bon de dénoncer "l’anticléricalisme primaire" de la gauche parisienne et a considéré que la Préfecture de Police avait été "pleinement dans son rôle" en refusant cette manifestation sur cette place.

La majorité pour ne pas dire la totalité des élus de droite n’ont pas voté pour ce vœu. La plupart votant contre, d’autres désertant l’assemblée ou s’abstenant "le nez fixé sur leurs souliers". Seul, le PS, le PC ainsi que les Verts bien entendu ont voté pour ce vœu, qui a par conséquent été adopté.

 

NICE ; DE NOUVEAU UNE VIOLENCE HOMOPHOBE PROVOQUEE PAR UN BAISER

 

L'AGRESSION HOMOPHOBE

 

Alors qu’ils passaient l’après-midi dans un jardin public de Nice samedi dernier, Steeve et Romuald, un couple de jeunes homosexuels âgés de 29 ans chacun et vivant en couple à Nice depuis un an, ont été passés à tabac :

Fin février alors que Steeve s'apprêtait à regagner le restaurant où il est serveur, les deux amants se sont offerts une pâtisserie qu'ils sont allés grignoter sur un banc public avant de se séparer. « C'était la première fois qu'on allait dans ce jardin, juste en face du restaurant où travaille Steeve, raconte son compagnon. Il faisait beau, on était bien, l'un à côté de l'autre. On s'est embrassé, sans provocation : on n'est pas du genre démonstratif, on sait se tenir en public. » 

Une femme vient alors leur demander d’arrêter “parce qu’il y a des enfants”, les deux hommes n’obtempèrent pas, en rétorquant que cela n'est pas plus dérangeant que si elle avait embrassé son mari et le couple se fait alors agresser :

 La femme, d'environ 35 ans, les aurait insulté de manière homophobe et frappé l’un des deux hommes au visage, avant que six à huit jeunes âgés de 17 à 18 ans prêtent main forte à cette dame qu’ils connaissaient. Après une course-poursuite jusqu’à la sortie du jardin, Steeve et Romuald sont roués de coups avant de recevoir l’aide d’un autre homme qui a fait fuir la bande. Steeve est retrouvé “inanimé, en sang, par terre à l’entrée du parc” par son ami. Ils ont déposé plainte aussitôt.

 Steeve (le plus gravement touché) s’en sort avec de multiples contusions et dix jours d’arrêt de travail. « Je ressens vraiment un sentiment d’injustice et surtout un sentiment d’impuissance” a-t-il déclaré.

 

DES SOUTIEN POLITIQUES, ASSOCIATIFS ET AU-DELA

 

• Les Verts et Europe Ecologie ont à nouveau publié leur soutien :

“Ainsi à Nice, un simple baiser entre hommes provoque remarques désobligeantes, puis des coups, assez violents pour entrainer hospitalisation et interruption temporaire de travail de 10 jours, déplore le communiqué. Une telle violence, en plein jour, dans un lieu public, est le symptôme d’un regain d’homophobie dans notre pays et dans notre ville. Elle est à relier avec le regain d’une droite extrême. (…) Ces actes homophobes seront suivis de dépôt de plaintes et de condamnations judiciaires ; mais ils justifient aussi une condamnation morale de la société.

“Europe Ecologie et les Verts des Alpes Maritimes assurent de leur soutien les deux victimes ainsi que les organisations LGBT qui les aident. Les organisations LGBT locales travaillent à la création d’un Centre LGBT Côte d’Azur, et Europe Ecologie et les Verts soutiennent cette démarche. Cette agression montre à quel point cette structure est nécessaire pour lutter contre l’homophobie et permettre à chacun(e) de vivre librement son orientation sexuelle et son identité de genre.

 “Il est urgent que la ville assume un engagement pris lors de cette campagne par la liste du maire et réponde aux besoins exprimés par l’association Centre LGBT Côte d’Azur."

• "Nous espérons que les agresseurs seront identifiés et traduits en justice afin que nous nous portions partie civile auprès des victimes pour les aider et que cette triste affaire serve de leçon" déclare Aglaé (association gayfriendly locale). Car pour l'heure, l'enquête se poursuit toujours. Vendredi, Steeve et Romuald ont été confrontés à la mère de famille qui prétend après avoir lu les articles dans la presse, avoir été la première molestée. C’est donc parole contre parole, tant que les autres protagonistes n'auront pas été retrouvés.

• Écœuré par cette violence et cette démonstration de haine un Niçois, Daniel Tristant, a lancé l’initiative d’un kiss-in contre l’homophobie en soutien à Romuald et Steeve. “Je ne suis pas militant et je ne fais partie d’aucune association, mais cette initiative est née d’un sentiment de colère”. Le samedi 3 avril, plus de 200 homosexuels sont venus apportés leur soutien.

 

En photo :

1 - Le drapeau de la commission LGBT des verts.

2 - Le Kiss-in soutenu par les associations locales (à gauche) et les Verts-Europe Ecologie (à droite).