L'acteur Robert Downey Junior laisse entendre que le célèbre détective était homosexuel.

Robert Downey Jr a déclaré lors du show de David Letterman, que Sherlock Holmes, le personnage qu'il incarne dans une nouvelle adaptation de Guy Ritchie, était gay. Une affirmation lancée sur le ton de l'humour, pour répondre à une question à double sens du présentateur. Alors qu'il lui demande quelles relations entretiennent Sherlock et son cher Watson (interprété par Jude Law à l'écran), Robert répond du tac au tac : "Vous voulez dire qu'ils étaient homos ? C'est ce que vous dites ?". Hilarité du public, qui ne s'attendait pas à une réponse aussi directe.

Du coup, l'acteur enfonce le clou en exposant la théorie suivante : selon lui, la fiancée de Watson ne serait qu'une couverture pour cacher la véritable relation qui existe entre les deux personnages masculins. Il appuie même son argumentaire sur l'une des scènes clés de la bande-annonce, dans laquelle Holmes se bat, torse nu. L'occasion de demander au public de l'émission si oui ou non, Sherlock était un " homosexuel viril ".

Pourtant, le show de Downey Jr n'a pas amusé tout le monde. A commencer par les producteurs du film, qui selon une source rapportée par The Telegraph, seraient très énervé : "Robert ne s'arrête plus de parler de cette histoire comme de 'la plus célèbre histoire d'amitié homosexuelle de l'histoire' et rend les agents du studio très nerveux", a déclaré la source anonyme. Car la promotion du film, jusqu'ici centrée sur l'action, "n'a pas été vendue comme un Retour à Brokeback Moutain ", toujours selon la même source.

Apparemment, les producteurs se seraient bien passés d'une telle interprétation. Même si, au vu des premiers chiffres du film au box-office américain , il semblerait que Sherlock Holmes ait trouvé son public, qu'il soit gay ou hétéro. Ni une ni deux, Robert Downey Jr en profite pour en remettre une couche, décrivant, toujours selon The Telegraph, son personnage et Watson comme "deux hommes qui deviennent colocataires, se battent beaucoup et partagent un lit".

Une provocation de plus ou de moins... Vu le succès du film, l'acteur peut se le permettre !

 

Actualisation :

Andrea Plunket, qui gère les droits d'auteurs aux États-Unis des romans de Conan Doyle, a cependant menacer de ne pas autoriser Guy Ritchie à tourner une suite au film si lescénario insinue que Sherlock Holmes avait une relation homosexuelle avec le Dr Watson : « J'espère qu'il ne s'agit là que d'un exemple de l'humour noir de M. Downey. Ce serait sévère, mais j'annulerais l'autorisation de faire d'autres films s'ils envisagent d'aborder ce thème dans le futur. Je ne suis pas hostile aux homosexuels, mais je le suis envers quiconque ne serait pas fidèle à l'esprit des livres », a-t-elle déclaré.

--> Même combat chez Bob l'éponge

• Ici, La fameuse interview.

• Et Là, la bande-annonce.