Le 26 janvier 2010 à 20H30, le Kiosque (association de lutte et de prévention contre le Sida) inaugure un concept innovant, « Checkpoint », son centre de dépistage rapide du VIH destiné aux hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH) fréquentant le Marais à Paris.

titre_fleche.gif Centre de dépistage rapide HSH

Présentation

Le centre de dépistage du VIH du Kiosque propose aux hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, et âgés d'au moins 18 ans, un dépistage rapide du VIH, gratuit et confidentiel.

Ce dispositif de dépistage vous permet, dans un même temps, d'obtenir le résultat de votre test - soit 1 demi-heure après le prélèvement d'une simple goutte de sang - et de bénéficier d'un counselling personnalisé. Comme pour l'ensemble des actions du Kiosque dans le milieu LGBT, vous êtes reçu par des professionnels connaissant les pratiques sexuelles entre hommes et leurs spécificités ; une équipe médicale expérimentée et sensible aux questions d'orientation sexuelle, avec laquelle vous aurez la possibilité de parler librement de vos pratiques, de votre mode de vie, qui pourra vous conseiller et vous orienter selon vos besoins et attentes.

Checkpoint est soutenu par le ministère de la santé et des sports, le Conseil Régional d'Île de France, le GRSP Ile de France, la Mairie de Paris, la Mairie du 4 ème arrondissement de Paris, Sidaction, les laboratoires bioMérieux, Tibotec, BMS, MSD, Boehringer Ingelheim, GSK et les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence.

Où et quand ?

Situé au cœur de Paris, à proximité du Marais, le centre de dépistage est ouvert 5 jours par semaine. Vous pouvez, à votre convenance, vous présenter sans rendez-vous ou nous contacter pour fixer un rendez-vous dans les créneaux horaires qui le permettent.

Lieu/Rendez-vous 
Centre de dépistage Checkpoint 
36 rue Geoffroy l'Asnier 75004 Paris 
Tel : 01 44 78 00 00 
M° Saint Paul (Ligne 1) ou Pont Marie (Ligne 7)

Horaires 
Lundi : de 08h à 12h30 sans rendez-vous 
Mardi : de 16h à 20h30 avec rendez-vous 
Mercredi : de 16h à 22h sans rendez-vous 
Jeudi : de 16h à 20h30 : avec rendez-vous 
Samedi de 12h à 18 : sans rendez-vous 
Vendredi et dimanche : fermé

titre_fleche.gif Comment fonctionne ce centre ?

Comment se déroule le dépistage ?

L'ensemble de la consultation dure environ 1 heure. 
’-’ Vous êtes accueilli par un membre de l'équipe qui vous informe sur le déroulement du dépistage et vous remet un dossier comprenant notamment la notice d'information. 
’-’ Après un premier entretien avec un médecin, un infirmier prélève une goutte de sang au bout de votre doigt pour réaliser le test. 
’-’ L'obtention du résultat demande un délai de 30 minutes. Pendant ce temps, vous êtes invité à vous rendre dans l'espace d'attente et à remplir un questionnaire anonyme destiné à mieux connaître le public qui fréquente le centre de dépistage, ses attentes et pratiques. 
’-’ Au bout d'une demi-heure, le médecin vous reçoit à nouveau pour vous remettre le résultat de votre test, et pour un second entretien, qui permet notamment d'aborder la question des stratégies de prévention adaptées à votre situation.

Que se passe-t-il si le résultat est négatif ?

Important : si le test est négatif, ce résultat n'est considéré comme définitif qu'en cas d'absence de risque d'exposition au VIH durant les trois mois précédant le test.

Que se passe-t-il si le résultat est positif ?

Si le test s'avère positif, un test de confirmation est immédiatement lancé. Le médecin effectue un nouveau prélèvement qui est envoyé au laboratoire partenaire agréé, lequel procède dans les meilleurs délais aux tests complémentaires. Un second rendez-vous vous est proposé par le médecin (dans un délai de 24 à 72h), pour la remise des résultats définitifs. Vous pouvez par ailleurs vous entretenir, si vous le désirez, avec le psychologue du Kiosque. Si la séropositivité est confirmée, une prise en charge médicale et psychologique vous est proposée.

Quelque soit le résultat de votre test, vous pouvez bénéficier des services proposés par l'association : orientation, information, groupes de parole, entretiens avec un psychologue ou un sexologue. Vous pouvez également vous rendre dans l'espace documentation du Kiosque, situé à quelques mètres du local, où vous trouverez de nombreux documents d'information.

Important : connaître votre statut sérologique par rapport au VIH/sida vous permet de savoir où vous en êtes après une prise de risque, d'instaurer une stratégie de prévention adaptée et, en cas de séropositivité, de bénéficier d'une prise en charge médicale optimale.

Pourquoi un dépistage rapide pour les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes ? (un dispositif qui s'intègre dans le cadre d'une recherche biomédicale)

Cette offre de dépistage innovante s'inscrit dans le cadre d'une recherche qui permettra d'évaluer un dispositif associatif médicalisé de dépistage du VIH, qui s'adresse aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), et qui utilise des tests rapides. Quatre critères sont nécessaires pour pouvoir bénéficier de l'offre de dépistage rapide du Kiosque : être un homme ayant ou ayant eu des relations sexuelles avec d'autres hommes ; être majeur ; être affilié à la Sécurité sociale ou bénéficier de la CMU ; et enfin donner son consentement signé.

L'intérêt de ce dispositif est de répondre aux besoins et modes de vie des HSH ; les offres actuelles de dépistage en France s'avèrent en effet inadaptées à une partie de la population HSH, que ce soit sur la forme (durée, horaires et lieux inadéquats) ou sur le fond (prise en compte souvent inexistante ou insuffisante de la sexualité). Or il est essentiel de renforcer le dépistage du VIH au sein du groupe des HSH.

La mise en place de ce dispositif de dépistage rapide s'appuie en effet sur des données épidémiologiques. On constate une circulation toujours active du virus dans la population des HSH, une prévalence [1] élevée, et une banalisation des pratiques sexuelles non protégées. Les données issues de la déclaration obligatoire des cas d'infection à VIH montrent, qu'en France, les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes représentent 37% des nouveaux cas diagnostiqués en 2008.

titre_fleche.gif Pourquoi une recherche biomédicale ?

La réglementation française n'autorise pas l'utilisation unique de tests rapides (en dehors des situations d'urgence), ce qui place cette étude dans le cadre de la recherche biomédicale. Sont appelées recherches biomédicales « les recherches organisées et pratiquées sur l'être humain en vue du développement des connaissances biologiques ou médicales ». Elle répond aux recommandations émises par le Conseil National du Sida 2006 et reprises dans le Rapport Yéni 2008, qui incitent à étendre et spécialiser l'offre de dépistage et de counselling tout en étudiant l'utilisation de tests rapides.