L'association « Lesbian & Gay Pride » de Lyon demande à la Préfecture du Rhône de « faire preuve d'humanité ».

Mardi matin (18 février 2008), Nadir, un jeune lycéen homosexuel de 24 ans d'origine Algérienne menacé d'expulsion par la Préfecture du Rhône, a été convoqué devant le Tribunal Administratif de Lyon.

Voici quelques extraits des communiqués publiés sur le site internet de l'association pour en savoir un peu plus sur cette affaire:

" Nadir est arrivé en France à l'âge de 16 ans et s'est rapidemant intégré. Il a poursuivi sa scolarité au lycée professionnel de Villeurbanne et doit passer les épreuves du baccalauréat en juin 2008.

En France, il a trouvé amour et sécurité avec Samuel, son compagnon depuis bientôt 2 ans.

Il a construit avec lui une relation homosexuelle affective stable. Ses demandes de régularisation au motif de sa vie privée et familiale avaient été rejetées par la Préfecture du Rhône.

Pourtant la seule famille qu'il reste à Nadir est Samuel, ses parents algériens l'ayant rejeté, en raison de l'homosexualité.

En cas de retour en Algérie, les menaces sur sa vie sont réelles, particuliérement à Kolea, une ville sous une forte influence islamiste."

Selon l'association, l'audition de mardi a démontré une totale méconnaissance du dossier par le comissaire du gouvernement... ce dernier mettant en avant des attaches que Nadir aurait au Maroc alors que sa famille demeure en Algérie.

Toujours selon la "Lesbian & Gay Pride" de Lyon, le comissaire réfute également "les traitements dégradants ou inhumains" que subirait Nadir à son retour, alors qu'en Algérie, il risque 5 ans d'enprisonnement en raison de son homosexualité, sans compter les brimades auxquelles sa famille et les habitants de son village pourraient se livrer.

Pour finir, l'association s'étonne que la relation de Nadir et Samuel ait été qualifiée de "récente" : "combien d'année de vie commune faut-il pour qu'une relation amoureuse ne soit plus considérée comme récente? 5 ans, 10 ans ou encore 20 ans?"

L'association attend maintenant le délibéré du Tribunal Administratif.