Pourquoi raconter ses expériences? Pour aider d’autres personnes dans les mêmes situations, pour divertir, polémiquer, pour permettre d’avoir un compte premium, pour satisfaire aussi la curiosité de certains, mais ça fait du bien d’écrire ce que l’on à sur le c½ur. C’est libérateur, écrire et une façon de parler sans être interrompu ni contrarié on se retrouve face à une feuille blanche qui est seulement prête à se laisser noircir de mots et parfois de maux. Donc je vais vous raconter une expérience : ce n’est ni une expérience sexuelle, ni amoureuse, c’est seulement un passage de ma vie qui m’a appris beaucoup sur moi.

Vous est-il déjà arrivé de croiser un garçon ? Un garçon qui, quant-il vous sourit vous projette dans un autre monde : vous pensez à lui pendant des heures, le reste passe au second plan et vous êtes content sans raison, vous souriez bêtement tous le reste de la journée. J’ai vécu ça lors de mon année de terminale, j’ai toujours eu du mal à m’assumer en tant que gay, je n’ai jamais voulu le dire, le monde gay restait un monde imaginaire pour moi. Je sortais avec des filles même si en réalité je me voilé la face, j’étais bien dans ma vie de lycéen sympa je n’avais pas envie de tous bouleverser. Mais revenons à ce jeune garçon que je croisé, cheveux châtain, une gueule d’ange jamais un garçon me m’a fait autan d’effet : voila pourquoi j’ai adoré mon année de terminale : les matins où je le saluais il était impossible de me faire quitter ce léger sourire que j’affiché des heures durant. C’est dingue comme ce gars avait de l’influence sur moi son simple sourire avait un pouvoir euphorique immense. Mais je le connaissais très peu du moins beaucoup moins que je l’aurai souhaité j’ai simplement passé quelques après-midi avec lui, je me souviens de chaque moments ^^ Malheureusement, je ne lui ai jamais avoué ce que j’avais sur le cœur : je suis con quand même, mais je n’avais pas de doute sur sa sexualité, j’espérais, mais je n’y croyais pas vraiment. C’était peut-être ce coté hétéro sexy qui me plait tant, disons que je vivais avec des « si », une vie imaginaire qui me suffisait j’ai toujours été très rêveur, en effet on ne rêve pas seulement lorsqu’on dort, ce monde est illimité et s’y refugier nous coupe du monde mais nous offre une vie sans soucis loin des tracas de la réalité. Mais on peut se demander où je vais en racontant cette histoire pourquoi m’a-t-elle beaucoup appris ?

Les jours passaient et je n’avouais rien, je ne lui disais rien : qui ne tente rien n’a rien ! Je n’ai rien tenté, je n’ai rien eu ! Mais je n’ai rien gâché, j’ai toujours dans ma tête ce sourire je n’ai jamais voulu entacher ce souvenir, risquer de le perdre mais j’aurai pu m’en fabriquer de nouveaux : LES REGRETS, que dire d’eux, ils sont bons ou mauvais, mais ils n’ont vraiment provoqué un choc qu’un jour de janvier 2008 où par des potins malheureux j’ai appris que ce garçon, « le » garçon, avait eu des relations homosexuels …. Le drame, les regrets, la tristesse, voila la morale de cette histoire j’ai rêvé en silence pendant un an alors que j’aurai pu…

Ce jour a été le déclencheur dans ma vie, le déclic je me suis dis : mais Putain Baptiste vie ta vie ! Tu t’enfermes dans ton monde, t’es amoureux des garçons ok alors vie le en vrai^^ En même temps il me fallait cette aventure pour me rendre compte de qui je suis et de ce que je perdais, faut-il avoir une déception pour se libérer ? Moi il m’a fallût ça, maintenant je me gère mieux et si un gars me plaît vraiment si je rerencontre un gars qui me fait cette effet de frisson et de jouissance mais rien à foutre je me jette à son coup ^^ et puis si c’est non j’aurai la tristesse mais pas les regrets.