Le 13 février dernier le curé du village de Reussel (Pays Bas) avait refusé de donner l'hostie à celui qui avait été élu « Prince Carnaval » du village, à cause de l'homosexualité de ce dernier.

Suite à cet incident, le curé avait obtenu le soutien de l'évêque de la cathédrale Saint Jean de Den Bosh, qui rappelait que l'église catholique acceptait les homosexuels à la communion s'ils étaient repentants et ne pratiquaient pas d'actes homosexuels.

En représailles, le jeune homme en question s'estimant « victime d'une brimade en raison de son orientation sexuelle » a permis de donner naissance à une action effectuée par près de 200 homosexuels militants qui sont venus manifester dimanche 28 février. Parmi eux, certains portaient des soutanes assorties à des perruques roses, tandis que d'autres arboraient des badges appelant à la tolérance (entre autres : « Jésus ne ferme la porte à personne »).

Lors de l'office, le curé de la cathédrale a indiqué qu'il ne procèderait pas à la communion des fidèles pour ne pas donner l'eucharistie aux homosexuels présents. Peu importe, puisqu'à la sortie, tout le monde aura eu droit à des hosties roses, distribuées par les militants, cela accompagné de chants.

L'action aura eu le mérite de porter ses fruits puisqu'un membre du conseil presbytéral de la cathédrale vient d'annoncer que « chaque croyant qui a été baptisé et vit en accord avec l'église et le Christ est le bienvenu pour recevoir la communion ». Les associations LGBT qui avaient prévu des actions similaires au cours des six semaines à venir en ont annoncé l'annulation suite à la décision prise par le conseil presbytéral.