Une vidéo d'un baiser homosexuel masculin est actuellement affichée au mémorial des victimes homosexuelles de Berlin, et devait être remplacé par une vidéo d'un baiser lesbien.

Ce replacement fait polémique et pourtant, les artistes que sont Ingar Dragset et Michael Elmgreen ayant été chargé de la réalisation du mémorial ont toujours souhaité un changement de la vidéo tous les deux ans.

En effet, selon des militants gays allemands et des spécialistes de l'Holocauste, aucun cas de déportations de femmes homosexuelles n'aurait été enregistré. Ce qui représenterait pour eux "une déformation de l'histoire".

Cependant il faut tout de même rappelé l'existence du triangle noir sous le régime Nazi destiné aux "inadaptés sociaux" dont les lesbiennes, mais destiné aussi aux chômeurs de longue durée, alcooliques, vagabonds, marginaux, drogués, malades mentaux, prostituées et femmes utilisant des contraceptifs.

 

 

En tout état de cause, 25 personnes dont le directeur des mémoriaux des camps de concentration de Sachsenhausen, Buchenwald et Ravensbrück qui étaient des camps réservés aux femmes, et des responsables d'associations homosexuelles, ont signé une lettre ouverte au ministre de la culture Bernd Neumann. Cette lettre soutient qu'environ 10 000 homosexuels déportés ont été enregistré, mais pas une seule d'homosexuelle.

"Le choix d'utiliser un film à thème lesbien dans le mémorial n'a absolument pas pour objectif de mettre sur le même plan la persécution des hommes et des femmes homosexuelles sous le régime nazi", a déclaré M.Neumann.

Ainsi, le ministre de la culture explique que le but du mémorial est de non seulement rappeler le passé certes, mais aussi de soutenir les gays et les lesbiennes face à l'homophobie à laquelle ils font face au quotidien.

 

 

Tous les deux ans, la vidéo était censée changer depuis l'inauguration du mémorial en 2008. 14 projets sont présentés à un jury qui doit en sélectionner un, le remplacement de la vidéo actuelle (à visionner ci-dessous) est prévu pour mai 2010 sauf retournement de situation.