Un phénomène qui reste tabou, mais qui pourtant devient de plus en plus fréquent... Il est temps d'en savoir un peu plus, sur la vie rude de certains étudiants.

En France, depuis quelques années, la vie des étudiants est devenue de plus en plus chère : les prix de l'immobilier ont augmenté, et le prix des études elles-mêmes aussi (à savoir, pour une première année de médecine par exemple, entre 600 et plus de 1000 euros). Malheureusement, les aides financières de l'Etat, elles, n'ont pas suivi cette augmentation. Sans compter qu'aujourd'hui, un étudiant peut difficilement se passer de certains petits conforts, tels qu'internet, ce qui est coûteux. Et les parents ne peuvent pas toujours assurer toutes ces dépenses.

Pour subvenir alors à leurs besoins, les étudiants prennent souvent un "petit boulot" après leurs cours en fac. Ces jobs sont souvent plutôt mal-rémunérés, et prennent un temps considérable, sur celui normalement réservé aux révisions... Ce n'est donc pas une solution merveilleuse ! Et bien souvent, le salaire touché est inefficace pour combler le manque d'argent...

C'est alors que l'on cherche à gagner plus, en un temps record... On surfe un peu sur le net, et on tombe sur des annonces intéressantes... 100 euros en une heure ... Plutôt alléchant non ? C'est ainsi que certains étudiants, surtout des étudiantes, se retrouvent à faire un travail bien particulier... en vendant leur corps... Oui, vous l'aurez compris, certains étudiants se prostituent pour pouvoir continuer à étudier dans des conditions normales.

Bien sûr, cela va vous choquer. Mais c'est un fait bien réel, qui touchait plus de 40 000 étudiants en 2007, soit un étudiant sur cinquante-sept. Et ce phénomène continue à se répandre. En effet, les étudiants accablés par la misère dans laquelle ils vivent ne voient plus d'autre issue possible que celle-ci. Et ils tombent dans la prostitution. Bien sûr, il ne s'agit pas d'aller s'exhiber sur un trottoir en attendant le premier client. Mais plutôt, de choisir ses clients (souvent via internet) que l'on retrouve après avoir fixé un rendez-vous, dans une chambre d'hôtel. Et de se laisser faire, d'assouvir leurs désirs les plus farfelus... Pour ensuite toucher une coquette somme d'argent.

Il n'est pas normal que, dans notre société, des choses aussi répugnantes puissent se produire. C'est horrible qu'il y ait des demandes dans ce genre, et traumatisant pour les étudiants qui s'y collent, souvent malgré eux. On ne les force pas vous me direz, mais ils y sont contraints, et c'est révoltant.

Je pense qu'en parler ferait évoluer les choses, mais malheureusement, c'est un fait bien trop trash pour être rendu public. Il y a bien eu quelques articles (notamment dans le journal Le Figaro, et dans L'express, en 2007), mais cela reste un sujet tabou. Il est temps de lever le voile sur la vie estudiantine...

 

À lire : Mes chères études... , de Laura D. >> témoignage d'une étudiante dans ce cas là, contrainte de se prostituer pour vivre.

          La prostitution étudiante à l'heure des nouvelles technologies, d'Eva Clouet (sociologue) >> enquête sur les motivations, la vie, des jeunes étudiantes contraintes de se prostituer.