On croyait ces pratiques éradiquées depuis des décennies en France, et c'est dans les commissariats de Police qu'on pourra les retrouver.

En test depuis le mois de Janvier dans plusieurs services de police, ARDOISE (pour «Application de recueil de la documentation opérationnelle et d'informations statistiques sur les enquêtes») est en passe de remplacer le très ancien Logiciel de Rédaction des Procédures datant de 1995.

Mais ARDOISE ne se contente pas seulement de dépoussiérer les fonctionnalités du LRP, en effet, de nouveaux champs permettent aux enquêteurs de renseigner des informations «sensibles» concernant l'orientation sexuelle, le handicap, l'appartenance syndicale ou sectaire des personnes apparaissant dans l'affaire.

 

Troublé par ces méthodes, le Collectif contre l'homophobie de Montpellier a saisi hier la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) afin de s'opposer à son lancement sur le territoire français.

Petit rappel historique :


Le fichage des homosexuels avait duré jusqu'en 1981, date de l'arrivée de la gauche au pouvoir . C'est Gaston Deferre ministre de l'intérieur qui a fait supprimer ces fichiers.

Ce sont ces mêmes fichiers de la police française qui avaient été utilisés par les nazis, afin de procéder aux arrestation des Triangles Roses.

Que penserait Pierre Seel, ancien déporté, lui qui vient de mourir il n'y a pas longtemps, du retour du fichage pour les homosexuels ?