Le Parlement portugais a adopté début janvier le mariage homosexuel en première lecture, une belle occasion de faire le point sur les droits des homosexuels en Europe.

Après trois heures de débat, et quelques semaines après la ville de Mexico, les députés portugais ont aussi adopté en première lecture le projet de loi visant à permettre aux couples gays et lesbiens de se marier. L'ouverture du mariage était une promesse de campagne du Premier ministre José Socrates.

Le vote d'aujourd'hui est une victoire importante pour les partisans du mariage des couples de même sexe, même si le texte doit encore, pour être définitivement adopté, être soumis à une commission puis voté en séance plénière et enfin approuvé par le chef de l'État du Parti social-démocrate (centre-droit) qui dispose d'un droit de veto.

 

L'ADOPTION OUBLIÉE ...

 

Le projet de loi ne prévoit pas l'adoption, bien que les Verts portugais aient tenté de l'y inclure en déposant de nombreux d'amendements.  Le bloc de gauche y voit même "des homosexuels de seconde classe, empêchés d'adopter". Ce à quoi José Socrates (socialiste) répond que "mariage et adoption sont deux questions différentes, l'adoption n'étant pas un droit du couple, mais un droit de l'enfant" ...

 

"UNE LOI POUR TOUS"

 

Devant les députés, José Socrates a expliqué que "cette loi vise à réparer des décennies d'injustices faites aux homosexuels": "Ce n'est une loi contre personne, ce n'est pas non plus une loi pour quelques-uns: c'est une loi pour tous, une loi qui représente la victoire de tous car c'est une loi de la liberté, de la justice, de l'égalité et de l'humanisme."

Sauf veto, le Portugal est bien parti pour devenir le sixième pays européen à autoriser le mariage des couples homosexuels. Une progression vertigineuse pour le Portugal en terme de droits fondamentaux, l'avortement n'ayant été légalisé qu'en 2007.

 

AILLEURS EN EUROPE

 

Mais que se passe-t-il dans le reste de l'Europe ?

Chaque pays met en place la législation qu'il souhaite, ce qui fait que d'une frontière à l'autre, le système peut être tout à fait différent.

En 2001, les Pays-Bas ont été le premier pays à autoriser le mariage homosexuel. Là-bas, les couples de même sexe ont aussi le droit d'adopter, de même qu'en Grande-Bretagne et au Danemark.

Deux ans plus tard, la Belgique lui emboîte le pas, suivie par l'Espagne, troisième pays européen à légaliser le mariage gay.

Depuis janvier 2009, la Norvège, où l'homosexualité était illégale jusqu'en 1972, a elle aussi adopté une loi autorisant le mariage homosexuel et l'adoption. Quatre mois plus tard, la Suède le légalise aussi et va plus loin: l'Eglise ne pourra plus refuser de célébrer un mariage gay.

Ailleurs en Europe, le mariage homosexuel fait l'objet de discussions et de débats. Au Luxembourg, le gouvernement a décidé d'ouvrir le mariage aux couples gay suite aux législatives de juin 2009. Un projet encore à l'étude.

En France, depuis la mise en place du Pacte civil de solidarité (Pacs) il y a dix ans, la situation a peu évolué. Ce contrat établit entre les deux signataires des droits et des obligations, en terme de soutien matériel, de logement, de patrimoine, d'impôts et de droits sociaux.

En novembre dernier, Hélène Mandroux, la maire PS de Montpellier accompagnée de nombreux élus Verts, a lancé un appel à tous les maires de France pour qu'à terme le mariage gay soit légalisé. Selon eux, «le mariage est avant tout l'union de deux êtres qui s'aiment».

 

En photo :

- Le premier ministre portugais José Socrates.

- Des militants des droits homosexuels mettant en scène une cérémonie de mariage devant le parlement portugais à Lisbonne.